•  

     

    Chapitre 22

    Espions, espionnés et espionnage

     [ Version illustrée disponible ici ]

     

     

     

    Deux coups brefs.
    La porte de bois clair grinça, protestant sous l'assaut des phalanges vermeilles. Une voix grave perça l'huis, traversant l'air.


    « - Qui est-ce ? J'ai pourtant demandé à ne pas être dérangé ! »
    Le grognement de Combustor fit se raidir l'inconnu derrière la porte.
    « - Maître, c'est moi. »
    Un bref silence suivit. Comme si de l'autre côté de cette porte, l'homme souhaitait s'assurer que cette voix était la bonne. Comme hésitant. Et puis, finalement ...
    « -Entre, Siànan. »


         Il referma soigneusement la porte derrière lui, vérifiant d'un coup d'œil qu'il n'avait pas été suivi. Ils étaient de nouveau seuls.
    « -Mais d'où reviens-tu ? »
    Combustor sembla presque inquiet. Presque.
    Son valet sourit, époussetant la suie et les cendres qui lui collaient à la peau et maculaient ses habits. Il faisait bon de revoir le Maître après plusieurs semaines d'absence.


    « Je ... 
    - Change toi auparavant, tu ne vas pas rester dans un tel état. »
    Ce n'était pas une proposition mais bel et bien un ordre.
    L'élémentaire sourit, savourant ce côté de Combustor qu'il était le seul à connaître. Un masque. L'homme n'en portait même plus. Il était le masque. Dissimulant les traits des autres, le vrai visage de ses proches fidèles. Et lui, lui, il était cette force, ce masque parmi les autres, qui avait la force de faire tomber le plus grand et le plus puissant des masques. Combustor.
    Lui seul savait qui était le souverain.


    « - Alors, de quoi en retourne-t-il ? »
    Le pull, jaune de base, devenu noir de crasse, tomba dans un bruit mat contre le sol, dévoilant les muscles fins du dos de Siànan.
    « - Wïane. Je suis presque certain qu'elle va reprendre contact avec Kaën. »
    Le pantalon glissa à son tour. Siànan soupira devant le silence de son maître.
    « - Je suis désolé »
     Il enfila les vêtements que Combustor lui avait posé sur la chaise, se tournant vers lui.
    « - Maître ?
    - Tu sais où il se trouve ? Le ton s'était fait dur, cassant. Le masque revenait.
    - Je ne sais rien d'autre.
    Un juron. Les flammes dans la cheminée non loin crépitèrent violemment.
    « Maître, je ...
    - Quoi encore, Siànan ?! »


    Cette fois-ci, la colère était apparente. Sachant le dialogue inutile, le valet tendit sa paume ouverte. Il y brillait un vieux médaillon rouillé.
    Le regard de Combustor heurta l'objet, remontant doucement jusqu'au visage de l'élémentaire.
    « - Comment as-tu .... ? »
    Un sourire suffit pour seule réponse.

     

     


     
                                                                Quartier général de l'Armée de Cristal.
     
     

    « - Des vols ? »
    La question de Black résonna étrangement dans l'hôpital du château, comme transportée par l'aura de mystères qui entourait la voyante.
    Leïnae était venue seule. Sans Clia, ni même sa boule de cristal. Le visage grave, les traits serrés.
    Elle s'était assise et avait expliqué, doucement, d'un ton calme et de sa voix d'outre-tombe, que les décombres de l'ancien Q.G. avaient été fouillés durant la nuit et que, par chance, plusieurs quartiers, dossiers et objets importants avaient pu être sauvés de l'emprise des flammes.


    Pourtant, ses appartements à elle avaient été dépouillés. Volés de fond en comble.
    « - Cette attaque était préméditée. Leur but était de nous forcer à protéger la Reine pour libérer le passage. Nous avons répondu à leurs prédictions avec exactitude, et une collection complète d'ouvrages sacrés, ainsi qu'une trentaine de fioles ont disparu de mon bureau ... »


               Tom, qui était resté avec eux, soupira. C'était à lui, chef de guerre, d'assumer cet échec cuisant. Il avait ordonné à tous de protéger les leurs et n'avait pas imaginé une seule seconde que l'attaque serait à ce point étudiée et son armée si prévisible ...


    « - Mais comment ont-ils pu deviner comment nous riposterions ?  Souleva Black qui suivait de loin le raisonnement de Tom à travers ses yeux.
    - Ils nous connaissent ... Ils me connaissent. »
    Lui seul avait le dernier mot, le dernier ordre en cas de bataille, et ça, les élémentaires n'étaient pas censés le savoir. Et s'ils étaient observés ? Etait-ce seulement possible qu'un traître soit dans leurs rangs ?
    « - Tom, arrête, intervint Mynocia. N'importe quel stratège compétent et connaissant le peuple des Elfes aurait pu prédire que nous privilégierons le sécurité de la Reine plutôt que la surveillance de vieilles paperasses ... »


        Leïnae tiqua à l'appellation de ses précieux ouvrages par « paperasses » mais ne releva pas, laissant Mynocia continuer sur sa lancée pour rassurer Tom.
    « - Par contre, si vous êtes là, c'est sûrement pour nous demander d'aller les récupérer, ces babioles »
    Cette fois-ci, elle s'attira un regard noir qui électrisa Black sur sa chaise. Mynocia ne sourcilla même pas, et attendit.
    « - Effectivement. La Reine et moi-même aimerions que vous profitiez de cette mission pour récupérer des informations sur l'organisation du Q.G. des éléments. 
    – Vous l'avez localisé ? S'étonna Tom qui suivait toujours les vaines tentatives de détection du bâtiment. » 

    « - Cette Primaire que vous avez manqué capturer ce soir-là, une certaine Ashes ...
    - ... Vous l'avez touchée, compléta Mynocia en se souvenant des flashs lugubres leur ayant traversé l'esprit, sa mémoire vous a donné l'emplacement exact de leur base ... »
    La voyante opina de la tête, un sourire étrange plaqué sur ses lèvres fines. Les deux femmes restèrent un instant plongées dans le regard de l'autre, jusqu'à ce que Tom brise l'échange.
    «  Quels sont les ordres de ma mère, Leïnae ?
    – Vous ne devez, et sous aucun prétexte, déclencher une bataille. Votre mission consiste simplement à me ramener les objets et livres qui m'ont été dérobés. Mais surtout, restez discrets et ne vous battez qu'en cas d'urgence ... Cette mission doit rester secrète.
    Tous soupirèrent de concert et Mynocia se retint de lui demander d'aller récupérer ses fichues babioles toute seule.
    « - Quand part-on ? Se risqua Tom qui avait surprit un éclat de fatigue dans les yeux du justicier face à lui.
    - Demain. »

     


     
    « Ça rentre pas, Myn !
    - Mais si, tu vas voir !
    - Sors !
    - Non, Blacky, non ! Ça VA rentrer ! »


    Black gémit, Mynocia soupira.


    « Votre discussion prête à confusion. »
    Les liés se tournèrent d'un même mouvement vers Nelween qui s'était rapprochée d'eux. Dans leur dos, Tom éclata de rire.
    « - Vous avez besoin d'aide ? »
    Black lui jeta un regard désespéré, l'implorant de le sauver des griffes de Mynocia qui était repartie à pousser. Fort. Et sur ses doigts.


    «  Aïïïïïïeeeuh, Mynocia ! 
    - C'est rentré !  S'écria-t-elle en fichant une grande claque dans le dos de Black qui se massait piteusement les doigts. Elle le savait, que ce sac était assez grand pour y caser ses bottes à clous ! »


                 Black gémit de nouveau en sentant le sac s'alourdir d'encore un kilo. Mynocia avait le chic pour trimbaler des trucs lourds, inutiles, encombrants et dangereux.
    « - T'as réussi à caser tes affaires ? »


    Tom s'était rapproché de lui en l'entendant marmonner dans sa barbe, et semblait s'inquiéter de savoir s'il avait tout de même pu faire rentrer ses vêtements par dessus le bazar de la guerrière.
    « - T'inquiète pas ! Elles sont tassées tout au fond, mais elles sont là !
    - J'te fais de la place dans mon sac si tu veux, sourit Tom. »


    Black opina négativement de la tête, lui envoyant un clin d'oeil. Maintenant que tout tenait, ils n'y touchaient plus jusqu'à nouvel ordre ! Le chef de guerre haussa les épaules, laissant les liés se débrouiller avec leurs affaires.
    « Rassemblez-vous, s'il vous plaît ! »


                Le petit groupe formé de Black, Mynocia, Ream et Nelween rejoignit Tom devant les grandes portes du château. Portes qui s'ouvrirent soudainement dans un grand battement, manquant de peu d'encastrer Tom dans le mur.
    « - Tu cherches à me tuer, Jhi-laim ? »
    Le prince fut coupé dans son élan et revint sur ses pas pour s'excuser auprès de son petit frère adoptif. Une fois qu'il fut assuré que le chef de guerre n'avait rien, il sembla se souvenir de la raison de son empressement et reprit sur sa lancée.
    « Pourquoi n'ai-je pas été mis au courant de ce départ, Tom ?! Vous partez à cinq vous jeter dans la gueule du loup, et personne ne juge bon de m'avertir ? Mais où avez-vous tous la tête avec ce suicide collectif ?! »

     « Calme-toi, Jhi-laim. »
    La voix de la Reine fit retourner le Prince. Clia venait de passer les grandes portes, accompagnée de Leïnae, Huliem et Mihaje. En voyant tout ce beau monde débarquer, Mynocia soupira.


    « Quel formidable secret cette mission, franchement ... 
    - Mère, c'est de la folie !
    - Jhi-laim, pour la seconde fois, calme toi.
    - Vous envoyez votre peuple à la mort !
    - JHI-LAIM. »


    Le ton était monté d'un cran, et cette fois-ci, le prince se tut.
    « - Je ne vais pas les lâcher dans le camp ennemi sans un minimum de protections, de consignes, et d'armes. »


    Elle se tourna vers le groupe qui était resté silencieux, vérifiant du coin de l'œil que la crise de panique de son fils soit terminée.


                « - Bon, si je peux m'exprimer à présent, commença-t-elle, lançant un regard réprobateur à Jhi-laim, je vais vous donner les directives de cette mission. Tout d'abord, vous devez rester discrets le plus possible et ne vous servir de vos pouvoirs qu'en cas de force majeure. Privilégiez les armes comme les dagues et les poignards, surtout vous-trois – son regard parcourût succinctement Mynocia, Black et Tom – vos éléments vous rendent plus facilement repérables. Leïnae va poser sur votre groupe un enchantement qui empêchera de vous voir à tout membre de l'Armée de Feu. Des questions ? »


    Le silence les gagna tous quelques instants, chaque guerrier cherchant une zone d'ombre à éclaircir.
    Ce fut Huliem qui brisa les réflexions.
    « - Il ne manque pas quelqu'un ? Ce général Staclaw... Quelque chose, il n'était pas avec vous ? »


    Tom se tendit, Black et Mynocia tiquèrent de concert. Interceptant le regard de son presque frère, Jhi-laim comprit que Huliem avait touché une corde sensible.


    « Le général Staclawitskih a été expatrié avec le peuple, Huliem. »
    La réplique était sans appel. Le général comprit, au regard de la Reine, qu'il ne devait pas insister plus. 
    « - Il vous manque donc un homme.
    - Non, Jhi-laim, je pars avec eux. »


    Il se tourna vers la voix féminine, regardant sa générale d'un air étonné.
    « Pourquoi ne suis-je au courant de rien ce matin ? »
    Mihaje sourit doucement, passant devant son prince pour rejoindre le groupe.


                 Black profita de son arrivée pour détailler l'elfe. Il avait déjà aperçu la femme dans les souvenirs de sa mère, et avait gardé l'image d'une elfe magnifique, mais la réalité était encore plus impressionnante.
    Blanc. Tout chez elle n'était que blancheur. Ses cheveux, ses habits, et même ses iris. Elle dégageait cette aura de pureté absolue, fascinante, propre aux elfes âgés. Black avait compris que plus un elfe vieillissait, plus sa peau prenait la marque du temps et tirait vers le blanc total. Et Mihaje avait la peau d'un nacré impressionnant.


    Son regard de neige cerclé de noir tomba dans le sien, et il se sentit comme apaisé. Calme, posée  et discrète, elle semblait presque inexistante, pareille à un mirage venu de l'irréel.
    Il réalisa qu'il la fixait, comme hypnotisé, quand Mynocia lui envoya un coup de coude dans les côtes.
    « - Arrête ça, Blacky. »
    Mihaje intercepta l'échange, et le justicier rougit jusqu'aux oreilles.

    « Je pars avec vous aussi. »
    Huliem n'avait pas changé, pensa Black, depuis qu'il avait découvert le jeune elfe dans le passé de Nyl. Des traits carrés, un nez droit, des yeux en amande et d'un vert profond, des cheveux d'un noir de jais et coupés aux oreilles. Le même homme, le même air profondément bon que dix-huit ans plus tôt.
    « - Non, toi tu restes là. »


    Jhi-laim avait cette fois ci l'air plus qu'exaspéré.
    «  On est jamais de trop ! »
    Un sourcil du prince tiqua.
    « - Tu restes ici, et c'est un ordre.
    – Mais, mon prince ...
    - Huliem, ça suffit ! On a besoin d'hommes pour protéger le château, et tu les gênerais plus qu'autre chose ! »
    Mynocia sourit, tirant sur la joue de Black.
    « -Tu sais Jhi ', on en a déjà un de boulet, ça nous suffit ! »


                Black maugréa de nouveau dans sa barbe -inexistante -, croisant le regard de Huliem. Sans comprendre, il sut soudain que tous, particulièrement Huliem et Jhi-laim, avaient d'ores et déjà fait le lien entre lui et Nyl.


    « - Bon, vous êtes prêts ? »
    Un « oui », général répondit à Mynocia qui commençait à s'impatienter.
    Leïnae se détacha alors du groupe, une pierre ocre et bleue nichée dans sa main.
    « Une pierre d'Emal, éluda-t-elle, je te la confie, Tom, elle vous rendra invisible pour tout membre de l'Armée de Feu dans un périmètre de 15 à 20 mètres. »


    Le chef de guerre s'en saisit et la cala dans son sac.
    « Avez-vous suffisamment de vivres et d'armes ? »
    Hochement affirmatif de la troupe.
    «  Alors nous y allons ! »
    Leur longue marche débuta alors.
     
                Non, décidément, il aurait mieux fait de refréner les ardeurs de Mynocia et la laisser porter son bazar. Parce qu'à cause d'elle, ce fichu sac pesait plus de dix kilos ! Et elle, qu'avait-elle sur le dos ? RIEN. Strictement rien ! 
    A peine deux heures de marche, et ses reins se plaignaient déjà ...
    « Fatigué, Blacky ? »
    Voix cinglante, ironique. Insupportable.
    Mais comment avait-il pu tomber amoureux de cette femme ?
    «  Tu manques d'entraînement »
    L'aveu semblait cette-fois ne plus concerner que son mal de dos.


    Soudain, le poids sur ses épaules disparût et il soupira de soulagement.
    « Pauvre petite frêle pucelle ! »
    Un sourire partagé. Elle lui avait prit le sac.
    Oui, il l'aimait. Et c'était pour ça, comme pour le reste. Pour l'horripilante, l'adorable, la cynique, la touchante ... Mynocia.
     
                Finalement, il aimait bien marcher. Petit, il râlait quand Lysia le traînait en randonnée à la montagne. Et pourtant, il n'avait jamais été aussi détendu dans une longue marche qu'en cet instant.


    Tom, en tête, guidait le groupe en esquivant sa sœur qui bondissait à intervalles réguliers, Ream surveillait que la princesse n'atterrisse pas un peu trop violemment contre un rocher, Black se chamaillait avec Mynocia qui tentait de le coiffer d'une jonquille, et Mihaje, silencieuse, fermait la marche.
    Cependant, le justicier espérait que l'enchantement fonctionne aussi sur le bruit, car entre ses cris indignés et les « youhoo » de Nelween, ils étaient loin d'être la discrétion incarnée.


             Quelques heures s'écoulèrent et l'après-midi et ses doux rayons de soleil gagnèrent la montagne. Tous firent une rapide pause aux environs de quinze heure pour faire le point sur leur position. Tom, penché sur la carte avec Mihaje, tentait de se concentrer sur les indications de sa générale.
    « OH, STOP ! On ne s'entend plus ! Hurla-t-il. »


    Le groupe se tut instantanément et Mynocia épousseta discrètement la haut du crâne de Black qu'elle avait parsemé de petites fleurs. Il fallait aussi avouer que les liés étaient à tous les deux plus bruyants qu'un troupeau d'éléphants au pas de course depuis le début du voyage.
    Tom se releva de sa carte, Mihaje rangeant le parchemin dans son sac.


    « Vous faites trop de bruit tous les deux. Black, à partir de maintenant, tu passes à l'avant avec moi et Myn, tu restes avec Mihaje à l'arrière. »
    Black rougit, penaud. Il n'y était pour rien, lui, si Mynocia avait décidé de lui mener la vie dure ! Et il ne supportait pas d'avoir des jonquilles dans les cheveux, c'était légitime, non ?
    Leur marche reprit dans un calme bienvenu.


    Ils cherchaient à présent à gagner le premier versant de la montagne avant la tombée de la nuit. Ayant discuté avec Tom, Black avait appris que leur petit périple devait durer cinq à six jours, et qu'ils auraient fait le plus gros en passant la montagne.


    Pourtant, rapidement, il vint à trouver le temps long aux côtés du chef de guerre qui fixait obstinément sa carte. Il regrettait presque Mynocia et ses jonquilles. Presque.


    « Bon, que diriez vous d'égayer un peu le voyage ? Proposa-t-il, je connais de supers chansons ! »
    La réaction ne se fit pas attendre : Mynocia accéléra le pas, bousculant Nelween au passage, et le plaqua au sol au moment même où il allait ouvrir la bouche. Il se débattit, souhaitant hurler au meurtre, au viol, à l'assassinat prémédité, mais elle le bâillonna brutalement et bientôt, plus que des grognements mécontents s'échappèrent de sa gorge.


    « - Gnpfffht !! Pesta-il, les mains toujours emprisonnées dans les siennes.
    - Tu vois, j'aurais du faire ça depuis longtemps, Blacky. »
    Il lui lança un regard humide, implorant, digne de celui d'un chaton abandonné dans un carton un soir de pluie, mais cela eut pour seul effet que d'agrandir son sourire.  Elle le releva brusquement, et lui lia aussi les poignets. Un cri indigné lui parvint, mais elle ne flancha pas.


    « Voilààààààà ! Comme ça, on sera tranquilles ! »
    Sachant pertinemment qu'il n'obtiendrait rien de Mynocia, Black décida d'essayer de convaincre Tom de le libérer. Il aurait pu tout seul si cette satanée élémentaire ne lui avait pas non plus attaché les poignets !
    Cependant, il comprit assez vite qu'il était plutôt mal partit. Tom avait les yeux fixés sur son bout de parchemin, Nelween regardait faire en silence, le sourire aux lèvres ... Et comme il ne pouvait pas parler ...
    Il grimaça, tentant de faire bouger le tissu qui lui coinçait les dents, sans succès. Elle avait serré fort en plus, cette barbare !


    Laissant tomber le bâillon, il tenta de s'attaquer aux mains.
    Ce fut sans compter sur une petite racine rebelle qui se trouvait à cet endroit stratégique, qu'évidemment il ne vit pas ... Et dans laquelle ils se prit les pieds magistralement.
    Il bascula en avant, tombant face contre terre.


     Ouuuuuuuutch. Rocher.
    Violente douleur dans le nez.
    Au grand « SPAM » derrière lui, Tom se retourna.


    « Mais à quoi tu joues ? »


    Le chef de guerre fronça les sourcils. Pourquoi diable Black avait-il les mains liées ? Il s'accroupit à ses côtés pendant que le justicier tentait de se relever en se tortillant contre le sol. Le tissu entourant ses poings se déchira.
    Le jeune homme reprit possession de ses bras, se redressant sur les fesses en plaquant sa main sur son nez en sang.


    « Mais qu'est-ce qu'il se passe?
    – Grrpffffh ! »


    Le ton était larmoyant. Tom sentit son cœur accélérer. Et bâillonné, en plus ?!
    Il tomba à genoux devant son ami, passant ses mains dans sa nuque pour défaire le bâillon.
    Black grimaça quand le sang lui coula dans la bouche, mais lança à Tom un regard soulagé.


    « - Erchi !
    - Me dis pas que c'est Mynocia qui ... »


    Il lui tendit un mouchoir que le justicier attrapa au vol pour stopper le saignement de son nez, prenant le temps de retrouver pleinement l'usage de sa mâchoire.
    « - Devine ! Elle voulait pas que je chante ! Se plaignit-il. »


    Le groupe, qui s'était arrêté quand Black était tombé, se tourna d'un même mouvement vers la guerrière. Tom lui lança un regard réprobateur par dessus l'épaule de Black. Elle allait trop loin, là..  .
    « Ah non, mais si vous l'aviez entendu quand on a rejoint le Q.G... C'était atroce et ça a duré deux heures et demi ! »


    Tom soupira, laissant tomber l'affaire. Il aida Black à se relever et ordonna au groupe de reprendre leur marche, surveillant néanmoins Black du coin de l'oeil.
    La nuit finit par les rattraper, et quand ils ne purent plus voir leurs pieds, ils décidèrent de s'arrêter pour la nuit.


    Ce fut Mihaje qui décida de leur point d'arrêt. Nelween catapulta son sac jusque dans les arbres voisins, laissant le reste de la troupe détailler l'endroit.


    Une petite clairière serrée entre les arbres, envahie par les herbes hautes et les bosquets en tous genres. Un haut plateau, baignant dans les tons sombres et exigus de la nuit tombée depuis bientôt une heure. Le lieu semblait capturer l'obscurité, maintenir au creux des branches des arbres les plus profondes ténèbres et chasser la lumière à coup d'épais branchages.


                Tom craqua deux bouts de bois, allumant un feu, illuminant la clairière d'une lueur orangée qui réchauffa immédiatement la lourdeur de l'atmosphère. Les guerriers déplièrent et montèrent leurs tentes pendant que lui-même installait le campement.
    Ream dut se débrouiller seul pour dresser le monstre de tissus, Nelween étant partie à la chasse aux insectes dans les profondeurs de la forêt.


    Black, quant-à lui, avait enfin réussi à soutirer le sac des épaules de Mynocia pour prendre et monter leur tente.
                Il y avait un bazar innommable là-dedans. Un souk, une pagaille immense. Une véritable anarchie. Une scene de massacre.


    Le justicier, courageux, replongea sa main dans les profondeurs du sac, avant de l'en ressortir précipitamment.


    « -Aïïïïïïïïeeeee ! »
    Fichues bottes à clous ! Il mit son doigt en sang dans sa bouche, reprenant son exploration. Les doigts fouillaient de fond en comble, raclant les bords en tissus ... Bon sang, ce matin, il avait ...


    « Quoi, Blacky ? Une araignée ? Rit Mynocia en le voyant pâlir soudainement
    - Euh, Myn ...
    Le ton était timide et elle croisa les bras, sceptique. Qu'est-ce qu'il lui avait encore inventé cette fois-ci ?
    - Quoi ?
    - Tu vois, bein ... Tes bottes, là, celles à clous ...
    - Oui ?
    - Bein ... euh ... Elles auraient pas du pouvoir rentrer dans le sac en fait ...
    - Et pourquoi ?
    - Bein y'avait beaucoup de place, c'était bizarre et ...
    - Abrège.


    Cette fois-ci, il se recula de deux mètres.
    - J'ai oublié la tente.
    - Tu as quoi ?


    Calme. Trop calme. Infiniment dangereux.


    « Je suis désolé ! S'exclama-t-il en reculant d'encore trois pas, se ratatinant sous le regard de la guerrière. »
    Pourtant, tous deux furent un instant distraits par une étrange odeur de chair grillée qui émanait du campement, et Black en détourna même les yeux du terrible monstre face à lui.


    «  Vous en voulez ? Hurla Nelween par-dessus le crépitement des flammes, brandissant en l'air un coléoptère grillé. »


    Black grimaça, hochant négativement la tête. Mais Nelween sembla de pas avoir aperçu la moue et de se rapprocha d'eux, leur présentant un seau rempli d'insectes carbonisés au feu de bois.


    « BLACK ANDERSON, ECOUTE-MOI BIEN. Hurla Mynocia derrière lui. »


    Il était coincé. Cerné entre la princesse et ses coléoptères fumés et Mynocia qui allait l'éventrer !
    Derrière eux, un grand « FRRROUUUUUSH » retentit, suivit d'une grande lumière qui illumina les traits déformés par la colère de Mynocia. Black n'osa pas se retourner.


    Seul Tom intervint vers Ream qui avait, malencontreusement, mis le feu à l'une de leurs couvertures.
    L'elfe, paniqué et le feu aux fesses, lança le drap au loin, enflammant l'herbe aux alentours. Le feu allait monter dans les arbres quand une grande giclée d'eau trempa Ream et éteignit les flammes dans la foulée. Le jeune elfe resta un instant sur place, abasourdi et trempé de la tête aux pieds, refusant gentiment les scarabées que lui proposait Nelween. La vague venait de Mynocia. Un simple réflexe d'élémentaire. La jeune femme n'avait même pas détourné le regard de Black qu'elle insultait copieusement à présent.
    «  T'es sûr ? C'est plein de protéines ! »


    La princesse avait remis son grappin sur les liés. Sans succès, ils ne la voyaient même plus.
    Le ton allait encore monter d'un cran, quand Tom intervint.


      « - BON, C'EST PAS BIENTÔT FINI CE BAZAR ?! Nelween, ARRÊTE avec ces coléoptères, Ream, surveille ce que tu fais, ton pied brûle, et FERMEZ LA tous les deux ! »


    Les liés se turent presque instantanément, et Ream partit en courant, la botte en feu. Nelween, son seau dans une main, demanda en mastiquant :


    «  Au fait, où elle est Mihaje ? »


    Cette fois-ci, le silence tomba et même Ream s'interrompit. Tous jetèrent un regard circulaire à la clairière. La tente de la générale était montée, et son sac à l'entrée. Mais aucune trace de sa blancheur irréelle.
    « Elle était là il y a à peine une minute ! Fit Ream, perdu. »
     

    Tom, qui allait prendre les choses en main pour organiser des recherches dans la forêt, s'interrompit en apercevant une ombre se détacher des arbres.
    «  Où étais-tu, Mihaje ? »
    La silhouette de la générale sortit des ténèbres.


    « En promenade. »
    Toujours le même ton calme, le même sourire doux, la voix rassurante. Une femme posée, réfléchie, à qui la vie avait appris à manier et peser ses mots.
    Elle était si discrète qu'aucun d'entre-eux n'avait remarqué sa disparition.
    « Ne disparaît plus sans prévenir. »


    Le reproche de Tom était évident, mais elle ne broncha pas. Pas même ne cligna des yeux.
    Inexpressive. Une toile, un tableau magnifiquement peint.
    Mais Black ne put s'empêcher de la trouver fort étrange.


      « Bon, cela nous dit pas comment nous allons pouvoir dormir, nous, sans tente. »
    Le justicier lança un regard implorant à Mynocia, se confondant en excuses. Une main se posa sur son épaule, et il se retourna.
    « Ne t'inquiète pas, ma tente est assez grande, vous dormirez avec moi. »
    La jeune femme soupira d'agacement, fichant une claque derrière la tête du boulet qui lui servait d'homologue, remerciant le chef de guerre d'un regard.


                Finalement, la bonne humeur reprit ses droits et tous se serrèrent autour du petit feu, mangeant, se réchauffant, riant au clair de lune.
    Black se rapprocha de Mynocia, collant leurs épaules. C'était fou ce qu'il était bien, ainsi ... A ses côtés.
    Tom le resservit et il lui sourit. Un peu bêtement, de ce sourire niais qu'il ne pouvait pas contrôler.
    Le chef de guerre intercepta son sourire et le lui rendit. Il était juste ... Heureux.


    Alors, comme d'un commun accord muet, le trio grava ce moment de paix dans leurs esprits. Se donnant la possibilité future de se souvenir de cette allégresse, cette plénitude qui les envahissait à l'instant ... A jamais.
     
    « Mynocia, tu m'écrases !
    -Bein pousse-toi, andouille !
    - Vous ne vous arrêtez jamais ? »


    Tom soupira. Il aurait du s'y attendre. A trois dans une tente avec ces deux là, ça ne pouvait finir autrement.
    « Black, passe au milieu, ce sera plus simple. »
    Le jeune homme obéit, écrasant encore l'élémentaire au passage qui râla copieusement. Le justicier se retrouva alors coincé entre la chaleur de ses deux amis. Mynocia pesta de nouveau, maugréant que toute cette pagaille était la faute du crétin fini qui avait la mémoire dans ses chaussettes et qui avait oublié la tente. Mais Black ne l'écoutait même plus. A la faible lueur de la bougie qu'ils n'avaient pas encore éteinte au dessus de leurs têtes, il avait surpris un éclat de tristesse dans les yeux carmin de Tom.


    « Qu'est-ce qui ne va pas ? Demanda-t-il doucement, ne souhaitant pas brusquer le jeune homme. »
    A sa grande surprise, le chef de guerre fuit son regard et se tourna de l'autre coté, remontant les couvertures sur ses épaules, exposant son dos.
    L'obscurité survint. Mynocia avait soufflé la bougie.


    « Parle. »


    La voix de la jeune femme était empreinte d'une telle douceur que Black en frissonna.
    « C'est juste que ... Ca me rappelle la dernière fois qu'on a dormi ensemble, tous les trois ... »
    Black sentit son cœur se serrer. Cette nuit-là ...
    Trop de douleur, de tristesse. Trop de mal avait porté ces heures ...


    « Moi ça me rappelle ces nuits partagées, tu sais. Cette chaleur, ces accords. »
    Il y avait un sourire nostalgique dans la voix de Mynocia. Un ton comme enchanteur, mélancolique, qui allégea le cœur du chef de guerre.
    « Mynocia ... »


     Le justicier rouge fut alors comme frappé par l'amitié extraordinaire qui liait les deux élémentaires. Un passé partagé. Des souvenirs, des rires, des pleurs, des mains tendues. Une relation plus forte que l'irréel. Devenue irréelle.
    « Black ? »


    Son prénom sembla couler entre les lèvres de Tom, en étreinte douce et tiède contre son cœur.
    « Oui ? »


    Le temps sembla flotter. Durer. S'étendre, accumuler les secondes, les unir pour former l'éternité.
    Jusqu'à ce qu'une main fraiche ne glisse contre sa joue. Surprit, il allait questionner son ami quand Mynocia lui poussa doucement le dos.
    « Serre-le, il a besoin de toi, Blacky »


    La voix résonna dans sa tête. Il ne réfléchit pas, attira son ami contre lui, calant son bras sous son cou. Les mains fraiches descendirent sagement sur son ventre, agrippant les doigts de Mynocia restés là entre les siens.
    Paisibles. Enlacés.


    Trois âmes n'en formant qu'une seule.
    Le sommeil les emporta.
     



                 Au levé du soleil, le lendemain matin, le petit groupe plia le camp et reprit sa route. Ils marchèrent une journée entière, s'arrêtant toutes les deux-trois heures pour de rapides pauses où Ream et Nelween avaient pris l'habitude de disparaître.


    Le soir venu, ils établirent de nouveau le petit camp, cette fois-ci aux abords d'un petit ruisseau infecté de moustiques ce qui valut à toute la troupe dix claques chacun par Nelween qui tentait d'assommer les bestioles à coup de poêle. Finalement, exténué de leur marche et de leur bataille contre les suceurs de sang et le monstre à poêle, le trio se serra de nouveau dans la petite tente de Tom.


    Evidemment, Mynocia ne put s'empêcher de remettre au goût du jour ses râleries de la veille.
    Soudain, Black se tendit, collant sa main contre la bouche de Mynocia.
    « -Chhht, Myn, y'a eu un bruit ! »


    Elle marmonna, tentant de manger ses doigts mais il ne réagit même pas, le regard paniqué fixé contre le haut de la toile de tente. Elle écouta un instant avec Tom le dit-bruit suspect qui terrifiait son Blacky-bear ... Et tous deux éclatèrent de rire.


    « Eeeeeeh ! Protesta-t-il en pensant qu'ils se moquaient de lui.
    - Nan, Black, sérieusement, y'a rien de grave ! »
    - Tu parles, y'en a qui profitent ! »


    Silence. Cette fois-ci, le gémissement se fit plus fort et Black rougit jusqu'aux oreilles.
    « Il cache bien son jeu, Ream.
    - Mynocia ! S'indigna faussement Tom en étouffant un rire. »
    Il fallait avouer que le couple n'était pas très discret.
    « Ils sont quand même pas en train de ... de ... ? Balbutia Black que l'idée choquait profondément. 
    - De quoi, Blacky-bear ? S'amusa Mynocia.
    - Mais c'est ... Enfin, je veux dire, dans une tente, quoi !
    - C'est excitant une tente. »


    Silence.


    Tom rougit à son tour en réalisant la portée de ses paroles, Mynocia éclata d'un grand rire franc et Black ... Tenta de refréner les images qui lui venaient à l'esprit.


    Des pervers. Il était ami avec deux pervers.


     « C'est vrai que t'as de quoi être effrayé, petite pucelle coincée dans une petite tente entre un incroyable beau mec et une libertine de premier ordre ... »


    Cette fois-ci, l'image répugnante qui s'imposa à lui le fit rougir jusqu'aux orteils.
    « - T'es craaaaaade, Myn !! 
    - C'est pas ce que montrait ta vision y'a dix secondes ... Il parait que ça grimpe vite, la chaleur, dans une tente ... »


    Elle s'attira un regard profondément choqué des deux garçons, et éclata de rire.
    « Blacky, sérieusement, je plaisante ! Il ne craint rien à avec nous ton fragile popotin ! »
    Le Blacky en question se tourna du côté de Tom, cherchant le contact du chef de guerre qui riait lui aussi.
    Curieusement, tous trois eurent beaucoup plus de mal à s'endormir cette nuit-là.
     

     


     
                Le lendemain, le voyage reprit.
    Le plus gros du chemin avait été accompli en traversant la montagne et il ne leur restait à présent plus que quelques kilomètres avant d'atteindre le Q.G. ennemi.


    La matinée touchait à sa fin lorsque les choses se gâtèrent sérieusement.
    Le petit groupe traversait alors une grande étendue rocheuse depuis une trentaine de minutes. Les gravats semblaient crépiter sous les semelles. Pourtant, les cœurs étaient légers et personne ne semblait s'inquiéter.


    Soudain, Mynocia s'arrêta net.
    « Qu'est-ce que ... C'est quoi cette odeur de ... ? »
    Tous s'immobilisèrent à ses côtés.
    « Il y a un problème ? »
    Elle ignora Black. C'était impossible. Ca ne pouvait pas lui arriver maintenant.
    Le vent souffla, la bourrasque les décoiffant tous.
    Son visage se décomposa.


    « Black, le sac. Donne.
    - Hein ?
    - DONNE ! »


    Panique. De la peur à l'état pur brillait dans le regard turquoise, et il lança le sac sans réfléchir.
    « COUVREZ VOUS, TOUS ! »
    Elle trifouilla dans le bazar et jeta un châle noir sur la tête de Black en s'enroulant avec précipitation dans un second.


    Regard entendu à Tom. Signe de bras. Châle en place.


    « Obéissez ! Et qu'on ne voie pas vos visages ! Myn, ne me dis pas que c'est ...
    - Si.
    - Mais comment ... ?
    - Comment quoi, chers Elfes ? »


    Tous se retournèrent d'un même mouvement vers l'origine de la voix.
    Un homme. sorti de nulle part. Sous leurs yeux.
    Entièrement vêtu de noir. La peau légèrement halée, les cheveux bruns, mi-longs, tirés en arrière. Un grande cicatrice sur le visage, déchirant la peau. Des traits carrés, sales, durs.
    Et un brasier incandescent sur un front dégagé.


    Un élémentaire de feu.


     « Woooow, calmez-vous, je ne suis pas là pour le combat ! Fit l'homme d'une voix trainante, rauque, insupportable, détaillant Tom qui s'était posté, prêt à attaquer, devant sa troupe. 
    - Qui êtes vous ? Et que voulez-vous ? »
    Le chef de guerre restait sur ses gardes, une dague serrée dans sa main droite. Hors de question de relâcher l'attention une demi-seconde.


    « Je m'appelle Kaën, enchaaaaaanté. Je suis un exilé. Un traitre, à ce qu'il parait. Fit-il de sa voix cinglante, parcourant la troupe entièrement voilée du regard, puis revenant sur Tom.
    - Ce sont tes hommes ? »
    - Tout à fait. Touchez-les, et je vous le rendrais au centuple. »


    Sa voix n'avait même pas tremblé. Le dénommé Kaën le détailla de bas en haut, un sourire moqueur au coin des lèvres.


    « Oh, intéressant ... Un élémentaire de Terre. »


    Soudain, le voile du chef de guerre prit feu et il le lança au loin, empêchant d'un geste de main à Black d'intervenir. Cependant, le regard de l'élémentaire avait dérivé sur le justicier, suivant le geste de Tom. Il se rapprocha de lui, le fixant d'un regard vert incendiant tout sur son passage.


    « Que personne ne l'attaque pour le moment, ordonna Tom. »


    Ils avaient tout intérêt à ne pas déraper.
    « Voilà qui est fort aimable, élément de Terre. Sans geste de votre part, je n'attaquerais pas non plus. »
    Le chef de guerre plissa les yeux. Au moindre mouvement ...
     
     « Bon, alors ... Toi, qui es-tu ? »


    Son regard scinda le justicier qui sentit la pulsation de son cœur remonter dans ses oreilles. Cet homme était dangereux. Il fallait faire quelque chose, fuir, le combattre ! Un mauvais pressentiment venait de naître dans son cœur.


    « Black. »
    Il lâcha son nom d'un ton froid. De cette même voix inexpressive et basse que lui apportait l'adrénaline.
    Kaën le détailla des pieds à la tête.


    « Tu sens l'élémentaire toi ... Mais pas que. Qu'es-tu ? 
    - Air. »


    De nouveau, la réponse claqua. Son instinct lui criait de privilégier les phrases courtes.
    L'autre lui arracha son voile. Il resta droit, immobile, obéissant aux ordres de Tom, luttant contre l'envie de se battre.


    Le regard vert se promena sur son visage, détaillant chaque trait, chaque pore de sa peau.
    Kaën termina son inspection du justicier et se tourna vers Mihaje, qui ôta directement son voile en le voyant approcher, le regard dur et fier. Ses cheveux blancs tombèrent sur ses épaules.


    « Oh, une Elfe ... Pauvre, pauvre petit peuple ... »
    Tout sonnait faux dans sa bouche.
    « Si c'est pour faire des commentaires, allez-vous-en. »


    Cette fois-ci, un sourcil tiqua. Tom commençait visiblement à l'irriter.
    « Ecoute petit chef, t'es mignon, mais tu commences à .... Tiens, et toi, qui es-tu ? »


    Mynocia, qui s'était rapprochée du chef de guerre, baissa brusquement les yeux vers le sol.
    Il tourna les talons.
    Tom se plaça devant Mynocia sans hésiter une seule seconde, le regard déterminé.  


    « Elle est timide, laisse la. »
    Le sourcil tiqua de nouveau.
    « Son odeur est bizarre. Enlève ton voile, la timide. »
    Aucun des deux ne broncha. Tom leva les bras, en croix devant la jeune femme.
    Bouclier.


    « Enlève. »
    Un ordre. Toujours aucun mouvement. Les pupilles de Tom brillaient. Il était prêt à mourir là.
    Les doigts halés se levèrent, des flammes y naquirent, et le chef de guerre fit subitement un vol plané de trois mètres, s'écrasant violemment contre le sol. Nelween, Ream, Mihaje et Black se ruèrent vers lui, inconscient qu'ils ouvraient le champ à l'ennemi.


    Quand ils voulurent attaquer, ils se trouvèrent coincés. Un bouclier. Kaën avait dressé un bouclier.
    « Bon, la timide ... Tu sais que tu as une odeur infecte ? »
    Il lui tourna autour lentement, comme un fauve dans une cage. Mynocia, le regard fixé au sol, n'avait pas bronché.
    Les doigts se levèrent à nouveau. Le châle prit feu ... Et s'éteignit.


    Kaën dévisagea ses doigts, comme stupéfait.
    « Mes flammes ... Mes flammes ... »


    Cette fois-ci, elle releva la tête, ancrant ses yeux dans les siens. Sans un mot.
    L'élémentaire recula, électrisé. Le châle tomba au sol dans un bruit mat.


    « Toi ... Toi ... Toi ... »


    Les flammes crépitaient autour de lui. Naissant de ses mains, de son corps tout entier.
    « - Comment as-tu pu survivre ... MYNOCIA ?! »


    Le hurlement résonna. Elle recula. Il avança.
    Tout en lui ne brillait plus que de haine et de colère.


    « Maudite catin, elle a survécu ... 'Aurais du buter ton père au berceau ... Catin, catin, soixante ans de clémence pour ces catins ... Pour vous entendre geindre et défendre cet encu ...


    La voix de Mynocia le coupa. Une insulte. Une autre langue. Des autres mots. Un ton hargneux, violent, brulant. Des yeux turquoise bien trop brillants.
    Le coup partit.


    Elle fut projetée à terre, ses jambes se dérobèrent sous elle. Il se rua sur son corps, agrippant ses cheveux pour avoir son visage face à lui. De nouveau, elle cracha son venin d'une autre langue. Un second coup partit, dans le ventre. Un troisième.


    Encore. Encore. Encore.
    Les yeux plissés, serrés, clos. Subissant sans réagir.
    Kaën déplia le couteau de sa poche.


    La lame approcha sa gorge, sa trachée, descendit sur ses clavicules, ses seins, son cœur.
    Déchira les vêtements.
    Désormais nue.
    Toujours sans réaction.
               

    Tom, sonné par les échecs précédents de la troupe pour briser le bouclier, se releva brusquement. Il avait touché Mynocia. Sa Mynocia.


    « - DÉTRUISEZ MOI CE SALOPARD ! Hurla-t-il, se jetant lui-même à corps perdu contre le bouclier. »
    Il fut éjecté sans cérémonie alors qu'un autre coup atteignait la jeune femme en pleine figure.
    « Black ! Aide ... »


    La fin de sa phrase resta en suspend.
    Ils avaient perdu Black.
    Entouré d'une aura menaçante qui crépitait autour de lui, il avait lâché prise, fou de haine.
    Le vent balaya tout aux alentours.


    Sa main serrait si fort l'étoile à son cou devenue violette que sa paume saignait.
    Il n'était plus Black. Il était Elain, le Rhëeh perdu.
    Soudain, un cri déchira les airs. Mynocia.
    L'étoile à son cou, devenue rouge, lui avait fait ouvrir des yeux d'un violet pur sur la réalité.
    « Laisse moi entrer »


    Dans sa tête, la voix de Black résonna. Alors elle lâcha tout, attrapant l'étoile, perçant elle aussi sa paume, serrant le pendentif contre son cœur.
    « Viens. »
    Le bouclier de Kaën vola en éclats. Black courut vers elle, la serrant dans ses bras, liant les étoiles, les lèvres, les âmes, les cœurs.
    Kaën recula, comprenant.


    « DÉGAGEZ ! » Le hurlement de Tom à Ream, Nelween et Mihaje lui parut déjà lointain.
    Et tout explosa.
     
     


    « Black ! Black, tu vas bien ? »
    Il ouvrit doucement les yeux, tombant sur le visage de Tom qui se jeta dans ses bras.
    « Dieu merci !
    - Tom ... Où est Myn ? »
    La peur avait gagné son cœur. Il s'en fichait d'où ils étaient, de quand, de comment tout s'était terminé. Il ne voulait que Mynocia.
    Tom lui indiqua d'un petit mouvement de tête la jeune femme, dos à eux, adossée seule contre un tronc d'arbre non loin.


    Son ami lui saisit l'épaule.
    « Ne pose pas de question. Soit juste ... Là. »
    Ils se dévisagèrent un moment. Il savait. Il le sentait.
    Black se releva, titubant un peu, rejoignant la guerrière.


             Ca faisait mal. Rien qu'à sentir. La douleur de Mynocia lui lacérait le cœur à travers le lien.
    D'après ce qu'il avait compris, ils étaient tous deux tombés inconscients et le groupe les avait transportés jusqu'à une petite forêt voisine. Il savait que Kaën s'était enfuit.
    Comment il avait eut toutes ces informations, il l'ignorait.
    Il tomba aux côtés de Mynocia, ne sachant plus quoi dire ou faire.
    Le temps passa. Il se sentait mal. Il voulait aider, réconforter.


    « Myn, je ... »
    Elle se tourna vers lui, saisit son visage en coupe entre ses mains et l'embrassa. Pourtant, son cœur ne s'en brisa que plus. Le lien. Le lien. Le lien. Cette foutue connexion mystique venait de lui transmettre avec encore plus d'intensité toutes ses émotions.


    Le cœur trop lourd, trop perdu, il éclata en sanglots dans ses bras.
    Elle le rattrapa comme elle put.
    « Eh, Blacky ... »
    Il n'y avait jamais eut autant d'émotion dans sa voix. Il se terra contre elle, la serrant fort, sanglotant sur son épaule.


    « Je vais bien, andouille ... Pourquoi tu t'inquiètes comme ça ... »
    Il ne put répondre. Il ne voulait pas. De toute manière, il ne savait pas. Il ne savait plus.
    « Eh, p'tit roudoudou, calme-toi ... »
    Il tremblait dans ses bras. Dans son cou, des larmes bouillantes tombaient à présent.
    Ses nerfs semblaient avoir lâché.


    Elle soupira, berçant le jeune homme contre elle.
    « Je suis désolée, Blacky-bear. »
    Il renifla bruyamment, appréciant la rare douceur de ses mots, la tendresse de ses gestes.
    « Je t'aime, Mynocia. »
     
                Les mains se lièrent, et ne se lâchèrent plus tout le long du trajet restant.
    L'ambiance était demeurée au silence. Aux non dits qui flottaient entre-eux dans l'air.
    Pourtant, il ne leur fallu que trois heures pour rejoindre le repaire ennemi.


    Une fois sur place et devant le bâtiment, tous se regardèrent, un peu surpris. C'était trop simple.
    Tom, comprenant les doutes de la troupe, proposa de se retirer quelques instants pour discuter de leur organisation.
    A peine finissait-il sa phrase qu'une immense explosion les projetait tous face contre terre.


                Ils se regardèrent, abasourdis. Leur mission venait de voler en poussière avec le repaire.
    Détruit. Plus rien. Un tas de cendres.
    Tom se releva, déclarant d'un air grave :


    « Personne n'était au courant ... Il y a un espion parmi nous six. »
     

     

    FIN DU CHAPITRE 22

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :