•  

     

    Chapitre 23
    Les Reflets de Lune
     

     

     
    Résumé du chapitre précédent : Suite à l'incendie du Quartier Général, le peuple des Elfes se voit contraint de fuir vers le château du Prince Jhi-laim, qui les accueille en urgence au sein de ses murs. Pourtant, rapidement, les choses se gâtent : la voyante Leïnae remarque, en fouillant les décombres, que les élémentaires ont profité de l'attaque pour lui dérober de nombreux maléfices et enchantements ... Une mission secrète est alors organisée pour récupérer ces artefacts. Black, Mynocia, Tom, Ream et Nelween sont accompagnés de Mihaje, une générale de Jhi-laim. Sur le chemin, ils rencontrent Kaën, ancienne connaissance de Mynocia, qui sème le trouble dans le groupe et disparaît.
    Pourtant, quand la troupe atteint enfin le repaire des élémentaires, celui-ci explose. Pour Tom, l'évidence est là : il y a un traitre parmi eux-six.

     




    Le voyage de retour avait semblé trois fois plus long, plus usant et éprouvant que l'aller. Les pieds traînaient, cahotaient contre les gravats, raclant la terre, frappant les roches. L'ambiance, passée de bon enfant à morose, suivait le temps gris et fade qui les accompagnait depuis quelques jours. La pluie tombait en continu contre les flancs de montagnes devenues maussades.


    Au sein de la troupe, le silence avait été élu maître. Plus un mot, plus une parole, comme signé d'un accord tactile entre tous. Les rares échanges n'étaient plus que politesses ou indications sur le chemin à suivre pour rejoindre le plus rapidement le quartier général.
    Pourtant, s'ils n'avaient jamais été aussi scindés, la déception et l'incompréhension qui les saisissait tous leur était bien commune.

    Ils avaient échoué.

     Black soupira, écartant ses cheveux trempés de devant ses yeux. La pluie semblait ne plus vouloir s'arrêter, Tom non plus, et il était épuisé. Autant moralement que physiquement.
    Ce retour de mission pesait sur ses épaules, et le silence comme mortuaire instauré au sein de la troupe ne l'aidait en rien à se réchauffer.


    Le temps s'était refroidi, le mois de mars arrivait et la grisaille avec lui.
    Pourtant, depuis qu'ils avaient pris la décision de rentrer au château, une seule phrase tournait, tournait et tournait encore dans sa tête, inlassable refrain entêtant.
    « Un espion parmi nous »


    Mais ... Qui ? Qui d'entre-eux aurait-il pu faire une chose pareille ? Et surtout, pourquoi ?
    Pourquoi ne pouvait-il s'empêcher de surveiller en biais Mihaje, qu'il avait trouvée étrange à l'aller ? L'elfe était des leurs, c'était idiot, il ne devait pas douter de ses camarades ! Il savait que la cohésion, l'entente et la confiance étaient primordiales au sein d'une armée.
    Et pourtant ...


     « Nous serons au QG dans moins d'une heure. »
    Il s'entendit soupirer de nouveau, de soulagement cette fois-ci. Plus qu'une heure de marche, enfin ! Ses pieds commençaient à le lancer méchamment et ses cheveux mouillés dégoulinant dans son cou le gelaient sur place ...


    Trois quarts d'heure plus tard, la première tourelle du château de Jhi-laim se profila à l'horizon et Black sentit un sourire passer ses lèvres. Enfin de retour !
    Il n'en pouvait plus et n'aspirait qu'à une chose : retrouver enfin la chaleur de leurs quartiers, la douceur des draps du lit bleu, la tiédeur bienvenue de la salle de bain marbrée d'or et ... Minute.
    Non.Ils n'avaient plus d'appartements depuis l'incendie du Quartier Général ...


    Il soupira encore, cette fois-ci pleinement démoralisé. Il sentait venir les longues explications en tête à tête avec la Reine, coincé des heures sur une chaise de bois ... Et l'idée ne l'enchantait guère.

     



     « Atchoum !
    -A tes souhaits, Blacky.
    - Merci. »


    Le justicier renifla de nouveau, grattant son nez qui picotait. C'était bien le moment d'attraper froid ...
    Toutefois, il avait été agréablement surpris. Tom avait tenu à faire le compte rendu de leur mission seul à seul avec son frère, sa mère et la voyante, libérant le groupe et permettant à Ream, Nelween et Mihaje de regagner leurs quartiers respectifs.
    Restés seuls, les liés avaient échangé un regard : il fallait attendre ... Et dans le froid.
    Une autre série d'éternuements le prit et Mynocia tomba à ses côtés sur le banc de pierre froide.
    « A ce point, Blacky-bear ? »


    Un hochement de tête affirmatif lui répondit. Lâchant un « ah, lala ... » mi exaspéré, mi attendri, elle se releva et partit trifouiller dans leur sac de voyage qu'elle avait négligemment balancé à l'autre bout du couloir.

     Une couverture polaire lui tomba sur les épaules et il s'enroula dedans, remerciant la guerrière d'un autre éternuement. Elle revint s'asseoir à ses côtés, croisant les jambes, fixant la porte de bois derrière laquelle avait disparu Tom.


    Elle n'en revenait toujours pas. Kaën. Après toutes ces années. Sa garde était retombée, un instant, une minute, qu'en savait-elle, et voilà que l'élémentaire resurgissait des profondeurs d'un passé qu'elle ne pouvait pas oublier. Au fond d'elle, elle le sentait. Connaissant l'ampleur du phénomène, son retour ne pouvait être qu'annonciateur de catastrophes, mais pour l'instant ... Elle préférait juste ne pas y penser.


    Une masse rouge tombant sur son épaule la sortit de ses pensées. Enroulé dans un doux cocon de chaleur, Black venait de piquer du nez contre elle. Elle déroula son bras derrière ses épaules et l'attira contre elle, cognant leurs genoux. Instinctivement, presque mécaniquement, ses doigts se glissèrent dans les mèches rouges, jouant, caressant, dessinant le contour des cheveux mouillés, comme un geste habituel, banal, auquel elle ne pouvait rien.


    La main de Black glissa contre la sienne, restée sur sa cuisse, liant leurs doigts, lui tirant un sourire. Dire qu'il dormait ... Elle était bien tentée de le soulever en baluchon et de le jeter sous le déluge à l'extérieur pour lui faire passer l'envie de s'endormir contre elle ... Mais pour une fois, le souffle régulier et calme à demi caché par le martèlement de la pluie la retint.


    Il avait véritablement besoin de repos.
     Le voyage l'avait épuisé, elle aussi. Kaën avait mis ses nerfs sans dessus-dessous, et si Tom n'avait pas été là, plus que jamais, elle aurait craqué.
    Levant les yeux vers le ciel désormais cendré, elle soupira. Les ennuis ne faisaient que commencer ...
    Elle réalisa à peine que la chaleur de la main de Black au creux de la sienne l'avait détendue et fait fermer les yeux.


    Plus rien d'autre que le claquement des gouttes contre le sol ne résonnait dans ses oreilles.
    L'eau. Si proche. Tellement familière.
    Un rythme lent, connu, régulier, doux, presque mélodieux, qui la berçait, comme au gré des flots, l'entraînant dans un tourbillon lui faisant perdre pied ...


    Elle tomba contre Black, et le rejoignit dans le sommeil.


     Tom réajusta son caban, enroula une écharpe de laine autour de son cou, attendit que Jhi-laim ait fait de même, remercia sa mère et Leïnae, et quitta la petite salle avec son frère. Son compte rendu avait été plus long que prévu, et il s'était disputé avec Jhi-laim qui vouait une confiance sans borne et aveugle à son peuple, soutenant que sa théorie de l'espion était tout bonnement irréalisable. Pour lui, l'évidence était claire : Kaën avait transmi leur positions, et avait fait exploser le repaire à leur arrivée.


    Tom avait eut beau batailler, ni la Reine ni le Prince ne voulurent en entendre plus.
    Lui savait, pourtant, qu'il demeurait une différence. Une nuance qu'il n'avait pas pu dire. Cette teinte sombre, secrète, qui dégageait l'impossible : il y avait bel et bien un espion dans leurs rangs.


     « On croirait que tu boudes.
    - J'ai passé l'âge, Jhi-laim. »


    Il se tourna vers le prince, lui rendant un sourire. Parfois, leur complicité d'antan revenait, pour quelques secondes, quelques instants, où ils avaient l'impression que tout pourrait être comme avant.


    « Ho là, on en a perdu deux en route semble-t-il ... Rit l'elfe, dévisageant Mynocia et Black qui s'étaient endormis, serrés l'un contre l'autre, en les attendant dans le couloir. 
    - Il semblerait, oui, sourit à son tour le chef de guerre en se penchant pour réveiller ses amis. »

     



     « Whaaaaah !
    - Un peu plus et je pourrais bientôt dresser la cartographie des étoiles dans tes yeux, Blacky-bear. »
    Le dénommé n'entendit même pas la remarque de Mynocia, tournant sur lui-même dans les nouveaux appartements que Jhi-laim avait aménagé pendant leur absence.


    Vert. C'était vert, fleuri, et boisé. Une véritable forêt.
    Des fleurs débordaient de partout, étalant leurs couleurs et diffusant dans l'air une odeur de rose, de jasmin, de lys ... Un parfum léger, ambiant, qui aurait pu être lourd et gênant, n'était qu'une délicieuse fragrance flottant dans l'air, semblant pouvoir s'évanouir à tout instant.


    Tout ce qui n'était pas végétation dans la pièce était du bois. Du hêtre, du pin, de l'acajou ... Sous toutes leurs teintes.

     Black, l'esprit toujours légèrement embrumé de sa précédente petite sieste, continua son inspection de leurs nouveaux appartements, appréciant la douceur de l'air, la chaleur ambiante, laissant ses doigts courir contre les épaisses reliures des marées de livres devant lui.


    Mynocia, perdue à la fenêtre derrière le grand lit à baldaquin, le regard perdu entre deux gouttes, le laissait jouer à l'écureuil curieux et toucher à tout dans la pièce. Elle ne se retourna même pas quand une pile de livres lui tomba sur la tête et qu'il gémit de douleur en massant la nouvelle bosse sur son crâne.
    « Je n'arrive pas à croire que Tom ait fait ça.
    - Tu as dis quelque chose ? Demanda Black en stoppant momentanément ses jurons contre l'étagère qui avait cédé sur son crâne.
    - Non, rien. Tu devrais aller inspecter la salle de bain, peut être aurons-nous droit à une véritable serre tropicale. » Les jours passèrent. La routine revint et la grisaille, longtemps restée maître des cieux, finit enfin par céder sa place aux doux rayons du soleil. Black profitait de ces jours de repos pour se renseigner sur la culture elfe, allant même jusqu'à tenter de poursuivre Mynocia à la bibliothèque. Souvent, il atterrissait chez Tom, sans trop savoir pourquoi ni comment il était arrivé là, une tasse de thé brûlante dans les mains, à parler de tout et de rien.


    Il avait même eu la chance de croiser à nouveau Yael, et de faire plus ample connaissance avec Jhil, sa tutrice. Pourtant, il ne pouvait toujours pas accepter le fait que ce petit ange avec qui il s'entendait si bien était le fils de monstre qu'était Stac.


    De nouveau, le temps s'écoula, reprit son interminable course, et il comprit en regardant Mynocia pester contre le bazar qu'il semait dans leurs quartiers, qu'en temps de guerre, les sourires de ses amis étaient l'or le plus précieux au monde, le met le plus fin... L'arme destructrice qui vivait en lui.
     Deux coups brefs. Encore. Elle releva la tête de son livre.


    « Entre. »
    Le mot de passe fut murmuré, presque susurré, et la porte s'ouvrit.
    « Encore avec ce recueil ?
    - Comme tu vois. »


    Mynocia ferma le livre, le reposant sur la pile déjà conséquente qui grandissait au pied du lit. Tom lui sourit doucement, tombant à ses côtés sur le matelas, s'enfonçant dans les coussins.


    « Black n'est pas avec toi ?
    - Il est en atelier ''chant-décrassage-cassage de gueule aux pieds mouillés''. Tu le cherchais ?
     - Clia veut nous voir tous les trois. »
    Mynocia leva les yeux au ciel. Qui savait ce qui allait bien pouvoir leur tomber dessus cette fois-ci ...
    « Bon, je vais pêcher le Blacky, et on y va. »


    Elle se releva, faisant grincer les ressorts, se dirigeant vers la salle de bain en remontant ses manches.
    « Myn ?
    - Mh ? »
    Elle s'arrêta. Il continua, la fixant à travers le reflet du miroir.


    « Tu as des boucles d'oreilles magnifiques. »
    Elle hésita, son regard croisant le sien à travers la glace. Le vermeil brillait. Trop intelligent pour son propre bien.
    « Merci. »


    Seule l'intimité entre eux, le lien sacré de l'amitié qui les reliait lui permit de comprendre qu'elle ne parlait déjà plus des lys à ses oreilles.


    « J'ai besoin de vous.
    - Ca, on ne s'en doutait pas. »


    Clia, Tom et Black lui lancèrent un même regard réprobateur. Il n'y avait bien que Mynocia pour oser railler la Reine de cette manière.
    « Qu'attendez-vous de nous, mère ? »


    Elle se tourna vers son fils, ses yeux noisette le couvrant tendrement. Pourtant, derrière son sourire maternel, elle semblait fatiguée, comme épuisée.


    « Un groupe a demandé à me rencontrer, moi et mes guerriers. Ils ont parmi-eux un mage qui est entré en contact avec Leïnae et lui a proposé d'organiser une entrevue. Ils disent se nommer les « Reflets de Lune ». Cela vous dit-il quelque chose ? »


    Le silence suivit. Le trio hocha négativement la tête, et ce fut Black qui reprit :
    « Pourquoi ne pas les avoir reçu en audience au château, comme vous nous avez reçu à votre arrivée ? »
    Mynocia leva les yeux au ciel pour la seconde fois de la journée.


    « Nous sommes en guerre, je te rappelle. Prendre le risque de faire entrer n'importe qui au Q.G. n'est pas la chose la plus intelligente à faire. Notre cas était un peu particulier, puisque son Altesse me connais et que je sais où se trouve le château. »

     « Quand cette rencontre aura-t-elle lieu ? »
    Clia croisa les mains contre son bureau de bois, prenant le temps d'attendre que Black et Mynocia aient fini de se chercher des puces.


    « Ce soir, à la tombée de la nuit. Comme vous vous en doutez, je voudrais que tous trois assureriez ma protection. Bien qu'il ne semble pas s'agir d'ennemis, comme l'a dit Mynocia, nous ne pouvons savoir ce que la guerre nous réserve. »
    Black croisa le regard de ses deux amis, cherchant dans les yeux l'étincelle, la lueur contenant leur réponse.
    « Comptez sur nous, conclut Tom. »


    Elle leur sourit, témoin de leur échange muet.
    « Dans ce cas, je vous attend dans le hall extérieur à dix-huit heures, au dernier son des cloches. Oh, et une dernière chose : pensez à aller voir Leïnae pour qu'elle vous équipe. »


    Elle se releva, déclarant l'entretien clos, et les trois élémentaires s'inclinèrent avant de sortir de ses appartements.
    « J'me demande bien ce que sont ces ''Reflets de Lune'', murmura Black pour lui même, avouant tout haut ce qu'ils pensaient tous trois'>>

     

     

    « Je dois vraiment avaler ça ? »
    Black dévisagea le verre que la voyante lui tendait de ses doigts arachnéens en grimaçant. Ce truc était rose. Rose fushia. Et il n'avait aucune confiance dans les mixtures de la medium.
    A ses côtés, Mynocia but la sienne d'une traite comme s'il s'agissait d'alcool, et il retourna son regard sur le liquide qui tournait dans ses mains. Non, vraiment, ça ne l'inspirait pas ...


    « Bon Blacky, va falloir que ce soit moi qui te le fasse boire ? »
    Il inspira longuement. Il ne voulait même pas savoir comment et par où elle comptait le lui faire ingérer. A trois. Il comptait jusqu'à trois et ...


    Il reprit une grande bouffée d'air, se pinça le nez ... Et avala son verre d'une traite. Il frissonna en sentant le liquide tiède descendre dans sa gorge et s'attendit presque à se retrouver affublé de cornes ou de doigts roses. Il n'en fut rien.


    Rien du tout. Ce truc n'avait même pas de goût.
    « Bien, normalement cela devrait faire effet dans une heure, sur deux jours complets. Soyez tout de même prudents : car si la potion camoufle vos identités aux regards de voyants ou mediums, elle ne les fait pas disparaître. Libre à vous de vous servir de vos dons avec précaution.


    - Mais pourquoi sommes nous obligés de nous cacher ? Se plaignit Black.
    - Tu réfléchis deux secondes avant de parler ou tes neurones sont en grève aujourd'hui ? Je te rappelle que tu es le Rhëeh, et que si cette information devait arriver aux oreilles des élémentaires de feu ... Tu pourrais te considérer comme « ennemi public numéro un ». Ces ''Reflet de Dune'' ou je ne sais pas quoi n'ont absolument pas besoin de savoir que nous sommes tous trois des élémentaires !


    Le coup de gueule de Mynocia sembla tirer Leïnae de ses pensées et elle disparût dans ses tiroirs, revenant quelque instants plus tard, trois cailloux dans la main. « Des pierres d'Emal, éluda-t-elle devant les trois regards interrogateurs qu'elle reçut en leur présentant, elle devraient dissimuler les signes sur vos fronts ... Gardez-les toujours en contact avec votre peau.»


    Elle leur fourra dans les mains de petits cailloux de la taille d'un pouce, qui se teintèrent de vert en touchant leurs doigts.


    Black sentit son front le démanger, et jetant un regard à Mynocia et Tom, il s'aperçut que leurs signes avaient disparu.


    « Que possédez-vous comme armes blanches ? Enchaîna Leïnae en partant fouiller de nouveau dans son armoire. 
    - Un sabre, répondit Tom en tapant sur le fourreau sur sa hanche.
    - Une épée ... Et ma dague, compléta Mynocia.
    - Euh ... Rien du tout ? Bredouilla le justicier rouge quand le regard vide de la medium se tourna vers lui.
    - Qu'est-ce que tu as fais de la dague que tu portais à la cuisse, andouille ? »


    Il haussa les épaules, piteux. Il n'en avait strictement aucune idée.
    « Je vais voir ce que j'ai. »


    La voyante disparût de nouveau à travers son capharnaüm dans un tourbillon de robes et une odeur d'épices, laissant Mynocia traiter Black de gros boulet.


    « C'est toujours la même que tu portes à la cheville ? 
    - Les vieilles habitudes ont la vie dure ... »
    La guerrière sourit au chef de guerre, tous deux regardant Black se faire équiper par Leïnae revenue de son aventure dans ses placards.
    « Sortez les vôtres, je vais les enchanter aussi. »
    Le duo obtempéra, et Mynocia se retint de râler. Pour une simple rencontre cordiale, ces multiples protections, c'était abusif.

     

     

     « Et les châles, c'est vraiment nécessaire ? Pesta Black en s'embobinant les cheveux dans le morceau de tissu noir, il fait bientôt nuit, on va nous trouver louches ! Sérieusement, on ressemble à des ninjas ! 
    - Je suis impressionnée par le nombre de trucs insensés que t'es capable de sortir en une phrase. Et arrête, touche plus, tu vas finir par te coincer la tête la dedans et mourir d'un choc cérébral entre tes neurones grévistes. Laisse moi faire, gros boulet. »


    Elle lui arracha le châle des épaules, précipitant ses cheveux devant ses yeux, le faisant tituber. Tom, à leurs côtés, prêt depuis belle lurette, éclata de rire en voyant les cheveux rendus électriques de Black suivre le mouvement du tissu et se dresser sur sa tête.


    « - Quoi ? Bouda le justicier en fixant son ami, tentant de ramener ses cheveux dans une position un peu plus normale, soit tombant sur ses épaules et non pas volant vers les cieux.
    - Vous êtes adorables tous les deux. »


     Mynocia haussa un sourcil. Black baissa les yeux. Tom ... Ne semblait même plus se rendre compte de la douleur qui vibrait au fond de ses yeux vermillon.
    « Je vois que vous êtes prêts !  S'exclama Clia en arrivant à leur hauteur à l'instant même où les grandes cloches du château sonnaient les dix huit heures. Nous y allons dans ce cas ! »


    Black releva les yeux des dalles grises su sol, attrapant au passage de regard de Tom qui souriait toujours, décollant à la suite de la Reine.

    Clia volait doucement. Volontairement ou non, il n'en savait rien, mais tous trois s'étaient calés sur le rythme lent de la souveraine, observant le paysage défiler sous eux.


    Ils étaient sortis du champ de protection de Leïnae depuis quelques minutes, et une petite brise nocturne les faisait migrer vers le nord. Au loin, le soleil disparaissait derrière la montagne, baignant le monde d'une lueur orangée, zébrant le ciel de rose et de rouge.
    Simplement magnifique.

     « Black, on descend ! »
    La voix de Tom le tira de sa contemplation du paysage et il suivit le groupe qui se dirigeait vers une clairière. Il n'avait aucune idée de l'endroit où ils se trouvaient, mais cette petite forêt lui semblait familière. En se rapprochant, il distingua des tables de bois clair et des ombres assises autour.


    « On dirait une aire de repos, s'amusa-t-il en posant pied à terre.
    -Une quoi ? Demanda Tom en atterrissant à ses côtés.
    - Un endroit sur les autoroutes où les gens font des pauses après des heures de route ...
    - Une autoroute ?
    - Je t'expliquerai. »


    Il avait écourté leur discussion en remarquant trois silhouettes se détacher des tables et se diriger vers eux.
     Deux femmes et un homme. L'une, marchant en tête, la peau claire, les cheveux bruns, l'autre, plus à l'écart, la peau d'un noir profond, les cheveux coupés courts. A leurs côtés, un homme, brun, grand. Un trio étonnant ... Par leur banalité.


    « On dirait des humains » Pensa Black en les voyant se rapprocher de plus en plus.
    Arrivés à leur hauteur, tous trois s'inclinèrent à leurs pieds.
    « Votre Altesse, c'est un honneur. »


    Le justicier n'eut aucun mal à comprendre comment ils avaient su qui des deux femmes était la Reine. Mynocia était voilée, et Clia n'était pas vraiment ... Discrète, enroulée dans sa robe de fils dorés.
    D'un geste de main, elle les invita à se relever, et la jeune femme qui avait prit la parole, à la peau cendrée et aux cheveux courts, leur désigna la table de bois d'un regard.

     Étrange. C'était étrange, que de se retrouver assis aux côtés de trois inconnus et de la Reine autour d'une table d'aire de repos. La scène lui paraissait aussi décalée que s'ils s'étaient tous installés, l'air concentré et sérieux, sur les animaux à ressort d'un parc pour enfant.


    Il profita néanmoins de leur position pour détailler les trois nouveau arrivants.
    La jeune femme à la peau noire semblait mener le groupe, et ses yeux d'un marron sombre brillaient de vivacité et d'intelligence. Jeune, la trentaine, sa posture et son charisme certain lui en donnaient dix de plus.
    A ses côtés, un homme d'une quarantaine d'années, le visage carré, les yeux bleus et le regard tendre. Il avait les allures d'un père de famille doux et aimant ... Et Black se demanda un instant ce qui l'avait amené à se retrouver dans cette bande atypique.


    Enfin, assise en bout de table, une femme sensiblement plus jeune, à peine âgée de vingt ans, maquillée à outrance sur un visage triangulaire, rappela curieusement au justicier rouge le genre exact de filles qui lui courait après au lycée et qu'il s'était efforcé de refiler à Sean ou de mettre à l'écart de sa double vie.
     « Bien, je suppose que vous vous demandez, et légitimement, qui nous sommes et ce qui nous a conduit à vous. »


    La Reine ne répondit pas, son regard scrutant la jeune femme face à elle. Loin de se laisser impressionner, celle ci reprit.


    « Je m'appelle Nawi, la jeune femme à votre gauche est Ellyre et à mes côtés, Liam. Nous sommes tous trois humais. »


    Gagné, rit-il intérieurement.
    - ... Cependant, nous sommes ... Légèrement différents des autres.


    Elle ferma les yeux quelques instants, semblant chercher ses mots, et quand elle les rouvrit, son œil gauche brillait d'une étrange lueur. Comme si un tourbillon d'arc-en-ciel avait migré dans ses prunelles. A ses côtés, les yeux de ses compagnons se transformèrent à leur tour.
    « Nous sommes les reflets de la lune. »

    Captivant. Il ne pouvait plus détacher son regard du maelström de couleurs qui dansaient dans cet œil. Tournant. Le bleu virait au vert, au jaune, au rouge ... Semblait l'aspirer au cœur de l'âme de cette femme.
    « Nous sommes des mages, en quelque sorte, et nous savons que la guerre fait rage en ce monde, mais nous n'avons pas ... Les bonnes armes pour nous battre. La plupart des autres humains ne nous comprennent pas, voyez-vous. Ils veulent nous saigner, nous interner, nous soigner ... Mais eux, eux ne voient pas ... »


    Elle s'arrêta, plantant son œil arc en ciel dans les pupilles de la Reine.
    « Souhaitez-vous vous joindre à nous ? »


    La voix de la souveraine sembla plus douce, caressant les étoiles, et la dénommée Nawi lui sourit.


    « Nos pouvoirs pourraient être à votre service, oui.
    - Leïnae avec qui vous avez pris contact, parlait d'un marché. Dites m'en plus.
    - C'est moi qui ai joint votre voyante, Altesse, et permettez moi de vous dire que ce n'était pas chose facile ! Intervint le dénommé Liam. En effet, nous aimerions passer un marché avec vous. L'un des nôtres à été capturé pour ses « liens » avec quelqu'un de suspect, et nous n'avons pas les moyens physiques de le sauver. En échange de sa libération, nous servirons la mort à vos côtés, Altesse. »


    Le silence retomba. Il était évident que Clia pesait le pour et le contre de cette nouvelle alliance, le peuple des elfes ayant développé avec le temps une méfiance accrue envers celui des Humains.
    D'un autre côté, trois mages de plus dans leur armée ne pouvait être qu'une affaire profitable.
    « - Tom, qu'en penses-tu ?»


    Ce n'était pas à son fils qu'elle demandait conseil, mais au fabuleux guerrier, stratège et chef des armées qu'il était.
    « Ma foi, s'ils sont capables d'apprendre à sa battre et qu'il jurent loyauté envers l'Empire ... Je n'y vois pas d'inconvénient.
    - Nous pouvons faire mieux, et mettre à votre disposition des salles d'entraînement spécifiques et enseigner à vos hommes la magie d'attaque élémentaire. »


    Tom croisa le regard de Liam. Cet homme semblait être le stratège de la bande, doté de beaucoup d'expérience, il avait su toucher un point sensible et détecter une faiblesse de leur armée : le manque de place que prenaient les forêts alentours pour s'entraîner. La présence d'un homme doté de jugeote et d'un bon raisonnement ne pouvait que leur être bénéfique.


    « Peut être que la technologie humaine pourrait vous être utile, avança Ellyre, qui dévisageait les châles de Black et Mynocia depuis le début de l'entretient comme si elle eut été capable de voir au dessus. »
    Sa voix était fluette, criarde, et ses manières bien moins soignées que ces deux autres camarades.
    « Qu'en dites-vous, Altesse ? »


    Ce fut Nawi qui reprit la parole, fixant la souveraine de son œil troublant.
    « Je suppose que cette mission nous en apprendra plus sur vous et vos méthodes. J'accepte de libérer votre camarade et rediscuterons à ce moment là de votre entrée au sein de l'Armée de Cristal. »

     « Dans ce cas, marché conclu, fit Liam en tendant sa main à la Reine. »
    La réaction fut immédiate : Tom prit place devant elle, en posture de combat, la main sur son sabre, menaçant. Liam sembla perdu, mais le chef de guerre ne broncha pas.


    « Tom, intervint Black, détend-toi, ce n'est qu'une poignée de main, une manière humaine de sceller un accord ... Un signe de paix. »
    Il sentit son ami hésiter.
    « Il dit vrai. »


    Mynocia acheva de le convaincre et il s'écarta, permettant à Liam de serrer la main de la Reine.
    Black se détourna du chef de guerre, soulagé, et remarqua qu'Ellyre le fixait toujours de manière insistante. Il croisa son regard noisette et lui envoya un sourire. Etonnée, elle le lui rendit, un peu maladroitement.
    « Mignon, pensa-t-il. »

     

     

    « Cela sera totalement désert, avait affirmé Nawi à leur départ, le lendemain matin. »
    Et aussi étonnant que cela ait pu paraître, c'était vrai. Le repaire était désert. Pas un seul élémentaire aux alentours.


    Black rejoignit ses amis en deux enjambées, ne pouvant s'empêcher de trouver cet abandon de base franchement étrange. Un repaire ennemi laissé aux araignées, comme ouverts aux visiteurs, c'était plutôt louche, de son point de vue.


    « Vous êtes sûre qu'il est ici ?
    - Absolument certaine. »


    Nawi poussa la porte principale qui s'ouvrit sans encombre dans un grand grincement, et se tourna vers le trio qui n'avait pas bronché.


    Black, Mynocia et Tom suivirent enfin, leurs mains serrées contre les armes dans les fourreaux. L'endroit était immense, froid, pareil à un ancien manoir délaissé de toute habitation depuis plusieurs semaines. Les toiles d'araignée pendaient au plafond et chacun de leur pas déplaçait la poussière sur les dalles jaunies et carrelées.


    « Je ne parviens pas à sentir précisément ... C'est étrange, murmura Nawi, comme pour elle-même.
    - Donc nous sommes bons pour fouiller le repaire, soupira Mynocia en poussant la première porte. »
     Une chambre. Dans les tons boisés, rangée, d'une banalité affligeante. Comme impersonnelle, sans vie ou trace d'ancien habitant. Pas de photo, de cadre sur les commodes. Ni même de bombe dans les tiroirs. Simplement ... Vide.


    Seconde porte. Cuisine. Des plaques recouvertes de poussières, des placards débordant de toiles d'araignées. Une table vide, sans sel et poivre.
    Troisième porte. Salle de bain. Un peu rouillée, mais tout aussi délaissée.
    Ils sortirent et remontèrent le couloir. Cette maison était véritablement étrange ...


    Quatrième porte. Salle à manger. Carpettes à gogo, sofas moelleux, lustres à bougies éteintes et grandes armoires de verre noyées sous la poussière.


    Ce désert lui donnait l'impression d'être accompagné d'un agent immobilier et de visiter une maison en vente. Il n'était pas trop manoirs, non, vraiment, le salon rococo ça allait chez les autres, mais si on lui demandait son avis, lui préférait de loin une petite maison à la campagne, dans un charmant petit village, avec ...


    CLAC.


    « Et un chien et une piscine aussi ? »
    Ah, tiens, bonne idée, il n'y avait pas pensé.


    Elle lui lança un regard noir et il se massa l'arrière du crâne qu'elle avait frappé pour le sortir de ses rêveries.
    Derrière-eux, le regard de Nawi ne les avait pas quitté. Ces deux-là dégageaient quelque chose d'étrange ...
     Il grimpèrent à l'étage, faisant hurler les vieilles marches des escaliers d'acajou.


    Cinquième porte. De nouveau un salon. Encore plus rococo que le premier. Black sourit en esquivant la seconde claque de Mynocia qui manqua Tom de peu.
    « C'est vraiment calme ici. »


    La remarque du chef de guerre eut le don d'affoler le justicier rouge. Ce n'était décidément pas normal, ce silence.
    « Continuons. »


    La jeune femme sortit la première, et le trio échangea un regard entendu. Surtout ne pas relâcher leur garde une seule seconde.


     Sixième porte. Cette fois-ci, les yeux s'écarquillèrent. Ils venaient de tomber sur ce qui ressemblait à un véritable laboratoire d'alchimiste. Des fioles, de partout. De toutes tailles, de toutes couleurs, perdues dans des installations dignes de véritables expérimentations chimiques. Des livres baignaient dans le capharnaüm ambiant, perdus au milieu de la marée de mélanges et mixtures non identifiées.


    « Qu'est-ce que c'est que ce délire ?  Marmonna Black en s'avançant dans la pièce. 
    - Ne touche à rien ! »
    L'ordre venait de Mynocia. Surpris par son cri, il se tourna vers elle.
    « Sauf si tu souhaite qu'un de ces trucs t'explose à la figure, Blacky ... »


     Il se ravisa instantanément et retira ses doigts de la table, un air effrayé peint sur ses traits. Tous s'aventurèrent dans la pièce, explorant curieusement le bazar ambiant. Les livres et la poussière s'amassaient aussi à leurs pieds, et il flottait dans l'air une odeur inconnue sûrement dégagée par l'une des fioles, plongeant la pièce dans une ambiance verdâtre peut rassurante. Au fond, caché par une grande armoire, barbotait un étrange liquide vermillon dans un grand chaudron de cuivre, bouillonnant encore. Le groupe s'en approchant doucement, méfiant.


    A leurs côtés, Tom saisit un livre et le lança dans la marmite. L'effet fut immédiat : il fut dévoré par la mixture, comme rongé, dévoré.
    Black s'écarta du chaudron d'un bond à l'instant même où Nawi déclarait :
    « Poison. »


    Il frissonna. Qui leur disait que ce truc n'allait pas leur sauter à la gorge d'un instant à l'autre ?!
    « On se croirait dans le repaire d'un sorcier, c'est glauque.
    - T'es gentil, te pisse pas dessus, j'ai pas de rechange. »
     Définitivement, cet endroit était vide.


    Désert, abandonné, livré aux insectes, aux potions du deuxième étage et à la dure loi de la nature.
    Sans aucune trace du « camarade » qu'ils étaient venus secourir.


    Le groupe s'était retrouvé dans le hall après des fouilles minutieuses du manoir ... Qui n'avaient rien donné. Ils avaient passé au peigne fin chaque tiroir, chaque armoire de toutes les pièces de ce fichu manoir, et rien, rien, pas âme qui vive si l'on exceptait les quelques araignées et la colonie de perce-oreille de la commode dans chambre du troisième étage qui avait collé la peur de sa vie au preux justicier rouge, criant et bondissant sous la surprise.
    Mais à part ces quelques bestioles ... Rien.


     « Vous avez du vous tromper, il n'y a rien ici ... glissa Black à Nawi qui inspectait les briques du mur. 
    - Il est ici. Je le vois. »
    Son ton était sans appel, et Black retint un soupir. Il n'y avait RIEN dans ce grand manoir, mis à part de la poussière et, il frissonna de nouveau, des insectes.
    « Devrions-nous fouiller l'endroit une seconde fois ? Suggéra Tom. »
    Cette fois-ci, il soupira pour de bon, s'accoudant contre la rampe d'escalier derrière lui.
    « Fais gaffe à où tu fous tes mains, Blacky, je ... »
    L'instant d'après, il avait disparu.


     Un trou. Un immense trou sous les escaliers, à l'endroit même où Black se tenait quelques secondes auparavant. Sonné, il avait atterri quelques mètres plus bas, les fesses sur des marches de pierre menant aux entrailles même du manoir.
    « T'es un boulet utile en fait. »


    Son cœur battait encore à cent à l'heure. Bon sang, bon sang, bon sang ! Un passage secret ... Mais quel délire !
    Tom décrocha une torche du mur, l'alluma, aida Black à se relever d'une main, et descendit le premier dans le tunnel noyé dans les ténèbres.
    Le justicier, Mynocia et Nawi le suivirent.

     
     Il était dans un mauvais film d'horreur. Il ne voyait pas d'autre solution, ce délire ne pouvait pas être la réalité.
    « Blacky, arrête de me coller, tu veux ? »


    Et elle ne semblait même pas inquiète. Bon sang, mais était-il le seul à trouver cette descente aux enfers effrayante ? Ils ne voyaient pas plus loin que leurs pieds et la torche de Tom faisait danser les ombres contre les murs ...


    Soudain, quelque chose de gelé agrippa son poignet et le tira en arrière. Il paniqua, hurlant et se débattant dans tous les sens... Se retrouvant face à une Mynocia hilare.
    « Et tu trouves ça drôle ?! »


    Sa voix, partie dans les aiguës, tremblait encore, son cœur tambourinait dans sa poitrine.
    Mynocia riait à présent.
     Enfin, les marches disparurent dans le sol et un long couloir se profila devant eux. La lumière s'engouffra dans le tunnel, éclairant des dalles grises et suintantes. Leurs souffles hachés créaient de la buée et il faisait sensiblement plus froid que dans le manoir. Une odeur inconnue, nauséabonde, presque âpre, flottait dans l'air. Une odeur ... De mort.


    Black saisit la main de Mynocia dans la sienne. Tant pis pour le ridule.
    « Ce sont des cachots. »
    La voix de Tom résonna, ricocha contre les murs et sembla lui revenir.
    Qui disait cachots ... Disait prison, disait prisonniers, disait corps, disait cadavres ... Il serra plus fort la main de la guerrière.


    « Panique pas, je suis là. »
    La voix de la jeune femme résonna dans sa tête et il souffla profondément pour se donner le courage d'avancer.


     Pourtant, à l'étonnement général, les cellules étaient vides. Pas de sang, d'instrument de torture ou de cadavre.
    Leurs pas résonnaient dans le couloir.
    «  C'est proche. »


    Nawi passa en tête. Son œil captura les ténèbres et renvoya une puissante lumière jusqu'au fond des cachots. Elle accéléra le pas, forçant le trio à suivre son rythme.
    Enfin, elle s'immobilisa devant les grilles d'une cellule. Black tira sur le bras de Mynocia.
    Une chose. Il y avait une chose par terre.


    « Je fais sauter la grille ? Demanda Tom en fixant Nawi en coin.
    - Allez-y. »
    Un coup de pied et un grand « BAOM » plus tard, le groupe était dans la geôle.
    La torche de Tom éclaira la cellule et Nawi se précipita sur le corps allongé dans les ténèbres.
    « C'est lui. »


    Des cheveux blonds ternes miroitèrent sous la lueur jaunâtre du feu dans les mains de Tom.
    Familier.
    Intrigué, Black lâcha Mynocia et rejoignit la jeune femme agenouillée par terre.
    « Il est vivant. »


    Elle semblait soulagée.
    Pas lui.
    Son cœur, maltraité, s'arrêta un bref instant.
    Il venait de reconnaître ce visage, ce blond de paille sali par la crasse et la moiteur des dalles.

     
     

    « Sean. »

    FIN DU CHAPITRE 23.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :