• Chapitre 10

    Chapitre 10

     

    Chapitre 10

    Le pacte et tourbillon de détresse

     

    [ Version illustrée disponible ici ]

     

    Chapitre 10

     

    Trois regards furent brièvement échangés, et le trio se jeta d'un même mouvement souple à l'intérieur du trou, bientôt suivi de tout le reste de la troupe. Black se réceptionna de justesse sur ses deux pieds alors qu'il était confronté à la vision horrifiante qu'offrait l'étage inférieur. 


    "Massacre" fut le premier mot qui vint à son esprit alors qu'il contemplait, ahuri, les cadavres des élémentaires de Feu qui jonchaient le sol dallé, la plupart semblant pris de court. Morts avant d'avoir eu le temps de le comprendre. Au milieu de ses camarades se tenait l'unique survivant à la vague infernale, le regard comme paralysé sur un point fixe devant lui.

    Et il avait de quoi être effrayé. A l'autre bout de la salle se tenait Nelween, couverte de sang, un sourire de dément accroché aux lèvres, qui tenait dans sa main une tête décapitée d'élémentaire et semblait vouloir s'en servir comme d'une boule de bowling pour faire tomber le dernier élémentaire-quille restant. A l'entrée du groupe, la jeune fille desserra sa poigne sur les cheveux et la tête s'écrasa au sol dans un pitoyable bruit de succion qui fit grimacer l'elfe à côté de Black, et se remit à sautiller comme si de rien n'était et qu'elle n'avait jamais eu conscience de crier.

    Profitant du fait que la princesse avait détourné son regard marron clair de lui, l'élémentaire prit ses jambes à son coup et détala en tentant de sauter par-dessus le corps de l'un de ses camarades. Hélas, il dérapa dans une flaque de sang et effectua une glissade qui lui valût de se retrouver les quatre fers en l'air, sous le rire glacial de Nelween.


    Semblant indifférents du spectacle macabre qui s'offrait à eux, Tom et Stac avaient profité de cette occasion pour creuser un trou dans le sol, leur donnant accès à tout un réseau complexe de souterrains, comme l'avait prévu Black. Ils descendirent les marches de bois sombre et usé et se retrouvèrent face à un dédale complet de galeries. Ils s'échangèrent un regard et s'y aventurèrent, prenant soin de créer un éboulement pour ne pas être suivis.

     

    Le groupe s'était engouffré dans les galeries depuis une bonne dizaine de minutes et Black, dont le rythme cardiaque s'était accéléré par les combats, put enfin se détendre un tant soi peu, en restant tout de même sur ses gardes. A présent qu'ils avaient pénétré les dédales, ils avaient beau y être en sécurité temporaire, il leur fallait trouver une issue. Et Black savait que cela n'allait pas être une mince affaire, mais quand il avait fait part de ses doutes au chef de guerre, il lui avait assuré, confiant, qu'il n'y aurait aucun problème.

    Le justicier rouge profita de cette marche paisible dans les souterrains pour détailler les membres du groupe.


    Tom marchait dans les premiers, ouvrant le chemin et éclairant la galerie d'une boule d'énergie qui ne permettait pourtant de distinguer qu'un rayon limité des ténèbres devant eux. Black commençait à bien apprécier le chef de guerre, et se demanda un instant s'ils allaient bien s'entendre. Après tout, mis à part Sean, il n'avait jamais vraiment eu d'ami. 

    Derrière lui, le secondant de son pas fier et droit, marchait ce Stac-quelque chose pour qui le justicier ressentait une profonde aversion inexplicable. Une sorte de pressentiment. Cet homme ne lui inspirait pas confiance. Juste à la gauche du général, zigzaguait un elfe à la peau verte foncée, les cheveux presque blonds, que Black avait trouvé maladroit mais très puissant. Ce dernier, dont il semblait que le prénom était Ream, n'arrêtait pas de jeter des coups d'œil furtifs à Nelween qui avançait en dansant, sifflotant une petite mélodie pour accompagner ses pas. La princesse intercepta le regard de Black et se dirigea vers lui, remuant toujours au rythme d'une musique qu'elle seule semblait entendre.

    Le justicier se sentit légèrement embarrassé quand elle cala son pas sur le sien pour rester à sa hauteur : après tout, elle était de la famille Royale, et il n'avait aucune idée de la façon dont il devait s'adresser à elle. Après Il en savait très peu sur le royaume des Elfes, mis à part le fait qu'ils étaient les dernières créatures magiques, il n'avait aucune connaissance des coutumes ou des règles de politesse qui différaient surement des siennes.


    -Alors, Black, que sais-tu sur nous ?
    La question venait de Nelween et Black fut pris de court, balbutiant des bouts de phrases sans sens qui firent rire la jeune fille.  Pensant qu'elle se moquait de lui il répliqua, vexé :
    -Comment connaissez-vous mon nom ?

    -Leïnae, fut la réponse simultanée de la princesse et de Mynocia qui avais suivi la conversation, avançant avec précaution à cause de sa cheville.
    -Hein ? fut tout ce que Black trouva de plus évolué à répondre alors que Mynocia laissait un sourire narquois fleurir ses lèvres maculées de violet et que Nelween repartait dans un grand fou-rire.
    -Leïnae, Blacky, est la femme qui marche aux côtés de Tom, lui expliqua l'élémentaire en désignant du menton la personne en question devant-eux.
    Black s'était demandé dès l'instant où il l'avait aperçue, quel rôle cette étrange elfe allait bien pouvoir jouer dans la mission.

    L'elfe, qu'il ne voyait que de dos, portait une longue robe jaunie sur laquelle se noyaient des broderies compliquées de la même couleur. Ses cheveux attachés en un chignon lâche dévoilaient entièrement son visage maculé de signes ressemblant à des runes. Quand son regard avait croisé le sien, jaune et sans pupille, il lui avait semblé avoir été fouillé de l'intérieur. Depuis ce bref échange, elle l'intriguait au possible.
    Le coupant dans ses réflexions, Nelween se plaça devant lui pour pouvoir lui parler en continuant à sautiller en marche arrière.

    -Tu sais, Leïnae à 2 244 ans.
    Il écarquilla les yeux et la jeune fille gloussa.
    -Myn' t'a vraiment bien choisi. T'es mignon quand tu captes rien.


    Black ouvrit la bouche pour répliquer mais la referma, gêné, en se souvenant à qui il s'adressait.
    -Blacky, tu n'es pas un poisson, je te rappelle, fit Mynocia en imitant une carpe hors de l'eau, s'attirant un coup de coude et un regard noir du poisson en question.
    -C'est une médium.

    -Pardon ? Demanda Black qui était trop occupé à tuer Mynocia du regard pour entendre la princesse.
    -Leïnae est notre voyante, une « diseuse de bonne aventure » comme disent les Humains, répéta patiemment Nelween.
    -Une voyante ? Releva-t-il, plus pour lui-même qu'à l'intention de la princesse.
    Tout s'expliquait en partie si la femme avait réellement de dons de voyance ; son impression d'être mis à nu face à elle et ses yeux ... Vides ?


    -Ouaip' ! Elle est au service de ma famille depuis des lustres. Elle avait prédis cette guerre depuis deux siècles. T'imagine bien que deviner ton « prénom » ne peux pas poser de problème.
    -Et grâce à ses pouvoirs, elle va nous sortir en deux temps trois mouvements de ce foutu gruyère ! renchérit Mynocia.

    Elle commençait à l'inquiéter. Depuis bientôt une heure qu'ils marchaient, il la sentait de plus en plus en difficulté à avancer, à cause de sa cheville fracturée. La guerrière, partie au départ plutôt vite, trainait maintenant en fermant la marche. Black lui proposa son aide plusieurs fois, ce qui aboutit à des flopées d'injures comprenant des noms d'oiseaux encore inconnus jusqu'ici.

    Le justicier accéléra le pas pour demander à Tom de ralentir un peu la cadence, et quand il se retourna, Mynocia avait dérapé dans l'une des nombreuses flaques qui jonchaient le sol, et se retrouvait étalée de tout son long par terre sans pouvoir prendre appui sur sa cheville et se relever. Black se précipita à ses côtés, et la sortit de la flaque, l'écoutant à peine râler et lui essuya la terre qu'elle s'était mise sur le visage du bout de sa manche.

    Vu l'état dans lequel se trouvaient leurs vêtements, ils n'étaient plus à une tache de boue près. Mynocia arqua un sourcil quand le justicier passa un bras autour de sa taille et crocheta le sien autour de ses épaules, de façon à ce qu'il soutienne ses pas.
    Il la releva et les liés s'aperçurent qu'ils étaient devenus le centre d'attention de tout le groupe. Black en rougit jusqu'aux oreilles et Nelween éclata de rire en reprenant sa marche en dansant, entrainant les autres à sa suite.

    Black s'étonna rapidement du poids de Mynocia. Il pensait que la soutenir allait les ralentir considérablement et que la guerrière allait en profiter pour peser un maximum sur lui, mais au contraire, il sentait juste qu'elle appuyait sur son épaule pour avancer, sans plus. Il lui glissa à l'oreille qu'elle pouvait s'appuyer plus sur lui si elle avait besoin, et reçu pour toute réponse un coup de coude qui les fit trébucher tous les deux et finir le nez dans la boue. Il entendit vaguement Tom éclater de rire derrière eux.


    -Vous faîtes un concours de la plus belle tartine ?
    Le jeune homme les redressa rapidement et éclata de nouveau de rire, bientôt suivit par Nelween et des autres. Ils devaient être joliment barbouillés. Ils reprirent leur marche et Mynocia profita que tout le monde ait le dos tourné pour écraser sa main pleine de boue dans les cheveux de Black, qui frissonna sous le contact de la terre gelée, avant de prendre une pleine poignée de gadoue et de la glisser dans le cou de l'élémentaire au moment où Tom se retournait. Il lui offrit un sourire colgate alors que le liquide vaseux dégoulinait sur la poitrine de Mynocia dont un sourcil tiquait méchamment.


    Alors qu'il s'attendait à ce que Tom réplique, celui-ci se contenta de sourire et de retourner à l'éclairage des galeries. La boue tomba à leur pieds, comme munie d'une vie propre et ils se regardèrent, interloqués, ayant momentanément oublié leur guerre de gadoue. C'était quoi ce délire ? Une boue magique ?


     Ils se tinrent bien jusqu'à la fin du trajet sous les souterrains, et après une demie heure de marche, ils débouchèrent directement sous les somptueux jardins qui s'étalaient devant le château. Leïnae était donc une véritable voyante, ils n'auraient jamais pu sortir de ce gruyère aussi rapidement dans le cas contraire. Black manqua d'être renversé par une Nelween qui partit se jeter dans le lac en hurlant aux liés de faire de même, alors que Leïnae s'asseyait au bord, nettoyant sa boule de cristal et que Stac rejoignait le château, semblant bouder, et que Ream plongeait à son tour dans le lac, suivant Nelween dans son délire.


    Black, qui soutenait toujours Mynocia après leur bataille de boue, laissa un sourire se former sur ses lèvres ; ce nouveau monde promettait d'être intéressant.

     

     

     

    Chapitre 10

     

    Plusieurs jours plus tard

     
    « Bon, allez, dis-moi, Qu'est-ce qui te chiffonne à ce point ? »
    Black, assit pas terre sur des coussins, ne répondit pas.


    Cela allait faire une semaine qu'ils étaient revenus de leur première mission, et Black se sentait mal. Il était inquiet et énervé. Plus exactement énervé d'être inquiet. Ou l'inverse. Il ne savait plus.
    Il s'était plutôt bien intégré au peuple des Elfes, et avait même retenu le chemin à emprunter pour se rendre au réfectoire. Un après-midi, s'étant perdu dans les couloirs, il avait eut la chance de croiser Tom avec qui il avait alors beaucoup discuté. Le chef de guerre lui avait alors proposé de venir dans ses quartiers prendre un thé.

    Black avait alors découvert la suite de Tom, qui nageait dans le vert dans toutes ses teintes. Son salon baignait dans une ambiance reposante et agréable, qu'il aurait presque pu comparer à la « zen attitude » comme disait sa grand-mère. On se serait cru dans une forêt de coussins et de livres, dans laquelle poussaient de nombreuses plantes aux natures variées. L'endroit sentait le thé et la forêt, c'était ... relaxant.
    Depuis que les deux garçons s'étaient croisés, Black passait beaucoup de temps en sa compagnie, discutant de tout et de rien autour d'une tasse de thé elfe, confortement callé dans les coussins. Il avait l'impression de s'être fait un ami.


    -Black ?


    L'interpellé sortit de ses pensée et regarda le chef de guerre s'asseoir en face de lui, le réservant. Il adorait le thé, et celui que préparait Tom était simplement excellent.


    -C'est Mynocia, finit par dire le justicier, trouvant soudain un intérêt extraordinaire aux bibelots sur les étagères en face de lui. Il avait beau vouloir jouer les durs et ne rien laisser paraître, le comportement de l'élémentaire le mettait hors de lui, en plus de l'inquiéter. Elle disparaissait tous les soirs et ne revenait pas avant le petit matin, soit disant partie « se promener ». Autant dire qu'elle le prenait pour un glandu. Elle faisait quelque chose toutes les nuits mais incapable de savoir quoi, Black en était hors de lui, surtout que la guerrière le fuyait la journée pour se réfugier dans les grandes bibliothèques du château.


    -Mynocia ? répéta Tom, encourageant le justicier à lui en dire plus.
    En réponse, celui-ci hocha la tête. Ce n'était définitivement pas l'élocution extraordinaire, pensa Tom, et il allait falloir lui tirer les vers du nez. Alors qu'il s'apprêtait à user à sa manière de faire les interrogatoires, le justicier rouge se sauva d'une séance de torture en répondant de lui-même :
    -Ouais, toutes les nuits elle disparaît, elle revient le matin des cernes sous les yeux et complètement invivable. Et c'est comme ça depuis que nous sommes ici.
    Tom soupira et prit une gorgée de thé.


    -Ses engagements avec la Reine devraient être terminés pourtant.
    Black se raidit immédiatement. Ca signifiait quoi ça ?
    -Quels engagements ? Questionna durement Black, inconscient du ton froid qu'avait pris sa voix, cette fois-ci vraiment énervé que cette histoire revienne sur le tapis.
    -Elle ne t'en a pas parlé ?
    Le brun semblait mortellement gêné. Qu'avait pu faire Mynocia ?


    -Ecoute Black, si elle ne t'as rien dis, c'est qu'il doit y avoir une bonne raison ....
    Une bonne raison ?! L'humilier encore plus en le laissant dans l'ignorance, oui ! Tom pouvait argumenter, c'était inutile, le cerveau du justicier carburait à plein régime et il comptait bien faire cracher le morceau au chef de guerre.
    - Dis-moi, que fait Mynocia pour la Reine ?
    Silence. Il planta son regard dans celui de l'autre, infaillible.
    Hésitation.
    -Elles couchent ensemble.
    - Quoi ?
    -Ne me le fais pas répéter Black ...


    Il était sonné, outré, rebuté et dégouté.
    Mynocia ... couchait ... avec ... la Reine ?! À peine son esprit avait-il formulé cette phrase qu'une image mentale des plus repoussantes envahit son esprit. Il se sentait trahi, trompé, humilié. Elle avait réussi son coup, la Myn' !


    -Black ... Tu es tout rouge ... Ca va ?
    Si ça allait ? SI CA ALLAIT ? Comment aurait-il pu aller bien après cette horreur qu'il venait d'apprendre ?!
    Une colère sourde avait remplacé la honte. Il était enragé.  Elle allait le sentir passer.


    Il se leva d'un bond, renversant leurs thés brulants sur Tom qui poussa un cri sous la brulure, et partit en furie de la pièce, courant presque jusqu'à ses appartements. Il ne croisa pas une mouche , et si une quelconque personne lui avait adressé la parole, elfe ou humaine, elle serait morte sans même comprendre pourquoi.


    Il entra à la volée dans la pièce, manquant d'arracher la porte de ses gonds, repérant immédiatement Mynocia qui refermait les battants de l'armoire.
    -Vas-y doucement avec la porte, Blacky, si tu la casse tu vas ...


    Elle fut coupée par une gifle si violente qu'elle en tomba à la renverse sur le lit, la lèvre en sang, ne se souciant plus le moins du monde du sort de la porte quand elle croisa le regard haineux de Black. Elle se redressa immédiatement, faisant face au justicier qui hurla plus vite qu'elle.

    -Elle te paie bien au moins Clia ? Pour te faire sauter tous les soirs !
    Il ne se savait pas si vulgaire, mais les mots sortirent de sa bouche sans qu'il ne puisse tenter de les retenir.
    -Va te faire voir Black, je fais ce que je ...
    Seconde gifle.


    Elle l'avait sentie arriver mais ne parvint pas à l'éviter. Elle allait faire cesser ce cirque et répliquer par l'eau  mais toute la tristesse qu'elle lut dans les yeux de Black la paralysa sur place. Il se tenait face à elle, la main encore levée et tremblante, et son visage était peint d'une haine sans limite. Pourtant ... Ses yeux bleus rois hurlaient à la détresse.
     Alors Mynocia attendit. Laissant le sang couler de sa lèvre ouverte pour aller se perdre dans son cou et son t-shirt. Elle attendit que les maux sortent et blessent.
    -Tu sais ce que tu es ?! UNE PROSTITUEE ! TU ES UNE PUTE, MYNOCIA ! UNE PUTAIN DE SALOPE ! C'EST TOUT CE QUE TU VAUX ! QU'ON TE BAISE POUR DE L'ARGENT !
    Elle eut beau se dire que maintenant c'était sorti, la douleur était là. Au fond d'un cœur qu'elle croyait ne plus avoir, un poignard transperça ses défenses.

    Ca faisait mal. Trop mal.
    Mais elle soutint le regard de Black, et le regarda sortir en claquant la porte.

    Son souffle trembla.
    Cette douleur.

    Black accéléra le pas, pour finalement se mettre à courir sans même regarder où il allait. Il laissa les ténèbres de la nuit l'entourer, et se retrouva, à bout de souffle, à l'opposé du château.
    Il se laissa glisser contre un mur, se mordant la lèvre jusqu'au sang, une main agrippée à ses cheveux, avec comme seul témoin les étoiles.


    Les larmes se formèrent d'elles-mêmes dans ses yeux et il les repoussa vivement.
    Il avait regretté d'avoir fait du mal à Mynocia à l'instant même où la gifle était partie. L'envie de la prendre dans ses bras, de s'excuser lui avait tiraillé les entrailles. Et sa main qui le brûlait à l'endroit où leurs peaux s'étaient touchées ... Il n'avait jamais voulu la blesser ... Regrets. Culpabilité. Douleur.

    Et cette douleur qui lui déchirait le cœur. Jamais. Jamais il n'aurait dû lever la main sur Mynocia, jamais il n'aurait dû l'insulter et encore moins la frapper. Il essuya rageusement les larmes qui avaient débordées de ses yeux. Non. Il était un homme. Il ne pleurerait pas pour cette femme plus vieille que lui qui faisait exprès de pourrir sa vie ...


    Son esprit ramena à sa mémoire des souvenirs de sa grand-mère. Elle pouvait le consoler pendant des heures la nuit, quand un cauchemar le prenait, elle s'asseyait à ses côtés sur le lit et le prenait dans ses bras en le berçant doucement, lui assurant que manger toute la tablette de chocolat ferait fuir les méchants monstres.

    Chapitre 10

    Le souvenir encore trop frais de Lysia finit de le faire craquer. Il avait encore besoin d'elle, il ne pourrait plus avancer sans elle. Elle était sa seule famille.
    Alors Black se laissa envahir totalement par toute cette tristesse et ce désespoir qui l'habitaient depuis trop longtemps.
    Il avait cru qu'il pourrait compter sur Mynocia. Il y avait cru si fort après la première nuit qu'il avait passé avec elle.


    Il laissa ses dernières barrières s'effondrer sous le poids de sa peine. Il se laissa bercer par ses sanglots, emporter par les souvenirs de sa grand-mère, se foutant de pleurer seul comme un con dehors, dans le froid, en pleine nuit. Au diable l'étique ou une abstraite fierté masculine. La douleur était trop forte.

    Les bras serrés autours de ses genoux comme le petit enfant qu'il aurait aimé redevenir, pleurant à s'en tuer les yeux, il aurait souhaité mourir. Simplement partir, quitter cette douleur qui lui lacérait le cœur. Il avait tout perdu.


    Il n'avait jamais connu ses parents. Et sa grand-mère avait été tuée par sa faute par des élémentaires à sa recherche. Il n'avait plus d'endroit où retourner.
    Il était juste là, seul. A tenter de s'accrocher à quelqu'un.

    Alors qu'il allait s'endormir là, dans ses larmes, sur les dalles gelées, une main chaude et gantée se glissa dans la sienne et il sursauta en reconnaissant Tom. C'était bien sa veine, il n'avait vraiment pas envie que le guerrier le voit comme ça, si faible et si misérable à pleurer comme une fillette. A peine était-il en train de se faire un ami qu'il allait le perdre.


    -Oh, Black, faut pas te mettre dans cet état pour ça ...
    Le jeune homme renifla pitoyablement et Tom lui tendit un mouchoir en s'asseyant à ses côtés.

    Le pouce du jeune homme caressait le dos de sa main, serrée dans la sienne. Tom allait parler quand des pas précipités se firent entendre et qu'une personne arriva en courant jusqu'à eux.
    -Tom ! Tu es là ! Tu n'aurais pas vu Black ? Je ...


     Le dénommé s'enterra dans ses bras quand Mynocia le vit ainsi, assit par terre, tremblant par les sanglots, les yeux gonflés, recroquevillé sur lui-même, le mouchoir de Tom dans une main, et le guerrier accroupi à ses côtés.
    -B...Blacky ?

     

     

     

    Chapitre 10

    Fin du chapitre 10

     


     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :