• Chapitre 1

    Chapitre 1

     

    Chapitre 1

    P R E M I E R E

    P A R T I E

    Chapitre 1

    Chapitre 1

     

    Chapitre 1

    La justice rouge

     

    [Version illustrée disponible ici]

     « Black, viens voir ici s'il te plaît, j'ai besoin d'aide ! »
              La vieille femme jura entre ses dents et se massa piteusement le bas du dos en maugréant. Il ne l'avait pas entendue, bien évidemment. Lysia maudit son petit fils, sa foutue arthrose et cette satanée bibliothèque qui refusait de bouger d'un iota et réitéra son cri. La bibliothèque, restée sagement à sa droite, sembla choisir cet instant pour lui renvoyer moqueusement à la figure une vague de poussière.


    « BLAAaa ... Ah bein quand même ! S'exclama-t-elle lorsque le dénommé passa la porte. »
    Black était un jeune homme de dix-huit ans, la carrure fine mais musclée. Les cheveux longs, étrangement rouges, attachés en catogan, le visage fin, presque androgyne, et les yeux d'un bleu si profond, si pur, que n'importe qui aurait juré pouvoir se noyer dans ces pupilles. Black était un jeune homme simple, qui s'habillait en conséquence ; adepte des jeans et des t-shirt unis, il craignait de se faire trop souvent remarquer.
    Recueilli par sa grand-mère maternelle, il n'avait plus aucun souvenir de ses parents.


    « Pourquoi veux-tu déplacer cette bibliothèque ? » Demanda Black en regardant la vieille femme pédaler dans le vide pour pousser le meuble. La scène lui tira un sourire : il n'y avait pas plus tête de mule que Lysia, même face à une bibliothèque de plusieurs dizaines de kilos.
    « Ça fait vingt ans qu'elle pourrit là ! Je dois passer un coup de balai derrière !
    — Et c'est aujourd'hui que tu as décidé de faire ça ? »


    Elle ne répondit rien et Black soupira, faussement agacé : sa grand-mère était sûrement la femme la plus maniaque du monde. Cela se voyait de partout dans la maison, car le moindre amas de poussière était éradiqué dans la seconde qui suivait sa formation. Mais bon, c'était sa grand-mère après tout, et il l'aimait tel quel, obsession pour la propreté comprise.


    Black s'approcha de la bibliothèque et la poussa de deux ou trois mètres sur le côté, sans même forcer. Lysia, pas choquée le moins du monde par la force de son petit-fils, attrapa balai et chiffon et entreprit de décrasser l'arrière de la bibliothèque.


    « Tu avoueras que tu aurais quand même pu la vider avant de faire ton grand ména ... »
    Le jeune homme fut interrompu par un bip sonore de sa montre. Il appuya sur un bouton et la voix d'un homme s'éleva de l'appareil.
    « Ici le commissaire Marcel. Nous avons besoin de votre aide pour un braquage. Je vous envoie les coordonnées. »
    Black répondit à la montre qu'il arrivait et se précipita dans sa chambre pour se changer en lançant un rapide au revoir à sa grand-mère. Pas inquiète pour deux sous, Lysia le laissa s'éclipser rapidement, se tournant de nouveau face à la bibliothèque :
    « Allez, à nous deux, ma belle !»


    Lorsqu'il avait découvert sa force, Black avait tout de suite voulu la mettre au service de la justice. Depuis qu'il avait seize ans, il jouait le super-héros dans sa ville, sagement camouflé sous son costume et protégé par l'anonymat précaire de son masque. Seule Lysia, sa grand-mère, était au courant de sa double vie. Pour être tout à fait honnête, il aurait difficilement pu faire autrement, et sans Lysia pour l'aider à camoufler ses bleus et bosses, sa double-vie ne serait pas restée secrète bien longtemps. Personne d'autre ne devait savoir l'identité du mystérieux Justicier Rouge, comme se plaisaient à l'appeler les médias.

    Black arriva sur les lieux du cambriolage en question quelques minutes plus tard. Les malfrats étaient au nombre de cinq, avaient volé deux voitures et pris une demi-douzaine de personnes en otage. Venu par la voie des airs comme tout super-héros qui se respecte, Black se posa sur le toit d'une voiture de police.
    « Regardez ! Voilà le Justicier Rouge ! » Hurla une journaliste.
    Aussitôt, des dizaines de flashs se braquèrent sur lui. Il n'adressa pas un regard aux paparazzis et sauta du toit de la voiture, vérifiant du coin de l'œil que rien ne pourrait le trahir. Costume, ok. Masque, ok. Rien qui dépasse ? Non. OK, paré.

    Il entra dans la banque, tous sens aux aguets, et évita avec adresse les balles tirées par l'un des ravisseurs. Ce dernier jeta l'arme par terre, la sachant à présent inutile, et se rua sur Black, tentant vainement de le blesser à coup de poignard. Le Justicier Rouge esquivait les coups de couteau avec une facilité déconcertante, si bien que le criminel, essoufflé, abaissa son arme, le souffle court, l'air très franchement dépassé. Black en profita pour l'envoyer s'écraser contre le mur façon crêpe d'un coup de pied bien placé.

    Il fit subir le même sort aux quatre autres ravisseurs et essaya de ne pas trop endommager la banque. La dernière fois, il s'était un tout petit peu trop laissé aller au goût de Marcel qui avait menacé de lui faire payer les réparations de sa poche. Enfin, vu la brochette d'imbéciles qui était encastrée dans les briques, il allait falloir refaire les cloisons. Adressant un sourire aux otages, il sortit du bâtiment, accorda deux mots aux journalistes et s'envola.

    Revenu chez lui, il trouva sur la table de la cuisine un mot de sa grand-mère disant qu'elle était chez une amie. Comme tous les mercredis, d'ailleurs. Mais bon, Lysia n'avait jamais perdu l'habitude d'écrire sur des petits bouts de papier qu'elle sortait avec Simone, et il n'allait certainement pas oser lui faire la remarque. Tout comme il n'aurait pas osé lui spécifier en partant qu'elle allait se retrouver coincée dans le salon avec une bibliothèque vide. Intrigué, il décida d'aller voir de lui-même ce que sa grand-mère avait bien pu faire du lourd meuble une fois vidé et fut étonné de le trouver à sa place, rempli de nouveaux livres qu'il n'avait jamais vus. Avec Lysia, les bouquins apparaissaient de toute manière à tous les coins de la maison et à des heures tout à fait aléatoires. A croire qu'elle les faisait se reproduire en secret. Il tenait peut être là l'obscure raison de ses visites hebdomadaires à Simone, en fait.


    Soupirant devant l'absurdité de ses propres élucubrations mentales, Black décida de partir à l'aventure entre les ouvrages inconnus sous ses yeux. Qu'est-ce qu'elle avait sorti du grenier cette fois ? Il se planta devant les meubles, cherchant quelque chose d'intéressant à lire.

    Son regard fut attiré par un vieux grimoire qui était couvert de deux centimètres de poussière. Il était presque étonnant qu'un tel concentré de saleté se soit retrouvé dans l'étagère. Black, intrigué par ce livre rebelle, se laissa tomber dans un fauteuil et ouvrit le vieux bouquin.

    La couverture du livre était très épaisse, usée et fragile, et le jeune homme dut la manipuler avec précaution pour ne pas la déchirer. Sur les pages de garde trônaient des petits signes que Black n'avait jamais vus de sa vie.Délaissant ce qu'il pensait être des runes, il put enfin lire le titre du grimoire : « Légendes Terriennes ». Il haussa un sourcil, sceptique. Lysia avait ça dans sa bibliothèque, vraiment ?

    De plus en plus intrigué, Black en tourna les pages et s'aperçut rapidement qu'il s'agissait d'un recueil de légendes, classées par date. Son premier réflexe fut de chercher les légendes comprises dans son siècle. Il n'y en avait qu'une :

    « De deux sexes opposés ils naîtront,
    Tels un lion et un poisson.
    Une étoile rouge les réunira
    Quand sa majorité il atteindra.
    Elle la mort, lui la vie,
    Se trouveront enfin pour vaincre l'ennemi.
    De leur union se créera un lien,
    ''La Connexion Mystique,'' liant leurs destins.
    Lorsqu'un jour, l'un rendra son dernier souffle,
    L'autre suivra son cœur au bord du gouffre. »

    Le jeune homme relut plusieurs fois les phrases, dénuées de tout sens à ses yeux. Il referma le recueil, l'esprit perdu entre deux histoires étranges de mythes et de légendes que sa grand-mère lui avait raconté étant enfant. Peut-être était-ce là une fiction étrange, un roman d'un genre nouveau, qu'il ne comprenait pas. Qu'importe, après tout. Il avait d'autres choses à faire, et bien plus probantes que perdre la tête sur un vieux bouquin. Le Justicier Rouge se leva, oubliant le livre sur ses genoux
    « Crotte ! » Pesta-t-il en ramassant le grimoire dont la couverture s'était ouverte suite au choc avec le sol. Voilà qu'il se mettait à abimer les livres en plus ... Cette fois-ci Lysia n'allait pas le louper.

    Ce fut à cet instant que Black remarqua que quelque chose était tombé de la reliure. Il fronça les sourcils se baissa pour récupérer l'étrange objet. Un pendentif, en forme d'étoile rouge. Et si cela était en rapport avec la légende ? Est-ce que des pendentifs tombaient sérieusement des livres ? Curieux de savoir ce qui allait bien pouvoir se passer, le Justicier Rouge passa le collier autour de son cou. Il s'attendait presque à voir débarquer des dragons et une armée de trolls lorsqu'il jeta un regard à ses doigts ... Et sursauta.  Ses doigts brillaient vraiment d'une étrange couleur pourpre !

    Mais la lueur s'évanouit aussitôt qu'elle était apparue et Black crut avoir rêvé. Il était fatigué, happé par son imaginaire fertile qui avait envie de voir des dragons et de la magie de partout, tout simplement. Après deux minutes d'intense contemplation de ses doigts, il décida finalement de garder le pendentif autour de son cou. Après tout, ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait récupérer un joli pendentif en étoile dans la reliure d'un vieux bouquin. Et puis, ce n'était pas un petit bout de verre rougeâtre qui allait pouvoir lui faire grand mal...

     
     
     

    Chapitre 1

    Fin du chapitre 1
     
     

  • Commentaires

    1
    Mardi 28 Février 2017 à 10:05

    Bonjour :)

    Je suis critique-bénévole sur l'hopital-repertoire et je me suis portée volontaire pour te lire et te critiquer. J'avoue largement préférer cette version, non illustrée, de l'histoire ^^. La lecture est tout simplement plus fluide- enfin bon, merci d'avoir créé ce site :) 

    Je voulais juste commenter ce chapitre car il y a un petit détail qui me chiffonne : "son premier réflexe fut de chercher les légendes comprises dans son siècle", quand tu dis "son siècle", tu parles de son époque à lui? Si oui, alors je ne comprends pas trop, enfin je trouve ça très très très (trop même x)) bizarre qu'après il se demande à quel âge est la majorité à "l'époque"? Peut-être que c'est voulu... Dans tous les cas, je vais continuer à lire et je verrai bien mais je ne me voyais pas poursuivre ma lecture sans t'avoir fait part de ma perplexité ^^' 

     

     

      • Mardi 28 Février 2017 à 22:01

        Bonsoir Héloïse !

         

        Je suis désolée de ne pas avoir pu te répondre plus vite, je passe très rarement sur cette version de l'histoire, je ne la considère pas comme étant potentiellement lisible (dans le sens ou, pour moi, personne ne va jamais sur ce blog xD), donc j'ai tendance à oublier de m'y rendre ... Il se pourrait d'ailleurs que certains chapitres aient été postés pas entièrement corrigés sur ce blog-ci (j'ai une beta-lectrice sur skyrock qui ne me relit pas sur ekla, et je colle mes chapitres ici parfois avant qu'ils aient été relus) et que certaines choses varient avec la version de skyrock, puisque je relis souvent des bouts de MC, et je n'hésite pas à apporter des modifications de temps en temps ! Je pensais qu'il serait important que tu le saches, pour le coup.

        En tous cas, si cette version existe, c'est bien pour ceux qui le souhaitent, mais il faudrait que je prévienne qu'elle peut différer de la version de skyrock :/ Et surtout que je prenne le temps de la mettre un jour quand mes concours seront finis !

        En revanche, est-ce qu'il te serait possible de me prévenir sur skyrock plutôt que par ici ? Je centralise beaucoup de choses sur le blog de MC, et j'entre dans une période compliquée de mon année de khâgne ; je risque de ne plus passer très fréquemment sur internet et encore moins sur eklablog (du moins jusqu'au mois de mai), et je ne voudrais pas risquer de te laisser sans réponse !

        Bref, pour te répondre : ce chapitre fait justement partie des choses que j'ai reprises, parce qu'il y avait beaucoup trop d'incohérences ... J'avais treize ans quand je l'ai écrit (j'en ai aujourd'hui vingt), et je te rejoins sur le fait qu'il y a là une étrange -et dérangeante- incohérence ! Je pense qu'en l'écrivant je faisais référence à l'époque de l'écriture du bouquin, et que Black, en voyant que le manuscrit avait l'air vieux, s'est demandé si les informations qu'il délivrait étaient toujours valables à son époque. J'espère que tu pourras t'accrocher un peu malgré la médiocrité des premiers chapitres, l'écriture et le scénario évoluent énormément avec les années. Je ne peux pas te promettre que cela devient bon, mais je peux te promettre que cela évolue.

        J'en ai profité pour vérifier l'information sur la version de skyrock : oui, la bourde est des deux côtés, et effectivement, c'est gênant. Je fais quelque chose pour cela tout de suite.

        Merci encore à toi pour ton intérêt et ton commentaire, et en espérant que tu t'accrocheras un peu, pour donner à MC une chance malgré ses débuts compliqués.

         

        Au plaisir !

        ~Comet

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :