• Chapitre 12

    Chapitre 12

     

     Chapitre 12

    L'élément-Terre

     

    [ Version illustrée disponible ici ]

     

    Chapitre 12

     

     

     C'est fou ce qu'un geste paraissant futile pouvait changer une vie. Sa vie. Il avait l'impression que des mois et des mois le séparaient de l'époque où il se battait encore dans un costume rouge ridicule l'apparentant à un ninja, protégeant le moindre petit humain qu'il croisait sur son chemin, qu'il avait encore des messages du commissaire Marcel sur sa montre et que Lysia l'attendait à la maison tous les soirs. Et puis tout avait basculé lorsqu'il avait ouvert ce stupide bouquin. Trouvé ce fichu pendentif.


    Black passa ses doigts sur son torse, effleurant la bosse du collier sous ses vêtements, retraçant les branches du bout des doigts. En parlant de vêtements, Tom avait complètement refait sa garde robe aux modes Elfiques, et il avait eu un peu de mal à s'habituer aux gilets, volants et chemises fines typiques  du royaume. Mais bon, il fallait y voir un avantage ; son étoile rouge était parfaitement dissimulée sous toutes ces couches.

    Quelques jours s'étaient écoulés depuis que Mynocia avait libéré ses cheveux de l'emprise démoniaque des dreads, et qu'elle avait réussi malgré lui à lui faire cracher son grand complexe avec la gente féminine. De plus, les liés s'étaient tous deux sensiblement rapprochés de Tom, Black plus spécifiquement. En effet, plus le temps passait, plus les deux garçons s'appréciaient, apprenaient à se connaître et ils en venaient même à partager des moments de franche camaraderie, ce qui faisait souvent rire Mynocia qui les comparaient à de vieux compagnons d'arme. Ce qui finirait surement par être le cas, au fond.


     Un claquement de doigts énergique de la guerrière sous son nez sortit Black de ses rêveries et il essaya de se re-concentrer sur la conversation, mais c'était peine perdue. Le trio, installé au réfectoire du château, une pièce vaste, haute en modernité humaine et en couleurs (ce qui avait eu le don d'étonner Black la première fois qu'il l'avait vue) profitait simplement d'un repas entre amis et d'une brève accalmie entre les missions pour déjeuner ensemble dans une ambiance joyeuse et bon enfant.
    Et Tom jouait à un jeu très dangereux. Il se fichait de Mynocia ... Indirectement.

     Depuis le début du repas, Black avait suivi, intrigué, les mouvements discrets du chef de guerre qui amassait petit à petit un nombre assez important de boulettes de mie de pain à côté de son verre d'eau. Le justicier l'avait questionné du regard et pour toute réponse, l'autre s'était contenté de sourire en faisant semblant d'écouter attentivement le monologue de Mynocia qui semblait assez ... Contrariée vu les injures qu'elle proliférait en continu.


    Quand cette dernière gratifia le général Staclawitskih d'un qualificatif de sa personne plutôt acerbe, le jeune homme roula de nouveau un morceau de pain entre ses doigts ; portion qui alla rejoindre la dizaine déjà présente à côté du verre.


    Black haussa les sourcils. Il dénombrait les gros mots que débitait Mynocia.

     A partir du moment où il comprit entièrement les règles du petit jeu –dangereux- auquel jouait son ami, Black se désintéressa totalement de la jeune femme et se retînt à grand peine d'éclater de rire. Ils offraient à tous les trois une scène assez peu commune au quartier général ; entre Tom, un grand sourire hypocrite plaqué sur les lèvres, penché vers Mynocia comme s'il l'écoutait vraiment, lui qui fixait en biais l'armée de boulettes cachées de la vue de l'élémentaire et la guerrière en question qui pensait réellement avoir l'attention des deux garçons ... Il ne put empêcher un sourire de venir fleurir sur ses lèvres ; on s'ennuyait rarement avec Tom.


    -Qu'est-ce que c'est que ce sourire, Blacky ? J'te savais con, mais au point de rire tout seul ...
    Une petite boulette vint rejoindre les autres et le sourire de Black s'agrandit alors qu'il essayait tant bien que mal de se contenir pour ne pas sourire davantage.

     -Surtout ne répond pas ! Ca t'arracherait la bouche ?!  Eh ! Espèce d'enfoiré !
    Seconde boulette. Son sourire devait atteindre ses oreilles.
    -Connards ! –Troisième boulette - ... vous vous foutez –quatrième boulette - ... de ma gueule ! –cinquième boulette.-
    Surtout ne pas fixer Tom. Black était persuadé que le moindre contact visuel avec le brun les ferait partir dans un grand fou-rire, et cela avait tout l'air d'être farouchement réciproque vue la moue de Tom.

     -Mais répondez ! Enfoirés !
    Ce fut l'insulte de trop. Black, qui s'était caché dans son verre, s'étouffa avec l'eau qui lui était restée dans la gorge, entrainant Tom dans son fou-rire alors que Mynocia les dévisageaient comme s'ils étaient des dégénérés.


    A l'instant où l'élémentaire allait se lever pour distribuer des gifles aux deux gamins qui lui servaient d'amis, une violente secousse ébranla tout le quartier général et Black, hilare, perdit le contrôle de sa chaise et bascula en arrière en battant ridiculement des bras pour retrouver l'équilibre, alors que le bataillon de boulettes de mie décollait à son tour de la table pour atterrir sur Tom qui tentait en vain de reprendre son souffle. Mynocia se retînt à la table, levant le regard vers le plafond.   

    La violente secousse fut suivie d'une immense explosion à l'extérieur qui obligea Black, toujours à terre mais ne riant plus du tout, à presser ses mains contre ses oreilles tant le niveau sonore était élevé. A peine s'était-il redressé qu'une seconde secousse l'obligeait à léviter pour esquiver la table qui s'était renversée. Ce deuxième tremblement avait été pratiquement d'une violence deux fois supérieure au premier, et la panique commençait à le gagner, tout comme la plupart des autres elfes présents dans le réfectoire, qui s'agitaient nerveusement. Des pas précipités résonnèrent dans le couloir et Ream entra en trombe, faisant claquer le battant de la porte contre le mur, un air catastrophé peint sur le visage.


    -Les élémentaires ! Les élémentaires attaquent le château !
    Un silence pesant suivit ses paroles, comme s'ils essayaient tous d'assimiler l'alarme, et la panique de Ream était contagieuse ; certains parlaient déjà de fuite ou de crier dans tout le château. Sentant le vent de panique pointer son nez, Tom prit les choses en main.


    -STOP !  Calmez-vous, tous, et écoutez-moi bien ! Vous allez rejoindre vos unités respectives, vos généraux se chargeront de vous équiper ! Ream, fonce en salle des éléments et déclenche l'alerte rouge. Mynocia, tu vas mettre la Reine en sécurité et toi, Black, tu cours nous réveiller Nelween, elle doit être dans l'aile gauche. Allez-y !

    Les elfes, Ream et Mynocia s'inclinèrent rapidement et tous détalèrent vers l'endroit que leur avait indiqué Tom pendant que celui-ci se ruait directement au coeur de la bataille naissante. Black se retrouva seul, planté au milieu du réfectoire, ahuri par la vitesse et l'assurance avec lesquelles Tom avait prit les choses en main, des boulettes de mie encore dans les cheveux. Comment ce petit bout d'homme, qui n'avait pas une carrure très imposante, pouvait-il à ce point dégager autant de puissance ?


    Après quelques instants, il courût à son tour en direction de l'aile gauche, ne cherchant même pas à ce demander pourquoi Nelween était censée dormir à midi et demi. Heureusement que Tom lui avait réexpliqué et refait visiter des dizaines de fois , il put donc trouver sans trop de problème l'emplacement du donjon, et par chance, trouva Nelween juste devant, semblant effectivement dérangée dans son sommeil par les bruits de bataille.


    -Tiens, bonsoir Black, je te croyais couché.
     Black ne prit même pas la peine de relever la remarque et lança, de but en blanc :
    -Les élémentaires attaquent !


    A peine les mots eurent-ils franchis ses lèvres que celles de Nelween se déformaient en un sourire pervers et qu'elle détalait en sautant par-dessus la balustrade, semblant ignorer qu'elle se trouvait à trois étages du sol, et hurlant un « yahoo » qui s'estompa avec elle.
    Décidément, cette fille avait un problème. Et un sérieux.

     

    Chapitre 12

    AMBIANCE

    Chapitre 12


     Black, après avoir retrouvé ses esprits (Nelween avait le don de lui déconnecter le réseau), suivit les traces de la princesse. Il allait leur faire payer à ces éléments. Pour Lysia.


    Suivant son instinct, il se rua vers l'arrière-cour du château. Il débaroula en plein milieu du champ de bataille, et partit dans l'idée de retrouver Mynocia ; s'ils s'unissaient, toute cette pagaille s'arrêterait rapidement et le moins d'elfes possibles seraient blessés. Bon certes, le plan était en soi une bonne idée, encore fallait-il trouver l'élémentaire.


     Resté à l'écart, Black observa brièvement la scène pour tenter de déterminer l'emplacement de la guerrière. Devant lui s'étalait l'arrière-cour du château, un espace vaste et dallé qu'il n'avait traversé qu'une fois à son retour de mission. Minute. D'où pouvaient bien venir tous ces élémentaires ? Tom lui avait pourtant assuré que la position du quartier général était restée secrète !


    Y avait-il un espion parmi-eux ? Non, cela lui semblait incohérent ... Pourquoi aurait-il attendu si longtemps avant de communiquer l'emplacement du château dans ce cas ? 

    Perdu dans ses pensées, Black sentit d'extrême justesse la présence d'un élémentaire derrière lui et se baissa à temps pour éviter la boule de feu qui allait l'atteindre en pleine tête. Il n'eut aucun répit. L'homme se jeta à moitié sur lui et il engagea le combat, la peur et l'adrénaline gagnant petit à petit son cœur. Il parvint finalement à se concentrer sur les gestes de l'autre en face de lui, bien que sa poitrine semblait comprimée par un besoin d'urgence et de panique irrespirable.

    Les sensations du combat. L'homme, soudainement très proche de lui, manqua de lui couper un bras, mais il ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux en reconnaissant le survivant que Nelween avait épargné lors de leur mission. 

    Son cœur accéléra. La mission. Ils étaient rentrés par les souterrains ! Il suffisait aux élémentaires de faire comme eux, trouver la sortie du dédale et ils débouchaient directement sur l'arrière cour ! Ces saloperies passaient par les sous sols ! Il devait absolument mettre Tom au courant !


    Il profita qu'un instant d'inattention de la part de son adversaire et lui administra un coup de pied qui l'envoya percuter un de ces camarades.
    Il lui sembla alors perdre tout ce qu'il lui restait d'humain. Il s'élança dans le tas, son cœur battant à ses oreilles, rythmant ses foulées qui se faisaient si rapides que lui-même ne crût pas à sa propre vitesse.
    Se battre, il savait faire. Il allait se venger.

     Il slaloma entre les combats, esquiva les boules de feu, semblant entrainer l'air avec lui dans son sillage, cherchant du regard la moindre trace d'eau. Ses mouvements ne semblaient plus lui appartenir. Il passa si vite devant Nelween qu'il crût l'entendre sermonner Ream « d'avoir achevé celui-là trop vite » et que « c'était vraiment pas marrant ».


    Mais peu lui importait. Il devait retrouver Mynocia et Tom. Il devait se battre.
    Mais à l'instant où il se réceptionnait après avoir sauté par-dessus deux combattants, un cri lui déchira les tympans et le glaça sur place.
    Cette voix.
    Mynocia.

     

     Perdant complètement le contrôle de lui-même ou du moins ce qu'il en restait, il se rua vers l'origine du cri, renversant sur son passage deux elfes et décapitant un élémentaire dans la volée.
    Non. Non. Pas Mynocia. Il ne tenta même pas de s'empêcher de paniquer.


    Enfin, il l'aperçût. La vague. L'eau tourbillonna, s'enroula autour des élémentaires qui tenaient la guerrière et les noya. Mais aussitôt que le flux s'arrêta, d'autres élémentaires emprisonnèrent Mynocia et sortirent une dague qui brillait d'une lumière dangereuse. Ils comptaient l'enlever.
    Il sentit sa fureur monter d'un cran.

    Et tout sembla exploser en lui. Le moindre pore de sa peau sembla transpirer de haine contenue, de force et de puissance. Il se retrouva soudainement devant les élémentaires qui écarquillèrent les yeux d'incompréhension quand, d'un mouvement de bras, Black les projeta tous dans le lac. Il n'y avait eu aucun contact. A peine la menace évacuée qu'il se hâta aux côtés de la guerrière tombée à terre. Il s'accroupit, scrutant son visage, la panique, l'angoisse et tout un autre cocktail d'émotions lui comprimant le cœur.
    -Ca va ?

     Mais Mynocia ne répondit pas et dégaina son épée, lançant son bras à quelques centimètres de l'oreille de Black qui n'eut pas besoin de se retourner pour savoir qu'un élémentaire venait de se faire embrocher la cervelle. La guerrière venait encore de lui sauver la vie.
    -Relève-toi, Black, vite !


    Il n'aimait pas ça. Mais alors pas du tout. L'absence de pique. Le ton trop sérieux. Les sourcils froncés, l'épée brandie devant elle, mettant en garde des ennemis invisibles. De la panique.
    Quand Mynocia avait peur, il y avait de quoi s'affoler.
    Sa voix. Si forte. Si puissante.
    Tellement contraire à son cœur chamboulé qui tremblait encore.

     A peine se redressait-il qu'un immense cercle de flamme jaillit sous leurs pieds, les comprimant, les emprisonnant tous deux. Le brasier était énorme. Il tourna sur lui-même, cherchant la main de la guerrière, autant pour se rassurer que pour se battre à ses côtés. Mais ses doigts ne rencontrèrent que de l'air brulant et un bruit d'acier résonna entre les flammes.


    L'épée de Mynocia lui avait échappé des mains. Il sentit son cœur s'affoler.
    Il se tourna vers elle au moment où elle se précipitait sur lui, et il l'entendit hurler par-dessus le craquèlement des flammes.

    -BLACK ! Ta main !

     
     L'Union. C'était leur seule chance de s'en sortir. Il tendit sans hésiter ses doigts à la guerrière qui les attrapa directement en position de fusion. Il ferma les yeux, se préparant à sentir l'eau parcourir ses veines.
    Un instant passa.
    Un autre.


    Ce n'était pas normal.
    MERDE ! Ses gants !
    Alors qu'il allait retirer le tissu, il se sentit brusquement tiré en arrière et immobilisé. Il rouvrit les yeux sous le choc.


        Devant lui, Mynocia était encadrée par une dizaine d'élémentaires qui la maintenaient, sachant qu'elle avait gaspillé trop d'énergie pour se servir immédiatement de l'eau. Il se débattit vivement, mais déchanta vite quand il sentit une boule de feu se rapprocher dangereusement de son dos.
    -Lâchez-la !


    Toujours cette voix qui semblait ne pas lui appartenir. D'où sortait cette assurance, cette puissance ?

     D'autres l'élémentaires se placèrent entre eux mais il ne lâcha pas Mynocia du regard, la regardant siffler dans tous les sens, tenter de faire réapparaitre de l'eau au creux de ses paumes. Mais c'était peine perdue. Elle devait attendre. Un homme à la peau claire et aux cheveux bruns se détacha du groupe, s'avançant vers elle, ignorant totalement Black à qui il tournait le dos.


    -Et une liée, par-dessus le marché ? Tu vas mal finir, Deïlaskivoh.
    Mynocia lui cracha au visage. De la haine à l'état pur brillait dans ses yeux turquoise. Black ne l'avait jamais vue comme ça. Elle était effrayante.


    L'homme, humilié, lui agrippa les cheveux d'une main et approcha une boule de feu, mais elle soutint son regard. Sa bouche s'ouvrit et des mots d'une autre langue semblèrent heurter l'élémentaire qui, comme menace, rapprocha de nouveau le feu de ses mèches violettes.  Black, témoin impuissant, se débattit de toutes ses forces et lorsqu'il vit l'homme sur le point de lui brûler la totalité des cheveux, il ne put s'empêcher d'intervenir.


    -Ne la touche pas ! Si tu dois frapper quelqu'un ici, ce sera moi !
    Les élémentaires se tournèrent vers lui. Un sourire planait sur les lèvres de l'homme qui tenait Mynocia. Elle lui jeta un regard exaspéré. Il crût l'entendre, dans un recoin de sa tête, râler sur son complexe du héros défendant la veuve et l'orphelin au péril de sa vie. Mais il préférait donner sa vie pour qu'elle ne sacrifie pas la sienne.

     L'homme brun éclata d'un rire gras, et d'un geste résolument trop précis, envoya directement les flammes qui chahutaient dans sa paume ... Sur Black.


    Il hurla. Douleur. Douleur. Douleur. Douleur. Douleur.


    Le feu dévorait la peau de son cou, le bas de son crâne. Une horrible odeur de chair brûlée parvint à ses narines alors qu'il entendait Mynocia hurler. L'odeur du sang.


    Douleur. Il ne parvenait plus à penser autre chose. C'était insupportable. Il réunit ses dernières forces pour garder les yeux ouverts et concentrer son énergie dans une dernière attaque ... Que l'élémentaire évita en riant.
    Sa vue devînt trouble, et il n'entendit bientôt plus que les faibles battements de son cœur. Il jura comprendre quelque chose comme « crétin ! » dans le cri que poussa Mynocia.
    Douleur.
     

    Dou ... leur.

     

     Et puis, aussi soudainement que la douleur l'avait épris, le cercle de feu disparut de son champs de vision. Des élémentaires paniquèrent. Black, au travers de ses yeux à demi ouvert, entrevit une silhouette noire se dresser contre les flammes. La forme avançait lentement en direction des éléments, poings serrés. Black tenta de combattre la douleur pour ne pas perdre une miette de la scène qui semblait prendre forme sous ses yeux.

     Des pierres semblèrent surgir de nulle part et formèrent une couche qui recouvrit le feu. Progressivement, la silhouette avança dans leur direction il put distinguer les pans d'une tenue qui volaient derrière l'homme.  C'était fascinant. La force qui émanait de ce corps en contraste parfait avec les flammes.
    L'homme leva une main. Chacun de ses gestes respiraient la puissance. Ses doigts tournèrent et la terre sous ses pieds suivit le mouvement de ses phalanges, s'enroulant autour de l'homme brun.
    L'étouffant.


    Le comprimant.
    Tuant.

     La panique saisît le reste des élémentaires, qui se ruèrent d'un même mouvement vers la forme noire. Ses deux bras se levèrent, et des immenses pics de roche jaillirent du sol, éventrant la moitié des combattants. La silhouette se rapprocha encore. Il put distinguer les cheveux de l'homme, volants derrière lui. Courts. Fins. Une explosion retentit derrière lui. Il ne broncha même pas et un mur se dressa à l' instant où une dizaine de boules de feu allait le percuter de pleins fouet.


    Il distinguât alors avec précision deux iris vermeils emplis d'une rage contenue.
    Et alors, Black le reconnût.

     Tom.
    Sa voix s'éleva dans les airs, et il articula avec force le moindre ses mots, semblant vouloir les graver à jamais au cœur de la bataille.
    -NE. Une pique s'éleva du sol, embrochant un élémentaire. LES. Une autre. TOUCHEZ. Deux autres. Les corps tombèrent. PAS. Il releva la tête qu'il avait baissée pour faire disparaître le roc.
    Black se concentra de nouveau pour ne pas succomber à la douleur qui pulsait à la base de son crâne. Tom. Tom. Tom venait de les sauver.


    Il tenta de distinguer le chef de guerre clairement, mais sa vision était si floue qu'il ne reconnût de son ami que quelques traits de son visage.


    Comment ... Comment le sol pouvait-il ... Zut, la douleur était en train de l'emporter ...
    Il entrevît Tom tournoyer sur lui-même dans les airs, et entendit brièvement un corps tomber en face de lui. Il voyait blanc. Puis noir. Puis blanc. Et flou. Sa tête tourna. Le sang pulsait si vite dans ses vaisseaux qu'il semblât sortir de ses veines. Il crût entendre le bruit des talons de Mynocia.

    Et s'écroula.


     Et puis, aussi soudainement que la douleur l'avait happé, la brulure s'arrêta et il sentit un contact humide et tiède sur son cou. L'eau. Mynocia était sauve. Il sentit le liquide se déverser sur sa tête, éteindre le feu qui dévorait ses cheveux. Un véritable bonheur. Et puis, un peu brusquement, l'eau sembla aussi parcourir la moindre parcelle de son corps. Une fusion d'âme. Il sentit, rassuré, le battement régulier du cœur de Mynocia dans le sien. Ils n'étaient qu'un.


    Il tenta de rouvrir les yeux, pâteux, la douleur encore trop présente dans sa mémoire.
    Le visage de Mynocia l'accueillit.

     -Kessisépassé ? Demanda Black, se redressant prudemment, son cou le lançant méchamment.
    -Tom nous a sauvé la vie. Et tu as accessoirement perdu la moitié de ton crâne et de tes beaux cheveux.
    Black entendit son sourire avant de ne le voir, et chercha son ami du regard sur le champ de bataille.
    Le jeune homme se tenait au centre d'un incroyable massacre d'élémentaire, aux côtés d'une Nelween qui riait à gorge déployée, accompagnant chacune de ses attaques. Mais cette fois-ci, Black le vit. Le petit détail. Sur le front de Tom mis à nu, brillaient deux feuilles entremêlées. La Terre.


     Il observa avec crainte et fascination les pouvoirs cachés du chef de guerre se déployer sous ses yeux. La terre semblait en parfaite symbiose avec son corps, réagissant au moindre de ses mouvements, se modulant en roc dur ou granuleux. C'était effrayant. La Terre tuait. Tom tuait. Les élémentaires étaient pris par surprise. Ils avaient devant eux le dernier élémentaire de la terre.

    Mais malgré sa force, Tom ne parvenait pas à faire face seul à l'Armée de Feu. Il se sentit se relever et agripper le poignet de Mynocia qui entremêla leurs doigts.
    Ses yeux tournèrent au rouge.


    Il entraina la guerrière dans son élan et ils formèrent une barrière aux côtés de Tom et Nelween, complétant chacune de leurs attaques.
    Les quatre guerriers n'avaient plus aucun contrôle.
    Il leur fallait protéger le QG. Leurs maisons. Leurs amis. Leurs familles. Leur vie.
    Il fallait tuer.

    Les corps tombèrent à une vitesse fulgurante. Mais Black sentit que ses récentes blessures allaient le faire perdre connaissance. Il manqua de s'écrouler à nouveau et Tom le rattrapa de justesse, le remettant sur ses pieds.
    -C'est bientôt fini. Courage.


    Il tînt encore, prenant sur lui. Mais il avait retrouvé le contrôle de lui-même, ses yeux de nouveau bleu roi. Le pouvoir des liés ... Inéfficace ... Il s'appuya sur Mynocia à ses côtés qui l'insulta copieusement mais ne le repoussa pas.
    Il ... ne ... pouvait plus ...

     Et puis petit à petit, tout bruit de combat s'évanouit à leurs côtés. La fin de la bataille avait sonné. Ils avaient réussi. Ils avaient gagné ! Quelques élémentaires restants étaient fermement maintenus comme prisonniers, les corps de leurs camarades reposant sur les dalles couvertes de sang et de cendres.
    Black ne put s'empêcher de sourire à ses amis. Ils l'avaient fait.


    Nelween, de nouveau à l'autre bout du champ de bataille, couverte de sang, se rua sur Tom, Ream trottinant derrière elle, et le serra contre elle, se fichant de la crasse, du sang et de la sueur présents sur leurs deux corps fatigués. Le chef de guerre en tomba à la renverse et Nelween éclata de rire, s'asseyant sur ses hanches.  
    -Je l'savais ! Je l'savais Tommy-t'chou que tu craquerais avant la fin !

     Elle se releva aussi soudainement, attrapa la main de Ream qui en rougit jusqu'aux bout des oreilles, et le tira avec elle, hurlant qu'elle allait « prévenir tata d'la bonne nouvelle » et buttant dans deux élémentaires restants au passage.


    L'armée de Cristal les regarda partir dans le silence le plus complet. Mais tous étaient soulagés. Le caractère de la princesse avait beau être hors du commun, sa « bonne humeur » était toujours bienvenue après un combat aussi épuisant que celui-ci.

     Tom se redressa, entrainant sur lui les regards de tous ses généraux. Il l'avait fait, finalement. Il avait révélé sa véritable nature aux yeux de tous. Son secret. Sa honte. Mais il avait été obligé. Les vies de Black et Mynocia avaient été mises en danger. Il avait le pouvoir de les sauver. Alors il l'avait fait. Tant pis si son secret explosait comme une bombe. Il assumait.


    Seule la famille royale, qui l'hébergeait depuis sa naissance, était au courant que le sang qui parcourait ses veines était celui d'un élémentaire. Il l'avait renié. Il en avait honte. 

    Il releva la tête, faisant face à son colonel qui le fixait, la bouche grande ouverte. Il retînt un sourire moqueur qui aurait été malvenu, mais il ne put s'empêcher de comparer mentalement Stac à un poisson. Malgré tout, il se sentait nerveux. D'accord, euphémisme, il était paniqué. Qu'allaient donc penser les autres ? Qu'il n'était qu'un menteur ? Se sentiraient-ils trahis de ne pas avoir été mis au courant de la véritable nature de leur Chef ? Il ne voulait plus affronter tous ces regards. Il ne pouvait plus.

     Mynocia, semblant comprendre son désarroi, aida Black à se redresser en l'appuyant sur elle, et partit d'un bon pas, attrapant au passage Tom par l'oreille.
    -Tu as des choses à nous dire.
    Black était soulagé. Mynocia et Tom étaient en vie, et ce satané combat avait enfin trouvé une fin. Il lâcha la guerrière et marcha seul aux côtés de ses deux amis, s'appuyant parfois sur l'un ou l'autre quand une vague lui tournait la tête. 

    Alors ainsi, Tom était un élémentaire. En soit, cela ne changeait rien, mais il ne comprenait pas quel intérêt le chef de guerre avait eu à refouler son sang et n'en parler à personne, semblant vouloir enterrer la vérité. Pas même Mynocia ne semblait être au courant. Le jeune homme l'intriguait décidemment de plus en plus.
    Il accéléra légèrement le pas et décolla les doigts de Mynocia de l'oreille de Tom qui commençait à devenir rose, adressa un sourire rassuré à son ami et les deux hommes suivirent la guerrière qui les emmenaient à l'hôpital du Q.G.


    La peur s'était envolée.
    Oh, bien sûr, les élémentaires reviendraient.
    Qu'importe.
    Ils seraient prêts.

     

    Chapitre 12

     

       Un petit cliquetis brisa le silence de cette nuit d'après combat, et une voix semblant appartenir à un autre monde s'éleva dans l'air, faisant flotter ce qui ressemblait à des chuchotements en langue elfique dans les airs, s'appropriant une mélodie enchanteresque.


    Leïnae, soigneusement enfermée dans ses quartiers où s'entassaient de mystiques babioles, fixait, assise à une vieille table, les profondeurs invisibles d'une boule de cristal. Ses longs doigts arachnéens s'apposèrent sur la surface de la sphère, révélant une image qu'elle put interpréter. Les visages de Tom et Black se dessinèrent, et la voyante laissa les coins de ses lèvres remonter en un sourire. Elle fredonna, faisant de nouveau s'élever sa voix par-dessus le temps.


    « Si l'encre en nos sangs déjà s'écoule
    Que la vie se refuse à nos corps
    Car même si nos âmes coulent
    Nous nous battrons encore »
     

    Sa voix reprit une intonation normale et elle murmura, tout à sa boule de cristal :

    -Si tu savais, Tom, où te mènera ton amour pour le Rhëeh...

     

     

    Chapitre 12

    Fin du chapitre 12
     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :