• Ch19

    Ch19

     

    Chapitre 19

    Au bal des âmes

     

    [ Version illustrée disponible ici ]

     

    Ch19

    Deux pupilles vides, d'un jaune d'or, le dévisageant de l'intérieur l'accueillirent quand il lui semblât enfin redevenir lui-même. Il avait été aspiré subitement par ce gouffre sans fond, le miroir d'un abime dénué d'âme, et des images avaient défilé sous ses propres yeux.


    Il avait vu une jeune femme. Un peuple. Une tragédie. Une histoire qu'il ne comprenait à présent que trop bien, puisqu'elle était sienne.
    Trop. Tout était trop.
    Trop d'émotions différentes l'avaient secoué. Trop de révélations l'avaient ébranlé.
    Il chancela, se reculant le plus possible de Leïnae qui avait tendu la main devant lui, comme inquiète. Mais rien n'y fit. Il était profondément choqué. Tout cela ne pouvait être qu'une blague. Une vaste plaisanterie d'un goût douteux. Rien de tout ce qu'il n'avait vu n'était réel !

    « - Elain ? Tout va bien ? »
    Non, c'était faux ! FAUX ! Il était Black, Black Anderson et personne d'autre ! Cet Elain n'était pas lui !
    « - Taisez-vous ! Hurla-t-il, en proie à un mal être qu'il ne comprenait pas, se fichant que son comportement devienne inconvenant.
    Il se retint comme il put de plaquer ses mains contre ses oreilles tant la voix glacée de la voyante l'avait transpercé.


    - Tout ce que tu as vu n'est que pure vérité.
    Son regard heurta de nouveau le sien et les pleurs de Nyl résonnèrent dans son esprit.
    Il ne voulait pas. Ne voulait plus savoir.
    La medium s'avança vers lui, il paniqua et eut un brusque mouvement de recul qui fit chuter une babiole de son bureau. L'elfe face à lui ne fléchit pas.
    - C'est ton passé, Elain Rheegen. »
    Il recula encore,  cogna la porte de bois derrière lui dans un « bong » retentissant qui lui tira une cuisante douleur dans le dos. Alors, sans réfléchir, il se saisit de la poignée, jeta un dernier regard à Leïnae et détala dans la nuit noire.

     

    L'air glacé lui brûlait les poumons et il manqua à plusieurs reprises de s'étaler de tout son long par terre dans sa précipitation. Ses pieds s'emmêlaient à courir trop vite.
    Seul le martellement de ses pas contre les dalles le raccrochait encore à une réalité qu'il pensait avoir déjà quitté. Il accéléra l'allure, encore, encore, ignorant les protestations de son corps quant-à la vitesse qu'il prenait sans en avoir conscience. Mais il s'en fichait. Il voulait juste courir. Courir, courir, courir encore jusqu'à épuisement, pour ne plus penser, ne plus se confronter à cette histoire.
    Il ne prit même pas garde au chemin de ses foulées qui l'avaient mené instinctivement devant la porte de ses quartiers.

     

    Ch19

    Mynocia soupira pour la énième fois de la soirée, regardant Tom tourner en rond comme un fauve en cage.
    « -Mais qu'est-ce qu'il fiche, bon sang ?! »


    Le chef de guerre regarda une fois de plus sa montre et reprit son manège incessant en constatant que seules vingt ridicules petites secondes s'étaient écoulées depuis sa précédente consultation.
    Il était clairement inquiet et ne cherchait même plus à le cacher.


    Les deux amis avaient très vite remarqué l'absence de Black, mais la Reine leur avait assuré qu'il était en sécurité et les avait forcés à la suivre pour régler une bonne fois pour toute l'affaire « Stac ».
    Une fois la sentence tombée et l' ex-général expulsé, Tom avait tenu à raccompagner Mynocia pour remercier Black. Pourtant, quand tous deux revinrent, la chambre était vide.

    Ils avaient alors attendu, patiemment, prenant le temps d'aborder entre eux ce qui était tabou avec les autres, se retrouvant enfin.
    Mais rapidement, Tom ne parvint plus à se rester concentré, inquiet pour le justicier qui ne revenait pas.
    Mynocia n'avait rien eu le courage de faire pour le rassurer. Le lien lui rongeait le cœur et plus le temps passait, plus elle sentait le mal-être de Black gagner d'intensité.


    Mais qu'était-il donc en train de se passer ?!
    Et Tom à ses côtés n'arrangeait rien, à tourner en rond en pestant dans tous les sens, frisant la crise de nerfs.

    Au moment même où le jeune homme craquait et décidait de partir à la recherche de son ami, la porte grinça. Tous deux s'immobilisèrent, les yeux rivés sur le battant de bois.
    Ce fut un Black à bout de souffle, les cheveux en pétard et la tête baissée qui pénétra dans la pièce, s'attirant instantanément le regard inquiet de ses amis.
    « - C'est pas trop tôt ! Fulmina Tom, inconscient qu'il passait sa peur sur le jeune homme, Tu étais passé où ? Tu aurais au moins pu nous ... »

    Sa voix mourût au fond de sa gorge. A ses côtés, Mynocia réagit au quart de tour, bondit du lit et se rua sur le jeune homme, le rattrapant d'extrême justesse avant qu'il ne s'effondre. Elle le releva, de force, l'obligeant à rester debout, le serrant contre elle.


    Le lien devenait réellement de plus en plus fort. Quelque chose l'avait vraiment bouleversé.
    Doucement, prenant conscience de son erreur, Tom se rapprocha, cherchant à capturer le bleu océan des yeux de Black qui avait enfoui son visage dans le cou de Mynocia.
    « -Qu'est-ce qu'il se passe, Black ? »

    Mynocia sourit. Heureusement que Tom n'était pas conscient de toute la douceur que contenaient ses mots. Mais néanmoins, la jeune femme était rassurée. Le justicier, terré contre elle, tremblotant, n'était que très fortement chamboulé. Aucune trace de traumatisme, de blessure ou d'une quelconque attaque dans son âme.


    Elle le poussa doucement vers le sofa et l'y fit asseoir, incitant Tom d'un regard à venir s'agenouiller face au jeune homme qui semblait déjà avoir repris quelques couleurs.
    « - Ca va aller, Blacky-bear ? Tu veux un verre d'eau ? Une gifle ? Morsounet ? »
    Le regard bleu face à elle se planta dans le sien et un petit sourire perça la barrière des lèvres du Blacky-bear en question.


    Si un jour on lui avait dit qu'il se sentirait réconforté par les piques de Mynocia ... Il reprit son souffle, prenant son courage à deux mains, laissant éclater la première chose qui lui passa à l'esprit :
    « - Je suis le Rhëeh. » 

    Un long silence lui répondit. Ses deux amis connaissaient la légende, il en était persuadé, mais il était convaincu que ni Mynocia ni Tom ne le croiraient si facilement, ce fut pourquoi il crût bon d'ajouter ;
    « - Ma mère, Nyl, était une Elfe de sang-mêlé à un Humain, et mon père, Wind, le dernier élémentaire de l'air... Tous deux sont morts à présent. »


    Il baissa les yeux, incapable de se confronter au turquoise et au rouge ardent. Pourtant, la main de Mynocia était restée sur la sienne, chaude, douce, calme, comme en attente de plus d'informations.
    « - Attend ... Nyl ? Nyl Rheegen ? Tu serais Elin Rheegen, l'enfant perdu ? »
    Black hocha la tête, devinant l'air choqué de Tom. Le chef de guerre avait du entendre parler de cette histoire, il en avait la preuve. 
    « - Wow ... Je ne sais pas quoi dire d'autre, Black ... »

    « - Et si tu nous racontais tout plus en détail, Blacky ? »
    Le jeune homme hocha de nouveau la tête et descendit du sofa, prenant place par terre non loin du duo.
    Alors, il raconta. Narra. Expliqua. Décrivit avec la précision qu'il pouvait tout ce qu'il avait vu et ressenti à travers les yeux de sa mère. Comment elle avait fui son peuple et abandonné son amant pour le sauver, lui, tout juste né. Comment Lysia leur avait sauvé la vie à tous les deux. 


    Il sentit sa voix se serrer quand lui revinrent en mémoire ses derniers instants, ses derniers mots, sa promesse. Mais il tint bon. Et continua. 
    Lysia avait finalement pu tenir parole, et l'avait élevé comme son propre fils, du mieux qu'elle avait pu, alors seule avec ce petit garçon pas tout à fait banal.
    Elle avait tout été pour lui. Jusqu'à la fin.

    Ce fut en sentant la main de Mynocia glisser sur sa joue qu'il réalisa qu'il pleurait. Il allait s'empresser de sécher ses larmes quand la guerrière lui retint le poignet.
    « - Laisse. Ca fait beaucoup de révélations en une nuit, alors ne contiens rien. »
    Noyé. Il était noyé dans cet océan de turquoise.  Alors pour une fois, il lui donna raison et se laissa tomber contre l'épaule de Tom à ses côtés, appréciant qu'il ne fit aucun commentaire. Ils étaient là, ne partiraient pas, et à cet instant, c'était tout ce qui lui importait.


    Comme si elle avait lu en lui, plongé dans ses doutes, Mynocia déclara :
    « - Il est inutile d'en vouloir à qui que ce soit Black, encore moins à toi-même. Cette histoire est la tienne, elle fait partie de toi et il faudra l'accepter. Mais n'oublie jamais ; ce n'est pas sur un passé perdu ou regretté qu'il faut construire le futur. »
    A cet instant, fixant son profil tourné vers les ténèbres de la nuit, il sut. Qu'elle aurait raison.
    Une prédiction taboue, pesée, mesurée, susurrée au futur, qui en disait déjà bien trop.


    Mais ce soir-là, Black Anderson s'en contenta.
     
     

    Ch19

     
     
     
    « - Tu vas arrêter de gigoter, oui ?
    -  Mais ce truc me gratte ! »
    Tom soupira pour la troisième fois de la soirée et obtempéra tout de même en octroyant à Black le magnifique jabot de dentelle noire qu'il aurait du porter. Le jeune homme souffla de soulagement et se passa la main dans les cheveux. Seconde erreur.

    - Black, bon sang, t'as encore tout défait !
    Ce fut au tour du justicier de soupirer quand le chef de guerre s'attela à la dure tâche d'arranger la coiffure qu'il venait visiblement de détruire pour la sixième fois.
    « - Voilà ! Maintenant tu ne touches plus rien, t'es parfait ! »

    Il acquiesça docilement, regardant en coin Tom batailler avec ses propres cheveux pour les plaquer sur son crâne, dégageant son front. Black rejoignit Tom devant le grand miroir à pieds et prit le temps de détailler leurs reflets.

    En effet, ce soir-là était organisé le très attendu Bal d'anniversaire de la Reine, auquel étaient conviés de nombreux généraux et autres membres de l'Empire elfe, dont les liés. Pour l'occasion, Tom avait tenu à habiller et coiffer Black lui-même. Et il devait avouer qu'ils étaient sacrément beaux tous les deux.
    Le justicier rouge s'était valut affublé d'un uniforme noir à la coupe près du corps qui lui donnait un faux air militaire infiniment séduisant, et Tom avait revêtu sa robe de fête brodée de multiples arabesques dorées. Il ressemblait à un prince.

    Parfumés, soignés, ils étaient tous deux irréprochables. Et Tom n'avait jamais trouvé Black aussi beau.
    Enfin, après près de deux heures de préparation, tous deux furent fin prêts. Black suivit son ami qui le guidait à travers la forêt jusqu'au château de Jhi-laim où se déroulait le bal. Le prince tenait à accueillir sa mère en ses murs pour célébrer cet événement spécial qui perdurait depuis des centaines d'années.
    Par chance, le château n'était qu'à une vingtaine de minutes de marche à travers les bois et Tom semblait pouvoir faire le trajet les yeux fermés, ce qui rassura Black qui avait déjà perdu tout repaire.

    Enfin, une tourelle se profila à l'horizon, au sommet des cimes et une magnifique bâtisse se dévoila sous le soleil couchant. Légèrement plus petit que le quartier général, ce château-ci ne possédait que cinq grandes tours et une muraille épaisse qui encerclait une cour extérieure où dansaient déjà d'énormes cierges.
    C'était féérique. Magique et magnifique.
     
    Black suivit Tom un peu à l'aveuglette, ne pouvant détacher son regard du château et des prémices d'une effervescence qui s'annonçait grandiose.
    Pour l'occasion, la cour extérieure avait été divisée en deux parties ; la première, sous la grande muraille, abritait une petite scène où se préparait l'orchestre face à ce qui deviendrait très vite une piste de danse envahie par les elfes. A l'arrière de la scène se dressait un trône encore vaquant, réservé à la Reine qui présidait la soirée. L'autre côté, plus éclairé et vivant, était réservé aux non danseurs et aux gourmands. Un immense buffet doté d'un nombre infini de pâtisseries et d'amuse-gueule se dressait au milieu de l'allée, entouré par plusieurs dizaines de bancs placés là stratégiquement pour accueillir les danseurs épuisés.
    « - Wow ! Lâcha Black, admiratif. La beauté qui s'étalait sous ses yeux était typique du mélange fantastique et médiéval de la civilisation elfique. »

    A ses côtés, Tom sourit. Pour lui, c'était Black le plus beau de cette soirée. Incontestablement.
    Soudain, le silence se fit parmi les quelques invités déjà présents et tous s'inclinèrent quand Clia parût, accompagnée de Leïnae, Ream et bien d'autres elfes que Black ne connaissait pas. Arrivés à leur hauteur, les deux amis se courbèrent à leur tour.

    « - Vous êtes splendide, Mère. »
    Et Tom avait raison. Habillée d'une longue robe ample qui rappelait les habits traditionnels asiatiques, la souveraine avait tressé ses cheveux bruns en une longue natte qui retombait sur ses épaulettes dorées. A sa droite, Leïnae avait adopté pratiquement le même ensemble qui rendait sa carrure encore plus mystérieuse et droite.

    La Reine leur sourit et, toujours suivis de près par la medium, elle se dirigea vers la scène pour s'installer confortablement à la place qui lui était réservée.
    Les minutes défilèrent et rapidement, de plus en plus d'invités arrivèrent à leur tour.
    Parmi-eux, Black reconnut le prince Jhi-laim, suivit du général Huliem et d'une troisième femme aux cheveux blancs qu'il avait aussi croisée dans sa vision du passé, quelques jours auparavant.
    Les nouveaux venus se dirigèrent pour la plupart vers le buffet, attendant patiemment que l'orchestre ne démarre.

    « Mais où est Mynocia ? Demanda finalement Black, cherchant une forme violette au milieu des silhouettes. »
    La question lui brûlait les lèvres depuis qu'ils étaient arrivés et l'absence de la guerrière lui avait mis le doute sur ses intentions. Comptait-elle réellement venir ?
    Ce fut Ream, derrière eux, qui semblait avoir entendu la conversation, qui lui répondit.
    « Elle se prépare avec Nelween, elles ne devraient pas tarder ! »
     
     

    Ch19

    Ch19

    (Ensemble des musiques d'ambiance de ce chapitre, à remettre à tourner) 

    Ch19

     
     
     
    La réponse du général fut rapidement suivie des premières notes qui résonnèrent à l'autre bout de la cour. Toutes les conversations cessèrent et la Reine se leva pour son éternel discours de bienvenue.

    « - Mes amis, cette année je serai brève ! Je vous remercie à tous de prendre part à ce bal pour la 1008eme fois ... Et bonne soirée à toutes et à tous ! »

    Une salve d'applaudissements suivit et la musique doubla d'intensité, convaincant les premiers danseurs à tirer leur partenaire sur la piste.
    Quelques minutes passèrent et Tom réalisa que son regard s'était perdu entre deux danseurs et que Black n'était plus à ses côtés. Le retrouver ne fut pas bien difficile puisqu'il avait surprit le regard gourmand qu'il avait lancé au buffet un peu plus tôt.

    Ce fut donc sans surprise qu'il le rejoignit sur un banc, à quelques pas d'un immense fraisier, l'air très innocent... Et une tâche de crème au coin des lèvres.
    Tentant de camoufler son sourire, il lui tendit un mouchoir, s'attirant un regard bleu tout aussi amusé.
    Le silence s'installa, chacun perdu dans le mouvement des pas face à eux.
    Tom lança un regard aux alentours ; toujours aucune trace de Mynocia. C'était qu'elle se ferait désirer à présent ! Eh bien soit, ils allaient s'occuper en attendant !

    Se relevant, il tendit sa main à Black qui le dévisagea comme qu'il eut déclaré aimer porter des tutus roses à pois verts.

    « - Tu n'es pas sérieux ?
    Un sourire lui répondit et les doigts nacrés se tendirent un peu plus.
    - Je suis un hippopotame, Tom !
    - Tu ne te débrouillais pas si mal avant-hier !
    - Mais ...
    - Allez, viens ! »

    Et sur ce, Black fut tiré de force jusque sur la piste de danse. Il n'était pas convaincu que les trois leçons de Tom suffiraient à éviter le massacre.
    Malgré tout, il suivit son ami et le laissa glisser sa main dans la sienne. Résigné, il passa ses doigts dans son dos et calla ses mouvements sur le rythme régulier de la musique. A leurs côtés, quelques couples s'écartèrent et il tenta tant bien que mal de ne pas fixer ses pieds.

    Droite, gauche, pause, gauche, talon, droite, gauche, pause, pointe, quart de tour et c'était reparti.
    Son regard se perdit dans le brasier incandescent face à lui et il se laissa guider par la démarche souple et assurée du chef de guerre, perdu dans la mélodie sifflée par les violons, ne prenant même plus garde au mouvement de ses pieds. Les pas étaient devenus comme intuitifs et la musique semblait vouloir infiltrer son corps.

    Le temps flottait. Seules stagnaient ces deux pupilles couleur sang qui l'entrainaient dans une valse ardente.
    La musique. Le rouge. Les violons. Le rouge. Les pas rythmés. Le rouge. Cette main chaude dans la sienne. Et ce rouge.
     
    C'était magnétique. Une sensation d'évasion pure et simple.

    C'était le vermeil de plus précieux qu'il lui eût été donné de voir. Et ça brillait, brillait encore, si fort que tout semblait rougeoyer aux alentours.

    Les violons crièrent de nouveau et il accéléra le rythme, entrainant son ami dans ce fantastique tourbillon de notes. Tout n'était qu'un. Et l'un n'était plus qu'eux. Rien ne semblaient subsister d'autre que cet éclat heureux face à lui, le tumulte tapageur de l'orchestre et cette danse effrénée.
    Il se savait capable de s'unir avec son élément et Mynocia. Mais avec la musique, l'osmose était nouvelle. Et l'air autour d'eux semblait les pousser, tournoyant dans cette nouvelle symphonie invisible.

    C'était infiniment beau.
     
    Doucement, dans la cadence la plus féérique qu'il fut, Tom les fit dévier à une extrémité de la piste, laissant le justicier reprendre ses esprits petit à petit. Il savait la sensation enivrante et légèrement perturbante la première fois.

    Leurs mains se lâchèrent.

    « - On fait une pause ? Proposa le chef de guerre.
    Black, clignant des yeux, réalisa alors qu'il était essoufflé.  Jamais il n'aurait pensé qu'une simple danse puisse à ce point l'épuiser.
    « - Avec plaisir ! »

    Il suivit l'élémentaire jusqu'à un banc où tous deux s'effondrèrent en riant. A bout de souffle, ils se lancèrent un regard et décidèrent d'un commun accord muet de faire une trêve de cinq bonnes minutes.
    Moment de répit qui ne fut que très bref car à peine une minute plus tard, la voix de Nelween les tira de leurs songes.

    « - Vous êtes deux jolies feignasses ! »

    Les deux hommes relevèrent la tête d'un même mouvement lent et blasé ... Et s'immobilisèrent.
    La jeune femme debout face à eux n'était pas Nelween. Ce n'était pas possible. Cette sublime créature n'était pas celle qui dormait tous les 28 du mois la tête dans le lac. Pas cette elfe qu'ils avaient délivré du repaire d'Elraz quelques mois plus tôt. Devant eux se tenait une véritable princesse.

    Elle paraissait flotter dans une robe orange criard qui dénudait son ventre et ses épaules sur lesquelles tombaient des cheveux d'un châtain clair coiffés avec une minutie presque affolante. Légèrement maquillée, elle semblait presque saine d'esprit, si on exceptait la lueur de folie qui brillait toujours au fond de ses yeux marron.

    A ses côtés, Ream, fier comme un paon, souriait jusqu'à la pointe de ses oreilles, la main de Nelween enfouie dans la sienne.
    Le duo tout récemment nommés comme « feignasses » se releva et Nelween les entraîna à sa suite vers la piste dansante, ignorant leurs protestations.

    Arrivée à destination, elle lâcha leurs poignets qu'ils massèrent piteusement. Elle avait vraiment une sacré poigne !

    « - Vous venez les artichauts ? On va danser ! »
    Aucun des trois hommes ne s'affligea de la comparaison mais Black refusa net de bouger un orteil.
    « - Mynocia n'est pas avec toi ? »
    Ce fut en s'entendant parler distinctement que Black réalisa que la musique s'était arrêtée et que les conversations étaient subitement retombées. En face de lui, le sourire de Nelween s'agrandit.
    « - Les garçons, je vais compter jusqu'à trois ... Tous deux haussèrent un sourcil ... Et à trois, vous vous retournez. »
     
    Evidemment, tous deux pivotèrent avant que la princesse n'ait commencé son décompte.
    Une seconde passa. Une autre. Et la jeune femme éclata de rire, perçant le silence troublant qui avait gagné l'assemblée.
    Black lâcha le verre qu'il avait gardé en main, Ream se frotta les yeux pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, Tom lâcha son troisième « wow » de la soirée et Nelween ... Rit de plus belle, prenant appui sur le mur pour ne pas tomber.

    Il fallait dire que la surprise était de taille. Cette année, une jeune femme avait accepté pour la première fois de se plier à la tenue traditionnelle elfique ... Et le résultat était transcendantal.
    Black crût rêver. La silhouette en face de lui, qui se déplaçait avec grâce et volupté ne pouvait pas être Mynocia. C'était impossible. Tout simplement.

    Pourtant, les cheveux violets qui volaient derrière elle ne pouvaient tromper personne. Encore moins le jeune homme qui vivait avec elle. Et pourtant, il peinait à y croire tant le changement était époustouflant. Une fois parvenue à la hauteur de la Reine, l'élémentaire s'inclina en une révérence souple qui fit onduler les châles autour de son corps, la rendant presque irréelle.

    Sa longue robe à la couleur de l'émeraude tournoya de nouveau autour de ses hanches quand elle se redressa, libérant son visage à la vue de tous.

    Même de loin, Black put jurer qu'elle était plus belle que jamais. Ses cheveux avaient été tirés et lâchés sur ses épaules, dégageant son visage et lui donnant un air infiniment plus naturel.
    Et bon sang qu'elle était belle.
     

    Ch19

     
     Promenant son regard sur la cour, Mynocia eut vite fait de repérer deux piquets plantés, immobiles et statufiés, en plein milieu. Elle les rejoignit rapidement, indifférente aux nombreux regards qui coulaient sur elle.

    Son regard accrocha celui de Tom.
    « - Pari tenu, très cher. »

    Le regard turquoise dériva vers le justicier rouge qui n'avait toujours pas bronché. Elle le détailla des pieds à la tête, son éternel sourcil gauche relevé.

    « - T'es vraiment mignon comme ça, Blackounet. Manque plus que le morse et on pourra placarder « surdose d'adorable » sur ton front. »
    Aucune réaction.
    « - Eh, Blacky, t'es toujours là ? »

    De nouveau le silence. Justifié pour une fois. En effet, le jeune homme avait suivi l'élémentaire des yeux quand elle s'était rapprochée et c'était à présent son visage qui le fascinait.

    Après avoir vécu près de sept mois avec elle, il s'était habitué à son look oscillant entre le cyber et le gothique, s'abstenant de tout commentaire quand à la quantité faramineuse de maquillage qu'elle était capable de mettre sur elle. Il ne lui avait jamais dit (et puis quoi encore), mais il l'observait parfois la nuit, démaquillée, et il la trouvait infiniment plus belle que la journée.


    Et à cet instant, elle semblait avoir oublié les crayons gras, les faux cils et le rouge à lèvre outrageant violet.
    Simple. Elle avait fait simple. Nature.
    Et jamais ses yeux ne lui avaient parût si beaux, si envoutants. Jamais ses lèvres ne l'avaient autant attiré.
    Il était persuadé de pouvoir ajouter l'adjectif « mynocia » aux synonymes de « sublime ».

    « - Je crois que nous venons de perdre le dernier représentant des Blacky-bear. »
    Le rire clair de Tom suivit et l'intéressé réalisa soudainement ce qu'il était en train de faire la seconde d'avant ; soit caresser tendrement la joue de Mynocia. Il se recula vivement, comme électrisé, sentant ses joues s'enflammer.  


    Habillée en elfe ou non, Mynocia restait Mynocia.


    « - Ce foutu châle me gratte ! »
    Et Mynocia ... Râlait. Le jeune homme la regarda se débattre avec le tissu d'un air amusé, se demandant un instant si c'était à son caractère qu'il avait pu tomber amoureux d'elle. Ou au tout combiné.
    Qu'importe, après tout.


    Elle se débarrassa du pardessus qui la gênait et se saisit de sa main sans prévenir, le tirant à sa suite sur la piste. Aucun des deux ne fit attention aux multiples regards qui les suivirent.
    Pour Black, tout ce qui n'était pas Mynocia venait de disparaître.

    De nouveau, il sentit la musique immiscer ses veines et les battements des percutions imprégner ses pas. Son monde se referma autour de la guerrière, respirant ses gestes, le moindre de ses déplacements, lui permettant de ne former enfin plus qu'un avec elle. Sans fusion d'âmes. Armés par le seul contact de leurs mains, ils venaient de se lier par la danse. De nouveau cette osmose musicale.


    Et Mynocia qui le laissait mener la danse pour la première fois, l'autorisant à imposer son rythme, diriger leurs foulées pour slalomer entre les autres danseurs.
    Le mot magie n'avait jamais prit autant de sens à ses yeux.

    Les danses s'enchainèrent, se suivirent, en une succession parfaite de morceaux tous plus forts les uns que les autres. Tous deux s'étaient évadés dans un autre univers.


    Doucement, progressivement, la sensation d'abandon total retomba et Black prit conscience du nombre grandissant de couples qui valsaient autour d'eux. Une nouvelle chanson se finit et il sentit avec surprise Mynocia le serrer contre elle, dans une étreinte si tendre qu'il sentit son cœur faire un salto arrière. A quoi pensait-elle, devant une si grande assemblée ?!


    Ses protestations intérieures s'interrompirent instantanément quand un trio de violons entama un morceau plus lent, plus profond que les précédents.
    « - Un slow ? »

    Face à lui, Mynocia lui envoya un petit sourire et l'invita d'un regard à parcourir la scène des yeux. La nuit était tombée, entièrement à présent, et le château baignait dans la lueur des cierges et de quelques rares lampadaires à bougie. A leurs côtés, les couples commençaient à fatiguer, mis à part Nelween qui sautait autour de Ream comme une puce sur un trampoline. A l'autre bout de la piste, Tom avait rejoint Jhi-laim qui semblait bien s'amuser à danser avec le chef de guerre.


    Tout était parfait.
    Les quelques minutes du slow qui suivirent furent bien trop courtes et Black, qui allait protester pour un second slow, s'immobilisa.
     
    Jhi-laim.
    Jhi-laim venait d'embrasser Tom.

    Pourtant, avant qu'il n'ait pu émettre la moindre protestation, les lèvres de Mynocia glissèrent jusqu'à son oreille.


    « - Détend-toi Blacky, c'est une tradition. Une vieille coutume ; donner un bref baiser à son premier cavalier de la soirée. »
    Et sur ce, sans qu'il ne puisse rien faire, elle l'embrassa. A pleine bouche.
    Il écarquilla les yeux. Ses baisers étaient si rares et précieux, alors qu'elle daigne le faire devant tant de monde ...
    « - Nous sommes les liés Black, notre relation n'est un secret pour personne, alors décoince-toi un peu ! »
    La voix teintée de mépris résonna dans sa tête et il envoya promener sa conscience et intensifia le baiser, laissant la réalité disparaître.
    « Je t'aime, Myn'. »

    Quand ils se séparèrent, plusieurs couples avaient déserté la piste et partaient à présent se rassasier au buffet avec leur partenaire. Les liés se sourirent et d'un même réflexe cherchèrent Tom du regard ; habitude qu'ils avaient prise après l'épisode douloureux du donjon.
    Sauf que le jeune homme était une fois de plus introuvable.


    Mynocia repéra Jhi-laim dans la foule et s'approcha de lui, lui demandant s'il avait vu par où avait fui le chef de guerre. Elle fut coupée en plein milieu de sa phrase par un bruit sourd de grosse caisse qui fit tourner toutes les têtes vers la scène, où Nelween, armée d'un porte-voix, semblait bien décidée à mettre son grain de sel.
    « -Nelween, on avait dit non ... Maugréa Mynocia en se massant les tempes. »

    « -Bonjour à tous ! Ce soir notre invitée d'honneur nous fait le plaisir de prendre les rennes de l'orchestre ! Applaudissez-la bien fort ! 
    - Je vais l'étrangler avec son porte-voix. »


    Black à ses côtés ne put s'empêcher d'éclater de rire en se joignant aux applaudissements du public, la poussant même du dos de la main à rejoindre la princesse.
    Arrivée sur l'estrade, l'élémentaire jeta un regard noir à son amie qui descendit d'un bond souple en l'ignorant royalement, retournant à la pêche au triton mutant sous les tables du buffet.
    Mynocia se retrouva donc sur scène, seule face à une assemblée qui retenait son souffle. Elle jeta un œil à l'orchestre, leur glissa quelques instructions et la musique repartit.


    Le peu d'elfes qui connaissaient bien Mynocia savaient à quoi s'attendre, mais pour la quasi-totalité des invités qui ne voyaient en elle qu'une égocentrique asociale, la surprise fut de taille quand elle ouvrit la bouche.

    Black sentit son cœur se gonfler de fierté. Cette femme dont la voix sublime venait d'ensorceler le public était Mynocia. Sa Mynocia.
    Après quelques minutes d'une contemplation intensive de l'élémentaire, il daigna se re-concentrer à nouveau sur Jhi-laim.
    « - Désolé, vous disiez ?
    - Si c'est Tom que vous cherchez, il est monté à la tourelle Est ! »


    Il remercia le prince qui lui indiqua l'emplacement de la dite tour et partit rejoindre son ami pour qu'il profite lui aussi du spectacle de Mynocia.
    Bien évidemment, et sans connaître le bâtiment, il eut un mal fou à trouver. Enfin, après dix bonnes minutes à déambuler dans les couloirs, la silhouette familière de Tom lui apparût sur le balcon extérieur.

     

     

    Ch19

    Ch19

     

     
    Il rejoignit le jeune homme qui sembla même ne pas l'avoir entendu, le regard perdu dans les étoiles face à eux.
    Il s'accouda à la rambarde de pierre, fixant l'horizon.


    « - Alors ? Jhi-laim est-il bon danseur ? »
    Tom le regarda, visiblement perdu, prit de court par la question.
    « - Il serait merveilleux s'il ne passait pas son temps à regarder Mihaje.
    - Mihaje ? Répèta Black, intrigué.
    - Sa colonelle, à peu près du même âge que lui. Ils se tournent autour depuis des années. »


    Le justicier rouge sourit, laissant son épaule toucher celle de son ami, permettant au silence de reprendre ses droits.
    C'était un silence calme, chaud, confortable, entre deux camarades perdus sous le vent et les étoiles.

    La brise légère souffla de nouveau, mais ni l'un ni l'autre ne frissonnèrent. Le vent ne parvenait pas à éteindre le spectacle qu'était devenu la nuit. Les étoiles semblaient les appeler, quémander leurs voix, leurs cœurs et l'union de leurs âmes.


    Ils étaient plus proches que jamais. Et jamais n'existait plus.
    Sous leurs yeux s'allongeait l'horizon, étalant un paysage empli d'espoirs et de terreur. Au loin, les cimes voguaient en de doux mouvements semblables au ressac de la mer, comme elles aussi bercées par cette improbable nostalgie du futur.


    Il allait falloir avancer. Se battre pour bâtir un monde qu'ils rêvaient meilleur.
    Gagner pour vivre. Gagner pour trouver la paix.
    Autant sur les terres que dans les cœurs.

    Finalement, la voix de Tom s'éleva, emportée à moitié par le vent.


    « - Qu'est-ce que la victoire, Black ? Ne penses-tu pas que l'on puisse gagner en ayant tout perdu ? Où sommes nous condamnés à mourir sous un étendard tâché de sang ? »


    Le jeune homme ne répondit rien. Et il savait que c'était ce qu'il fallait faire ; à cet instant.
    A nouveau, les minutes passèrent. Les instants unis formèrent l'éternité.
    « - Nous vivrons. Cette guerre ne nous aura pas. »
    La déclaration flotta. Le lien entre eux se resserra encore d'un cran.

    « - Je vivrai avec toi, ou je ne vivrai pas. »

    Black se tourna vers Tom, à présent debout devant lui. Le feu et l'océan s'immiscèrent en l'autre. Tout semblait suspendu autour d'eux.
    Plus de danses, plus de bal, plus de musique, plus de temps et plus d'espace.
    Seuls restèrent Tom et Black.

     

    Ch19


    Si proches. Si proches. Si proches.


    Face à face, offrants leurs profils aux cieux. Le vent souffla. Encore. Plus fort. Plus chaud.
    L'un était l'autre et l'autre était le tout de l'un. Si proches.
    Si près que leurs visages se touchaient presque.
    La promesse résonna entre les astres.

    Et, enfin, presque comme une libération, la distance fut comblée.
    Les lèvres se touchèrent. Les mains se frôlèrent, s'agrippèrent pour ne plus se lâcher. Deux boucles vermeilles illuminèrent la nuit d'un puissant éclat. Invisible.
    Des mains glissèrent, rejoignant le cou, la nuque, les cheveux. S'accrochant à une réalité trop longtemps rêvée, désirée. Une invitation muette et inconsciente.
    Le contact s'intensifia. Les langues se délièrent, se cherchèrent, se trouvèrent.
    Innovant une nouvelle valse d'un ballet sensuellement tendre. D'une douceur insoupçonnable.

     
    Promesse scellée.
     
    Quand les deux hommes se séparèrent, tous deux avaient perdu la notion du temps. Black ouvrit la bouche, comme pour se justifier, et un doigt se posa gentiment contre ses lèvres.

    « - Il n'y a rien à dire. Nous en avions besoin tous les deux. Je n'en tire aucune conclusion. »
    Sourire. Les étoiles avaient migré dans les yeux de Black.
    « Merci. »
    L'aveu resta muet, mais il leur apparût plus limpide et clair que jamais. Ils s'éloignèrent l'un de l'autre et retournèrent à la contemplation du ciel.

    Le lien devenu serment.
     
    La voix pure et claire résonna à leurs côtés et ils sourirent en découvrant Mynocia appuyée contre un réverbère, non loin.
     
    Ils étaient enfin réunis.
     
    Elle savait.
     
    Mais cela n'avait aucune importance, car à cet instant, ils étaient tous trois devenus intouchables.
    Unis. Et invincibles.
    « -Nous survivrons. »
    La voix de Black atteignit les étoiles, semblant se frayer un chemin dans le tumulte de leur mutisme.
    « - Il n'y a pas de victoire sans combat, tout comme il n'y aura pas de guérison sans blessure. »
    Il se tourna vers elle. La détermination illuminait son regard.
    « - Dans ce cas nous gagnerons. »
    Cette nuit-là, sous les étoiles, trois cœurs se lièrent. Espérèrent. Prièrent.
    Mais au fond, ils savaient que tout commençait à peine. Qu'ils ne vivaient que les prémices d'une fin qui s'annonçait bien trop longue.
     
     
    Et destructrice.
     
     
     
     
     
     

    Ch19

    Fin du chapitre 19
     
     

    Ch19

     FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :