• Chapitre 24

     

    Chapitre 24

     

    Chapitre 24
    Retour d'un ami.
     

    Chapitre 24

     
    Résumé du chapitre précédent : Le trio, revenu d'un échec cuisant après une mission confiée par Leïnae, fait la connaissance de trois nouveaux arrivants. Soit disant humains, ils se décrivent comme "Reflets de Lune". Intriguée et peu confiante, la Reine leur accorde l'aide de ses meilleurs guerriers pour sauver l'un des leurs, mais refuse leur entrée au sein de l'Empire.
    Le nouveau groupe se lance donc à la recherche du dit membre disparu. Pourtant, quand ils le retrouvent enfin, Black s'immobilise. C'est Sean, son ancien ami et camarade.

     

    Chapitre 24

     
    Des ruines. Voilà ce que c'était à présent. De la poussière, des vieux gravats et des toiles d'araignées à foison. Rien que du sale, du vieux, de l'usé.
    Personne, à ce jour et devant ce désastre, n'aurait pu se douter que ce château avait abrité en ses murs les âmes les plus terrifiantes de la Terre ... Tout n'était plus que cendres.
    Quelle ironie. La puissance du feu était devenue charbon.


    Kaën passa ses longs doigts sur le dossier de bois d'un trône recouvert de poussière, retraçant du bout des ongles le contour des arabesques dorées qui y dansaient. Rongé par les mites, le bois sec suivit le mouvement de ses phalanges et tomba en fins lambeaux contre le plancher. Les narines de l'élémentaire frémirent de colère et de dégoût. Quel gâchis que toute cette puissance, cette richesse abandonnée au temps et aux araignées !

    Kaën se détourna du fauteuil de cuir dont le bois avait glissé entre ses mains et détailla la pièce des yeux. Tout, du mobilier au papier peint, était tapissé de poussière et de saletés en tous genres. Noyé dans la marée du temps qui passe. Autour de lui, tout était terne, morne. Le brasier flamboyant et fier qui rongeait ces murs des années auparavant s'était éteint. Irrémédiablement. Même le rouge anciennement ardent peint contre les murs paraissait d'un marron usé, sale.


    L'homme sentit la haine l'envahir, remontant en un frisson le long de son échine.
    Il s'était pourtant promis de ne plus fouler ce sol souillé de nouveau et de rester sage, neutre et vagabond, puisque c'était sa sentence.
    Il étouffa un rire. Qu'il s'amusait en repensant à cela à présent, condamné pour ce qu'il était et non pour ses actes !


    Cependant, les temps avaient changé. Il avait une vengeance à préparer, et seul, il ne pouvait rien. Du moins pas comme il le souhaitait. Ses désirs malsains, ses envies de meurtre et son besoin de sang n'avaient qu'une seule réponse : celle de retrouver sa véritable place qu'il avait été contraint de quitter.

    Soudain, le sortant de ses pensées, le sol se mit à trembler violemment. Des chaises tombèrent et un immense brasier s'éleva soudain au cœur de la pièce. Loin de paniquer, Kaën s'avança, souriant aux flammes.
    « Tu en a mis du temps, Wïane. »


    L'élémentaire s'extirpa du feu, jetant ses cheveux rouges en arrière, rendant son sourire à Kaën.
    «  Siànan me collait aux basques, il m'a fallu plus de temps que prévu pour m'en débarrasser. »
    Kaën détailla la Primaire d'un coup d'œil vif et habitué. Grande, rouge, intimidante. Wïane n'avait pas changé d'un cheveu depuis leur dernière rencontre.
    Il se laissa tomber sur une chaise de bois qui émit un grincement outré sous le choc, bientôt suivi par Wïane. Elle lui lança un regard amusé.


    « Tu ne t'es pas résolu à refaire ta vie parmi les humains ? À te reproduire gentiment et choyer femme et enfant ? »
    L'ironie dégoulinait de manière malsaine dans ses propos. Devant elle, le regard vert de Kaën frisait la démence.

    « Tu ne me connais que trop bien, fit-il, et tout comme toi, mon âme a un maître qu'elle ne peut trahir. »
    Le silence suivit. Wïane croisa ses doigts vermeils sur la table, ancrant son regard dans le sien, fouillant ses yeux. Loin de se laisser impressionner, Kaën maintint l'échange, indéchiffrable, un sourire pendu au coin des lèvres.


    « Serait-ce une déclaration ? Demanda Wïane à demi-mot, ses yeux toujours rivés dans les siens.
    - Ça l'est. Je suis des vôtres et je l'ai toujours été. »
    Le sourire de la Primaire dépassa ses lèvres et monta dans ses yeux. Elle se releva, lui tournant le dos, croisant ses mains derrière elle.
    Elle lui faisait confiance, et lui aussi.


    « Quelle drôle de phrase dans la bouche d'un traître, tu ne trouves pas ? 
    - Je suis aussi traître que tu l'es, Wïane. Et nous savons tous deux qui en est la cause. »

    Le silence revint quelques instants. Un vieux carillon rouillé tentait encore, quelque part au fond des ruines, d'émettre un son rythmé et grésillant. Enfin, elle se tourna vers lui.


    « Alors tu reviens ?
    - Je ne suis jamais parti ...
    - ... Et il le sait. »


    Kaën se leva à son tour, face à l'autre femme.
    « Quels sont ses ordres ? »
    La primaire s'écarta de nouveau, brandissant sa main en direction du mur qui s'effondra sous le poids des flammes qu'elle y avait jeté. Doucement, le feu laissa apparaître un visage aux traits de femme.
    « Nuane, murmura l'élémentaire dans un murmure, c'était elle ! ELLE ! »


    Il bondit de sa chaise, comprenant enfin. C'était à cause de cette femme que Mynocia vivait encore !
    « Retrouve-la, et débarrasse-t'en. Le plus rapidement possible. 
    - Dis-lui que ce serait fait. »
    Toute trace d'humanité avait quitté ses prunelles vertes. À ses côtés, Wïane sourit.
    Cela ne faisait que commencer.

     

     

    Chapitre 24

     

    Armée de Cristal

     
    Black n'en revenait pas. Il ne parvenait pas à l'admettre, à y croire. Réaliser que tout ceci n'était pas un rêve mais la cruelle réalité, et que le corps inconscient de son ami sous ses yeux n'était pas le fruit d'une quelconque invention de son esprit tordu. Non. Sean était bel et bien là, étendu dans les draps blancs de l'hôpital du château de Jhi-laim.


    Il ne comprenait rien. Comment son ami avait-il pu se retrouver là ? Embarqué dans la guerre alors qu'il ne pensait qu'au nombre grandissant de filles qui lui couraient après, comptant le nombre croissant qu'il arriverait à mettre dans son lit ?
    Non, vraiment, il était perdu.


    « Son état semble stable, conclut le soigneur elfe qui avait pris le jeune homme en charge à son arrivée au nouveau Q.G. quelques heures plus tôt. »
    Black hocha la tête, incapable de répondre quoi que ce soit. C'était trop incongru et trop soudain pour que les mots ne daignent s'aligner.

    Le soigneur le salua d'un bref hochement de tête et s'éloigna, le laissant seul au chevet du blond, les Reflets de Lune étant partis s'entretenir avec la Reine, le chef de guerre et Mynocia environ une heure plus tôt.
    Black soupira, passant nerveusement sa main dans ses cheveux déjà en bataille. Voir Sean après tant de mois d'absence faisait remonter en lui des souvenirs qu'il aurait préféré oublier. Son passé de Justicier Rouge, sa trahison, son départ, l'appel à l'aide du commissaire Marcel, notamment.


    Perdu dans ses pensées, il ne vit pas le jour décliner et ferma les yeux quelques instants, accoudé à la commode près du lit.
    Il commençait à piquer du nez quand la porte s'ouvrit dans un grincement aigu, amenant avec elle de nombreux éclats de voix.
    « Notre preux justicier s'endort ! Fit Mynocia, le tirant de ses songes. »
     
    Tom, revenu avec le groupe, apostropha un soigneur pendant que Mynocia s'occupait de réveiller Black.
    «  Comment va-t-il ?
    - Son état est stable et ses jours ne semblent pas en danger. Toutefois, je ne peux pas vous dire quand il se réveillera ... »


    Tom fronça les sourcils. Pendant ce temps, Nawi, Ellyre et Liam s'étaient rapprochés du lit, se joignant à Black qui tentait vainement de repousser Mynocia.
    « Vous avez fait une prise de sang ? Demanda soudain Liam qui inspectait méticuleusement le corps de son camarade comme pour y déceler un quelconque indice. »


    Sous la batterie de regards d'incompréhension qu'il récolta, il ajouta :
    « Je suis médecin, chirurgien plus exactement, et je pense qu'il n'a pas vu la lumière du jour depuis un bon moment. J'aimerais vérifier l'état de son sang. Auriez-vous le matériel nécessaire ? »

    À la surprise de tous, ce fut Jhi-laim, entré si discrètement que personne n'avait remarqué sa présence, qui répondit.
    « J'aurais de quoi vous fournir ce que vous cherchez. Cependant, je tiens à surveiller et vous assister dans vos recherches de manière à ce que nos sciences puissent s'unir et permettre le meilleur pour ce jeune homme. »


    Liam hocha la tête.
    « Pourrions-nous, mon Prince, commencer nos travaux dès maintenant ? Je ne veux pas perdre de temps. »
    Jhi-laim acquiesça et tous deux sortirent dans un nouveau grincement aigu.
    « Je ne savais pas que Jhi-laim était soigneur, bredouilla Black qui avait l'impression d'en apprendre tous les jours sur le Prince.


    « Il est notre guérisseur le plus doué, confia Tom avec un sourire pour son frère, tirant une chaise à côté de ses amis.

    Le silence redevint maître des lieux quelques instants. Ce fut Ellyre qui osa enfin briser le mutisme qui s'était installé entre eux. Elle semblait, par dessus l'inquiétude, intriguée.


    « Dites-moi ... Black, c'est ça ?
    Hochement du concerné, haussement de sourcil de Mynocia, regard interrogateur de Tom vers Black. Elle continua :
    - Mynocia a parlé de vous tout à l'heure comme d'un justicier ... Qu'est-ce que cela signifie ? »
    De nouveau, silence fut élu maître. Le jeune homme s'était immobilisé.
    Qui était cette fille exactement, et que pouvait-elle savoir ? Devait-il avouer, se taire, l'ignorer ?
    - Quelle réponse attendez-vous de cela ?


    La voix froide et sèche de Mynocia claqua, et il la remercia intérieurement de lui être venu en aide.
    Rougissant, la jeune femme brune s'expliqua.
    « En fait, la ville dans laquelle nous vivions, Sean et moi, abritait une sorte de super-héros masqué qui a disparu sans laisser de trace ... Beaucoup le pensent mort puisque c'est ce qu'ont relayé les médias, mais Sean m'a toujours répété qu'il savait que le Justicier Rouge était bel et bien vivant, quelque part ailleurs où le monde avait plus besoin de lui ... »


    Black se sentit touché. Sean avait dis cela de lui ? L'avait défendu après son départ ?
    Prenant son courage à deux mains, il abdiqua.
    « Je suis désolé.
    - Pardon ?
    - Je m'excuse d'être parti si vite, sans rien dire, et comme un voleur. J'ai laissé cette ville sous l'emprise de quelque chose qui aurait pu la détruire, et sans un seul état d'âme. Ce jour-là, j'ai perdu ma seule famille, mon monde et ma raison de rester. Mynocia m'a offert la chance de fuir et de partir recommencer ailleurs. Alors je suis parti. Simplement. Je tiens à vous présenter mes excuses, à vous comme pour toute la ville, pour la lâcheté du héros que vous appeliez le Justicier Rouge ... »


    Sa tirade terminée, il reprit son souffle un instant, plantant ses yeux dans le regard noisette d'Ellyre. Résigné à assumer jusqu'au bout ses erreurs.
    La jeune femme semblait sonnée. Bloquée sur une seule information.


    «  Vous êtes le justicier rouge, vraiment ?
    - Je l'étais, rectifia Black qui ne voulait plus que la nuance n'existe. Il n'était plus le justicier de la ville et il ne le serait jamais plus. Aujourd'hui, je ne suis plus que Black Anderson.
    Ou Elain Rheegen, se retint-il d'ajouter. »

    Deux jours passèrent. Les Reflets de Lune, que la Reine avait autorisé à demeurer au château, passaient le plus clair de leur temps à l'hôpital, au chevet de leur ami, aidant et assistant les soigneurs qui ne parvenaient pas à extirper Sean du coma profond dans lequel il était plongé. Après moult recherches et collaborations hasardeuses entre les médecines humaines et elfes, ils se résignèrent à demander à Leïnae s'il se réveillerait un jour.


    À la surprise générale, la voyante avait alors souri.
    « Il sera réveillé avant ce soir. »
    Suivant les dires de la medium, ils s'étaient réunis à son chevet, demandant à Jhi-laim d'aller chercher Black. Attendant en silence.

    « Qu'a dit Leïnae exactement ? Demanda l'ancien Justicier Rouge, que le prince avait appelé un peu plus tôt, l'invitant à les rejoindre pour être présent au réveil de Sean.


    Seul. Sans Mynocia, et son absence le gênait. Avec elle, ses répliques froides et cyniques, il n'avait pas à réfléchir. Sans elle, tout devenait beaucoup plus compliqué. Il ne savait quoi faire, quoi dire, coincé entre ces trois Reflets de Lune à qui il ne faisait pas du tout confiance. Et Jhi-laim qui était reparti, en plus !
    S'il avait tout compris des dires de Tom et du prince, le trio atypique avait été autorisé à séjourner au château bien qu'ils ne soient pas encore tout à fait membres de l'Armée de Cristal à part entière. La Reine était méfiante et elle avait, selon lui, bien raison. Il partageait l'avis mitigé de sa souveraine : tous trois étaient beaucoup trop étranges pour leur propre bien. Et le fait que cette rencontre l'ait mené à un Sean très mal en point ne faisait que renforcer ses doutes.

     

    « Elle a dit qu'il se réveillerait dans l'après-midi, lui répondit enfin Liam d'un air distrait, fixant le visage pâle du lycéen. »
    Black opina de la tête, gardant le silence, de plus en plus mal à l'aise. Nawi le dévisageait depuis bientôt deux minutes et son regard commençait à le déranger. Elle dégageait quelque chose d'innommable, à l'odeur indéfinissable, entre la chaleur d'une âme brûlante et la douceur d'une voix fantôme ... Il frissonna. Inconnu était le mot qui lui semblait le mieux la décrire. Femme pourtant si belle, au charme exotique et aux cheveux très courts.


    Comparés à elle, Liam et Ellyre étaient bien plus rassurants.
    Liam, chirurgien de renom, avait le regard d'un bleu calme, posé, et les traits un peu anguleux de son visage lui donnaient un air banal et détendu. Un être parmi tant d'autres. L'air paisible et confiant.
    « Vous vous connaissez depuis combien de temps, Sean et vous ? »
    Abrupte, un peu mal formulé, spontané et un peu maladroit. Ellyre. Black se tourna vers elle, la détaillant du regard.

    Jeune. Elle était infiniment jeune. Peut être même plus que lui. Il lui donnait dix-neuf ans tout au plus. Elle ressemblait trait pour trait à une lycéenne ordinaire : cheveux bruns, longs, tirés sur les épaules, yeux badigeonnés de noir, joues rosies par la poudre utilisée à outrance, rouge à lèvre criard, peau recouverte de fond de teint, vêtements serrés, courts et décolletés.


    Il était habitué à ce genre de filles dont Ellyre semblait être le prototype parfait, puisque c'était le stéréotype banal des adolescentes en chaleur qui courraient après Sean .
    Minute.
    Il prenait le pari : Ellyre et Sean étaient ou avaient été un couple.
    « Je l'ai rencontré en primaire, on avait sept ans, répondit-il enfin à la jeune femme. »

    Ellyre sembla impressionnée par tant d'années d'amitié, levant haut ses sourcils dessinés au crayon.
    « A moi de te poser une question un peu indiscrète alors, renvoya-t-il avec un sourire, est-ce que vous êtes ensemble, tous les deux ? »


    Le silence survint brusquement et il se maudit intérieurement. Non mais quel idiot ! Avec tact et diplomatie, Black règle vos problèmes, allô bonjour !
    Même Liam et Nawi semblaient profondément étonnés par sa question. Pourtant, Ellyre gloussa et répondit en se triturant les ongles.


    « J'sais pas comment vous l'avez deviné ... Mais oui, on est sortis ensemble quelques mois mais ... 'Fin ça collait pas, vous voyez ? »
    Intérieurement, Black s'auto-donna cinquante dollars. C'était flippant. Voilà qu'il arrivait à présent à deviner les filles qui tombaient dans les filets de Sean ... Quelle horreur.
    Au fond, se dit-il soudain, Ellyre devait être différente. Elle était tout de même assise au sein du château de l'Armée de Cristal, prête à donner sa vie à la guerre ...


    « Je comprends, acquiesça t-il alors qu'il ne comprenait pas du tout, par contre, pourrais-tu arrêter de me vouvoyer ? On a le même âge, non ? »
    Elle hocha la tête, les joues roses, toute souriante.

    Finalement, peut être avait-il jugé les Reflets de Lune un peu vite. Ellyre lui semblait simplement adorable, Liam lui inspirait pleinement confiance et Nawi ... Non, Nawi l'intriguait toujours.
    Il venait de passer deux longues heures en leur compagnie, assis sur la même chaise de bois dur face au lit où Sean semblait dormir d'un sommeil sans rêve.


    Doucement, une discussion timide s'était frayée un chemin entre-eux et l'horrible sentiment de mal-être qui le saisissait avait petit à petit disparu de ses entrailles.
    Parce que Reflets de Lune ou non, ces trois-là demeuraient humains, êtres atypiques certes, mais il en était convaincu à présent, sans mauvaise intention.


    Enfin, quand les grandes cloches du château annoncèrent les vingt heures, il y eut un mouvement dans le petit lit d'hôpital. Doucement, Sean ouvrit les yeux, papillonnant pour s'habituer au monde réel qu'il avait quitté trop vite et trop longtemps.
    Black ne put s'empêcher de sourire quand il croisa pour la première fois depuis des mois le regard vert si particulier de Sean.


    Liam le salua, s'approchant de lui, le rassurant, prenant son pouls, sa température.
    « C'est bon de te revoir, admit l'homme d'un sourire que Sean lui rendit. »
    Délicatement, comme incertain de posséder toujours son propre corps, il reprit possession de tous ses muscles et se redressa sur les fesses, saluant Ellyre et Nawi d'un petit « salut les filles » à la voix pâteuse.
    Cependant, lorsqu'il parcourut la pièce du regard, son regard se stoppa net.


    « Black ?! »
    Le justicier s'avança vers son ami, n'osant lui sourire. Pas encore. Gêné, ne sachant que dire, que faire, il se contenta d'un bref « salut » en se grattant la tête.
    Une fois son étonnement passé, le vert émeraude des yeux de Sean le détailla des pieds à la tête.
    « Mec, tu t'es enfin décidé à changer de fringues ! T'as la classe comme ça, tu vas nous faire tomber des nanas là ! »


    Black sentit son cœur s'alléger et ses épaules s'affaisser. Cet homme ne changerait jamais, et bon sang que cela faisait du bien de le retrouver tel quel. Sans tenue et sans complexe. Juste Sean. Dragueur et insouciant.


    « Si quelqu'un pouvait m'expliquer où je suis, j'avoue que ça m'arrangerait »
    Ce fut le justicier qui répondit.
    « Au quartier général de l'Empire Elfe. Ellyre, Nawi et Liam ont fait appel à nous pour te libérer. »
    À l'instant où sa voix mourut dans l'air, il réalisa la portée exacte de ses paroles. Il s'était inclu dans le « nous ». Puisque dans son cœur, le royaume des elfes était devenu sa maison, la Reine sa Souveraine, et ses deux amis sa famille. Il se sentait à sa place à présent, chez lui.
    « Comment tu te sens ? T'as mal quelque part ? Demanda Ellyre, coupant Sean qui allait répondre à Black, attrapant son poignet entre ses doigts.
    - Tout roule, t'inquiète ! Rit-il en mimant un coup de poing violent dans les airs.
    Il n'y avait que lui pour dire ça en sortant du coma.
    - Tu es sûr ? Je ... »


    La jeune femme fut interrompue par trois coups brefs frappés à la porte qui s'ouvrit dans un long grincement sur Mynocia et Tom, celui-ci portant un grand plateau repas dans ses mains.
    « Bon alors Blacky, je voulais te laisser crever de faim mais Tom voulait qu'on vienne te tenir compagnie pour dîner, donc il t'a aussi amené un truc à bouffer et ... Ah, t'es réveillé toi ? »


     Black soupira, quittant le chevet de Sean pour débarrasser Tom de l'encombrant plateau qu'il transportait. Posant les vivres sur la table, il se tourna vers son ami alité.
    « Sean, je te présente Mynocia et Tom, des amis. »
    Le chef de guerre s'inclina respectueusement, forçant d'une main Mynocia à faire de même.
    « Je t'avais dis que je finirais par mettre un nom sur ton visage ! S'amusa le blond en dévisageant Mynocia. D'ailleurs, t'es bien plus jolie sans dreads ... Très jolie même, fit-il en lui lançant un clin-d'oeil. »


    En temps normal, voir Sean tenter de draguer sa Mynocia l'aurait fait rire ... Mais il avait, tout comme Tom, relevé le début de la phrase de son ami. Seulement le début, faisant fit de la fin.


    « Vous vous connaissez ? Demanda Ellyre en fixant tour à tour Mynocia et l'adolescent. 
    - Non mais c'est quoi ce délire encore ... Râla Black à voix basse, faisant rire Tom. »
     - C'est un grand mot. Disons que nous nous sommes croisés un jour où ma filature n'était pas très discrète...
    - ... Dans les toilettes. »


    Elle soupira, levant les yeux au ciel.  À ses côtés, Black et Tom se jetèrent un regard. Il s'était passé QUOI exactement entre ces deux là dans les toilettes ? Mynocia ne démentait même pas !
    Liam se racla la gorge, appelant le groupe à changer de sujet. Tom suivit son idée et lui demanda d'aller prévenir Jhi-laim du réveil du jeune humain.


    Quand l'homme fut sorti, Tom s'assit à sa chaise, Mynocia en tirant une autre de sous la table.
    Voyant que le silence s'installait, Nawi, restée jusqu'à présent discrète et silencieuse dans un coin, se releva et s'installa au pied du lit.


    « Alors, que s'est-il passé ? »
    Sean se redressa, redevenant sérieux.


    «  À la sortie du lycée, il m'attendait. Un mec tout vert, sorti d'un mauvais film de SF, tu vois le genre ? Il brillait comme une lampe de poche et m'a collé la trouille. Il y avait un je-ne-sais-quoi dans l'air qui faisait que je ne sentais rien. J'ai paniqué, couru, et il a suivi en trottinant. Le truc vraiment flippant quoi. J'ai souvenir qu'il m'ait rattrapé, puis plus rien... Le trou noir complet jusqu'à ce que je me réveille dans une cellule toute moisie ... Le gars vert est revenu, mais il ne parlait pas, il en avait engagé un autre pour ça, un mec comme lui, qui avait des flammes sur le front ... C'est lui qui posait les questions, l'autre écoutait juste. Et quand il a fini la liste, BAM, il l'a tué. »


     « C'était quel genre de questions ?
    Nawi avait froncé les sourcils. Comme inquiète. Sean reprit.


    - Oh, au début, des questions simples. Qui j'étais, d'où je venais, ma famille ... Après, il ont fait ça en plusieurs jours sur plusieurs interrogatoires avec plusieurs potiches pour poser les questions. Et après, donc, ils sont passés aux choses sérieuses. Celles qui les intéressaient vraiment. Mais ils devaient avoir du temps à perdre pour s'amuser comme ça à connaître toute ma vie sentimentale et sexuelle avant de me demander si ... Bref, oui, pardon, se reprit-il en voyant le regard amusé de Black, habitué à ses dérivations. Ils avaient compris que je n'étais pas un humain normal, mais ça s'arrêtait là. Alors, comme je refusais de parler, il m'ont fait jeûner pendant plusieurs jours. J'ai pas réagi. Puis un jour, j'ai entendu une femme, des hurlements de colère, et puis ton nom, Black. J'ai tiqué et ils l'ont vu. Évidemment, ils ont compris qu'on se connaissait, fouillé mon passé et découvert que nous étions amis depuis plus de dix ans. Et le lendemain, il n'y avait plus personne, tout était désert. Après j'ai perdu le décompte des jours mais le mec est revenu un matin. Il m'a forcé à boire une potion rougeâtre ... A murmuré un nombre et ... Et j'me réveille là, maintenant. »


    Pendant son récit, Jhi-laim et Liam étaient revenus. À la mention de la potion rougeâtre, ils s'étaient lancés un regard entendu que Black avait intercepté, sans comprendre.


    Tom se leva, aidant à servir à tout le monde un dîner complet que Jhi-laim avait ramené à son entrée. Pendant quelques instants, seuls les bruits des couverts raclant les assiettes résonnèrent.
    Ce fut Mynocia qui brisa le calme de leur repas un instant.


    « Tu as pu entendre ce qu'il disaient sur Black ?
    - Pas vraiment ... Elle râlait plus qu'autre chose... J'ai l'impression que tu les gênes, Black ! »
    L'élémentaire se massa les tempes, l'air fatigué et inquiet. Tom reprit :
    « Dans ce cas, cela expliquerait pourquoi le repaire était vide. Ils avaient prévu que nous viendrions. Pas pour les bonnes raisons, mais ça a marché quand même. On nous a servi Sean sur un plateau d'argent. »
    En tant que chef de guerre, les choses trop simples, les batailles trop facilement gagnées, par expérience et connaissance de l'ennemi, il savait que cela n'était pas normal. C'était une bombe dont le décompte s'était enclenché quand ils l'avaient sauvé.


    « Te souviens-tu du chiffre ? Demanda t-il soudain, un peu abrupt.
    - Huit, murmura Sean à Tom. »


    La nuit était tombée pour de bon au château, avait emprisonné la chaleur du jour pour quelques heures.
    Restés réunis dans la petite chambre d'hôpital, le groupe constitué des Reflets de Lune, Sean, Black, Mynocia, Tom et Jhi-laim discutait toujours, finissant de dîner dans une ambiance plus détendue.
    Au tintement des cloches annonçant vingt-deux heures, Mynocia se leva.


    « Tu vas où ? »
    La voix de Black était emplie de regrets.
    « Leïnae, fut sa seule explication avant de claquer la porte. Le Justicier Rouge se tourna vers Tom qui haussa les épaules. Soit il en savait autant que lui, soit il ne dirait rien de plus. ». 
    Aux alentours de vingt-trois heures, les Reflets de Lune partirent eux-aussi pour la nuit, raccompagnés par Jhi-laim.


    Black, Tom et Sean se retrouvèrent seuls.
    « J'suis désolé, Sean. 
    Celui-ci fronça les sourcils.


    - Pour ?
    - Être parti sans rien te dire. »
    Son ami se gratta l'arrière du crâne, gêné.
    « Je vais pas te mentir, Black. T'imagine même pas le bordel que ça a semé. Au bahut, on me demandait sans cesse où tu étais ... Alors un jour, j'ai pété un câble et j'ai déboulé chez toi. Imagine un peu ma tête.
    Le cœur de Black s'arrêta un instant. Le feu, les cendres. Lysia. Il avait vu tout cela.

     « J'ai pleuré comme une nana ce jour-là, tu sais. Parce qu'en trouvant Lysia dans les décombres, j'étais persuadé que j'allais te trouver toi aussi. Tout ce qu'il m'est resté de mon pote, ce fut une vieille godasse carbonisée et un cadavre. Je savais que tu étais vivant, je le sentais, mais je t'en ai voulu à en crever. Il m'a fallu des mois avant de te pardonner. Mais bon, t'es mon pote, j'y peux rien, et un bon pote, ça pardonne. C'est ce que je me suis dis. J'ai fini par faire mon deuil et organiser les funérailles de Lysia. J'ai refusé d'être présent aux tiennes. Ton adorable grand-mère dort à présent dans le cimetière du village où elle t'a recueilli, aux côtés de son mari et ... Il y avait une troisième tombe, je suppose que tu sais qui c'est ? 
    - Ma mère. »

    Les mots franchirent ses lèvres avant qu'il n'ait eu le temps de les comprendre. Nyl. Sa mère reposait aux côtés de celle qui l'avait élevé comme son fils.
    Il sentit les larmes lui monter aux yeux et les repoussa vivement.
    « M.Merci Sean. Merci beaucoup. »


    Sa voix avait manqué de déraper. Mais le geste de son ami l'avait touché, pris au cœur. Sans lui, sa grand-mère n'aurait jamais eu les adieux qu'elle méritait. Il ne pouvait que lui être sincèrement reconnaissant d'avoir été là où lui aurait dû être.


    À ses côtés, Tom luttait contre lui-même. Il ne pouvait pas, devant Sean, prendre Black dans ses bras. Et sentir le mal-être de son ami sans pouvoir rien y faire était juste une torture sans nom, un mal affreux.
    « Alors, j'ai le droit de savoir maintenant, pourquoi t'es parti ? « 
    Black, qui avait baissé la tête pour contenir ses larmes, releva le regard vers Sean. Oh, oui, il lui devait au moins ça.


    « Une légende. Tout se tient à une foutue légende, selon laquelle je serais lié à Mynocia et que seule notre union pourrait mettre fin à la guerre. Au départ, elle m'énervait juste. Et puis, quand Lysia est ... Partie, elle m'a entraîné avec elle au QG et j'étais tellement déprimé que je n'ai même pas réalisé que je partais pour ne pas revenir. Et puis, le temps a passé, tout cela m'est sorti de l'esprit ... J'ai même appris que je n'étais pas humain, alors plus rien ne me rattachait à ce monde. Ma mère était une elfe au sang mêlé humain et mon père le dernier élément de l'air ... »


    Il s'arrêta, ne sachant quoi rajouter. Il s'était passé tant de choses depuis son départ...
    Sean lui sourit. Il se contentait du peu qu'il pouvait déjà lui donner.
    Black se sentit bêtement heureux. Il venait de réaliser, à l'éclat de ce sourire, que Sean était pour lui ce qu'il aurait nommé comme un ami. Un précieux, un vrai.
     
    Le temps reprit ses droits. La nuit avançait. La discussion continuait, les retrouvailles plus fortes que le sommeil.  À minuit et demi, Tom étouffa un bâillement.
    « Je vous laisse, bonne nuit. »


    Il se releva, déposa ses lèvres contre la joue du justicier, salua le blond d'un mouvement de main et sortit.
    Black le suivit du regard, un petit sourire aux lèvres. Quand il tourna de nouveau le regard vers Sean, un arc-en-ciel brillait dans son œil gauche et sa bouche dessinait un « o » parfait. La réalité le frappa de plein fouet. Sean était bel et bien un Reflet de Lune.
    « Qu'est-ce qu'il se passe ? »


    Son ami sembla revenir à lui, les couleurs s'échappèrent de son œil et il reprit contenance.
    « Oh, rien, rien ... Sinon depuis quand des mecs te font la bise toi ? »


    Black rougit jusqu'aux oreilles, bredouillant des phrases sans sens, sans début, sans fin. C'était lui en plus, un matin, qui avait embrassé Tom sur la joue d'un simple réflexe. Il se souvenait encore de l'air ahuri et des joues en feu de son ami après le passage de ses lèvres sur sa peau. Gêné, il lui avait expliqué que c'était une manière humaine de dire bonjour. Et Tom avait adopté le salut.


    Sentant qu'il avait fait dériver Black, Sean tenta de lui remettre les pieds sur Terre.
    « Sinon ta Mynocia, là , tu me la présentes quand ? »
    Il lui envoya un clin d'oeil, et Black, revenu à lui, sourit.
    « Tu arriveras à rien avec elle, c'est un monstre, pas une femme ... Et sérieux, elle a plus l'âge pour faire partie de ton tableau de chasse ! »


    Ils éclatèrent de rire tous les deux, au souvenir d'une petite mamie qui avait fait du charme au blond un matin. C'était si bon de se retrouver, de partager à nouveau.
    Ils laissèrent la nuit se terminer ainsi, sous les reflets d'un sourire commun, d'une complicité.


     Le lendemain matin, en se rendant au réfectoire pour y retrouver Tom, Black tourna à l'angle d'un mur un peu vite ... Et se retrouva soudainement projeté sur les fesses.
    « Encore ? Mais tout le monde regarde ses pieds dans ce château ou quoi ?! Black ! »
    Un peu sonné, le justicier dévisagea la personne qu'il venait de percuter qui n'était autre que Sean. Il l'aida à se relever, lui tendant la main.


    « Je ne suis pas le premier qui te rentre dedans ?
    - J'suis flatté Black, mais les mecs ne m'intéressent pas. »
    Le justicier rouge éclata de rire. Finalement, l'humour de Sean lui avait manqué.
    « En fait on m'a autorisé à sortir m'aérer l'esprit ... Et j'me suis paumé. »


    Souriant, Black l'entraîna jusqu'au réfectoire où il rejoignirent Tom qui bataillait avec sa tartine. Contournant la table et le bout de pain rebelle, il se pencha pour faire la bise à son ami qui fixait Sean . Quand il se retourna, le blond souriait ... Sans raison. Énigmatique.


    Ne cherchant pas à comprendre ses bizarreries, il s'installa et prit part au combat féroce armé d'un couteau à beurre et d'une tartine.


    Au son des neufs heures, le chef de guerre partit pour une réunion importante, laissant les deux amis seuls.
    « Elle est où Mynocia ? Demanda le blond.
    -Chépa, maugréa Black la bouche pleine.
    - Et ça t'inquiète pas ?
    - Elle fait tout le temps cha. Puis je l'ai vue ce matin, donc ... »


    Le soleil avait repris ses droits, amenant une chaleur douce et bienvenue au château. La pluie des premiers jours de mars avait gorgé les plantes d'eau, offrant aux rayons une végétation luxuriante.
    « C'que c'est beau ! S'exclama Sean à qui Black faisait visiter les grands jardins du Prince. »
    Il se laissa tomber dans l'herbe, s'allongeant dans le soleil, les yeux à demi-clos. Black l'y rejoignit, appréciant la caresse de la chaleur nouvelle sur ses joues, effleurant de ses doigts les pétales d'une tulipe qui poussait vers sa jambe gauche. Jamais il n'aurait osé arracher ne serait-ce la moindre pâquerette. La nature était à la limite du sacré pour les elfes.

    « Dis, Black ?
    - Mh ?
    - Pourquoi tu m'as jamais dis, pour le Justicier Rouge ? »
    Le jeune homme aux cheveux rouges s'allongea à ses côtés, se perdant dans la contemplation des nuages.
    « Il me semblait que tu t'en doutais ...
    - Je le sais depuis le début. J'aurais pu t'aider, même. 
    - Avec les élémentaires ? J'pense pas non ...
    - Au moins pour te trouver une excuse potable pour sécher les cours ... Un truc plus classe que cette histoire d'infection urinaire en tous cas ... »
    Black pouffa. C'était une idée de Lysia redoutablement efficace, classe ou non !
    Un silence paisible s'installa, chacun concentré sur l'étendue bleue face à eux.

    « Tiens, on dirait un dragon ce nuage.
    - Ouais si on veut. »
    Black sourit de nouveau. Il était seul à voir l'animal, comme toujours. Les jeux du genre n'avaient jamais mené à rien avec Sean, même enfants.
    « N'empêche, chui content, révela-t-il soudain en fixant le soit disant nuage-dragon.
    - Ah ?
    - Je ne t'ai jamais vu aussi heureux, Black. Amoureux, aussi, et j'avoue que je commençais à désespérer de te voir un jour avec une nana ... Fin, j'le sentais mais j'étais curieux quoi ... En tous cas, entre Mynocia et ce chef de guerre qui te bouffe du regard, t'es bien entouré ... Et ça me rassure. »
    Le justicier rouge demeura, bouche ouverte, l'air interdit. Il y avait un truc, là. Sean en savait trop.
    « Comment tu ... ? »

    L'autre se redressa, à genoux dans l'herbe.
    « Je suis un Reflet de Lune, Black. Tu ne sais pas c'que ça signifie ? »
    Hochement de tête négatif. Regard curieux. Il reprit.


    «  Nous étions cinq. Si nous avions pu nous unir, nous aurions formé un véritable monstre. Un ''Sens-Parfait'' comme dit Nawi. La légende qui nous concerne dit que les enfants nés un soir de pleine lune à minuit peuvent être choisis pour porter un don : le Sens. Pour moi, c'est l'Odorat. Je sens les choses, je sens l'odeur qu'elles avaient, qu'elles ont et qu'elles auront. Une sorte de voyance. Nous n'avons connu que très peu de temps la femme au Sens du Goût puisqu'elle a été assassinée par un élémentaire. »


    Il marqua une pause, laissant à Black le temps d'assimiler la dose d'informations.
    « Alors Liam, Nawi et Ellyre ont un Sens, aussi ? »


    « T'as tout suivi. Ellyre porte l'Ouïe, elle entend tout. Liam le Toucher, il matérialise des choses que Nawi, elle, Voit. Seul, aucun de nous n'est très puissant dans une armée. Mais unis, nos pouvoirs peuvent être redoutables puisque c'est la puissance de la Lune qu'elle confère ... Tu captes ? »


    Black hocha la tête, enregistrant précieusement ces informations dans un recoin de son esprit. Cependant, quand il demanda à son ami de lui en dire plus, celui-ci refusa, prétextant qu'il valait mieux qu'il tire ses réponses des principaux concernés. Intrigué, il abdiqua tout de même, retournant dans ses pensées.
    L'après-midi passa, la discussion reprit de bon train, légère et apaisante.


    Du moins jusqu'à ce que Sean ne déclare :
    « Il y a quelque chose que Jhi-laim et Liam ne t'ont pas dit. »
     Toujours tourné vers le ciel, Black l'écoutait. Il continua.
    « Ce liquide qu'on m'a fait boire de force ... C'est un poison. »
    Silence. Redressé, délaissant les nuages, Black le fixait d'un air infiniment sérieux, droit dans les yeux.


    « Quoi ?
    - Il me bouffe de l'intérieur. Je suis en train de perdre l'usage de mon pied droit, ça fait une heure que je ne peux plus le bouger. Il me reste quelques jours tout au plus avant que ce truc n'atteigne le cœur ou le cerveau. »
    Pas de réponse. Juste un éclat de peur dans le bleu-roi. Enfin, une supplique.
    « C'est une blague ? Ça me fait pas rire là Sean je ... 
    - Je vais mourir, Black. »


    L'arc-en-ciel luisait par dessus l'émeraude. Le souffle de Black se coupa net. Il n'y avait que la promesse d'un voyant pour faire perdre tout espoir.

    Et l'Espoir, tant chéri, tant aimé, tant prié, ne revint pas. Contourna le château, en rasa les murs, mais pas une fois ne s'y infiltra.


    Un matin, Sean se réveilla sans pouvoir marcher. Les veines de ses jambes avaient éclaté sous le poison.
    Pourtant, sur son visage dansait encore et toujours le même sourire heureux, un peu forcé. Un regard qui se voulait rassurant pour camoufler une peur bien trop grande. Un éclat terrifié par la mort, condamné par le poison dans son sang. Et jamais, pas une fois, une larme ou une plainte.
    Il s'était résigné à partir en homme humble, en soldat.


    Autour de lui, les soigneurs avaient lâché la terrible vérité. Liam paniquait. Jhi-laim avait fait appel à Leïnae. Et même unis, les deux médecines n'avaient rien pu faire pour extraire le liquide de son corps ou trouver un antidote. Ellyre ne voulait pas y croire, fermant les yeux, répétant que tout allait s'arranger, aller pour le mieux.


    Nawi, elle, regardait simplement, l'air fermé. Semblant en voir plus que les autres.
     Un matin, Black s'était réveillé sans Mynocia à ses côtés. Intrigué, il avait fouillé leurs appartements de fond en comble. Rien. Arpentant le château à sa recherche, il avait croisé Ream, l'avait interpellé, questionné. Rien. Alpaguant d'autres elfes en route qui croisaient son chemin. Rien. Finalement, il s'était résigné à se diriger vers l'hôpital, avait croisé les Reflets de Lune et Jhi-laim. Toujours rien.


    Il tomba sur une chaise aux côtés de Sean, allongé, dont seul le buste fonctionnait encore.
    « Mynocia a disparu, avoua-t-il lorsque celui-ci l'interrogea du regard.
    - T'en est où avec elle d'ailleurs ? »
    Blanc. Black semblait avoir ... Planté.


    « Hein ? » 
     Sean lui envoya un clin d'oeil équivoque. Ah, c'était bien dans le sens qu'il redoutait alors ...
    « Vous avez couché ensemble ? »


    Le tout avec tact et diplomatie, s'il vous plaît, merci. Black rougit jusqu'aux oreilles, se massant l'arrête du nez pour refréner les images qui s'imposaient à son esprit. Il n'arrivait vraiment pas à détacher les mots de ce qu'ils sous-entendaient. Comprenant sa réponse, Sean fit mine de s'indigner, le sourire aux lèvres.


    « Mec, ça va pas ça, tu vas mourir puceau à ce rythme là ! Et sérieux, vu comme elle te regarde, elle attend que ça !
    - Sean, c'est répugnant.
    - Mynocia ?
    - Non, la façon dont tu en parles. »


    Mynocia répugnante ? Cela aurait été mentir. Depuis le début, il la trouvait belle et attirante. Et oui, il y avait déjà pensé. Y avait déjà rêvé. Certes. Mais de là à le concrétiser ... Son cœur s'emballa. Bon sang, mais de quoi avait-il peur ?


    Deux coups brefs résonnèrent à la porte. Tom, passant la tête dans l'entrebâillement, entra finalement.
    « Bonjour Sean, salut Black. »
    Un sourire. Tom était de ceux entrés dans le jeu de l'adolescent. Vivre sans compter, sans en parler, rester simple et faire semblant d'être heureux. Le chef de guerre s'informa rapidement de l'état du blond puis se tourna vers Black.


    « Tu peux venir un instant ? »
    Son ami acquiesça, et ils sortirent tous deux. Au moment où Tom allait fermer la porte, Sean l'interpella de sorte à ce que le chef de guerre soit le seul à l'entendre.


    « Oui ?
    - Prends soin de lui. »
    Arc-en-ciel. Sourire. Tom, perdu un instant, finit par hocher la tête. Il sortit, certain que le véritable sens de ses mots lui échappait encore.

     « Il est de plus en plus faible, avoua à demi-mot le chef de guerre, une fois seul avec Black.
    - Je sais. »
    Un simple murmure. Il n'arrivait pas à se faire à l'idée que Sean allait partir. Au fond, il aurait aimé cela, simplement : qu'il parte, ailleurs, loin, qu'il ne sache pas où ... Mais vivant.
    Sa tête cogna contre le mur avec un « BOM » qui fit tourner Tom.
    « J'suis fatigué ... »


    C'était un euphémisme. Il était épuisé. Lassé de toute cette douleur. Et l'autre truc violet disparu n'aidait pas à calmer son inquiétude.
    « T'aurais pas vu Mynocia ? Elle est introuvable depuis ce matin ... »
    Son ami se tourna vers lui, étonné.
    « Tu ne sais pas quel jour nous sommes ?
    Froncement de sourcils. Qu'est-ce que c'était encore que cette question piège ?
    - Le 6 mars ?
    - C'est son anniversaire. »

    L'anniversaire de Mynocia ?
    « Bein c'est chouette, s'enthousiasma-t-il, voyant enfin un peu de couleurs dans ce monde grisatre. Pourquoi elle se cache dans ce cas ?


    Une fois de plus, la logique mynocienne lui échappait totalement. 
    - Justement pour que personne ne lui souhaite. C'est ... Une date à oublier. »
    Black sentit son cœur se serrer. Encore et toujours de la douleur. Il n'en pouvait plus.
    «  Tu me diras rien je suppose.
    - Effectivement. »
    Au moins, il en avait la certitude à présent. Tom savait.
    Il ferma les yeux, se laissant tomber contre l'épaule de son ami, vidant son esprit, s'échappant un instant de ce monde trop dur.
     

     

    Chapitre 24

     

                                                                                    Quelques jours plus tard.
     
     
     « J'peux savoir ce que tu fous, encore ?
    - J'organise ! »


    Mynocia haussa le second sourcil qui rejoignit le premier, haut sur son front, en voyant Black trimbaler à travers les couloirs du château une sacrée pile de coussins, les jetant sur le lit où un monticule d'oreillers déjà impressionnant peuplait les draps.


    Il se jeta sur le matelas où elle s'était elle aussi installée, rebondissant sur les ressorts, la faisant décoller. Il s'enfonça dans les draps, soupirant de bonheur.


    « Myn', tu veux bien me passer mon livre ?
    Elle dévisagea un instant le bouquin en question, sagement posé deux mètres plus loin sur la table.
    - Bouge ton popotin Blacky.
    - S'il te plaît !
    - Bouge, feignasse.
    - Steuplaaaaaaaaît !
    - Bouge, j'te dis !
    - Mynociaaaaaaaaaaa ...
    - Oh, la ferme ! »


    Loin de se laisser faire, il continua ses appels lents et répétés. Elle posa son propre livre et se tourna vers lui, bien décidée à le faire taire. D'une main, elle empoigna un des multiples coussins qui traînait sur le lit, de l'autre un de ses poignets ... Et joignit les deux, l'assommant d'un coup de monticule de plumes.
     « Grrrrppffff ! Protesta-t-il en battant des bras, incapable de respirer sous l'oreiller qu'elle maintenait contre son visage. Enfin, quand il arrêta de hurler, elle retira le coussin et il inspira de l'air à grandes bouffées.
    Elle planta ses yeux dans les siens, le regard indéfinissable.


    « C'est bon, t'as fini ? »
    Alors, réagissant à une soudaine impulsion, Black se redressa sous les coudes et l'embrassa.
    Étonnée, un peu surprise par son geste, elle le laissa faire, répondant au baiser, les faisant basculer sur le côté. Les mains de Black se frayèrent un chemin dans ses cheveux et elle saisit sa nuque pour approfondir l'échange. Il s'entendit avec honte gémir sous ses lèvres. Bon sang, que c'était bon ... Si doux, si chaud, caressant son âme, l'effleurant, la ...


    « Myn ! Black ! Venez vite, c'est Sean, il ... »
    Tom, qui était entré dans les appartements des liés sans frapper, laissa sa voix mourir au fond de sa gorge. Il n'y pouvait rien, mais la vision de Black et Mynocia partageant un long baiser lui avait déchiré le cœur.
    À son entrée fracassante, tous deux s'étaient séparés et Black, rougissant, lui demanda ce qui lui avait valu un tel cri du cœur, avec un sourire qu'il ne parvint pas à lui rendre. Quelque chose d'affreux parcourait ses veines, prenant en otage tout son corps. Il saisit la force d'articuler, la voix rauque et tentant vainement de ralentir la progression de cette déchirure au creux de lui-même.


    « Sean. C'est la fin, et il veut que tu sois là. »
    Et sur ce, incapable d'en supporter plus, il tourna les talons et détala, disparaissant dans les couloirs.
    « Black, va à l'hôpital, je vais le voir. »
    Il y avait dans la voix de Mynocia quelque chose de douloureusement lourd, et Black obéit, lui confiant Tom.
    Il hésita très longuement avant de rentrer dans la chambre d'hôpital. Il sentait que lorsqu'il ressortirait de cette pièce, Sean ne serait plus de ce monde.


    Soufflant pour se donner le courage d'affronter la vérité, il poussa la porte et entra.
    Les Reflets de Lune étaient là, réunis autour du grand lit, et Jhi-laim, dans un coin, le visage fermé et les traits durs, lui adressa un signe de tête quand leurs regards se croisèrent.
    Black s'approcha doucement des draps, à pas feutrés, comme s'il craignait de briser le peu de vie qui maintenait son ami parmi eux.


    Pâle. Il était si pâle, blanc comme un linge, si frêle dans ses draps si clairs, respirant par bouffées difficiles.


    « Hey, mec.
    - Hey. »


    À son grand étonnement, sa voix n'avait pas tremblé. Pourtant, au fond de lui, son cœur avait manqué un battement.
    Il saisit sa main. Froide. Serrée dans la sienne, brûlante. Les râles difficiles de sa respiration résonnaient en seul bruit dans la petite pièce.
    «  Merci Sean. Merci pour tout. »


    Un arc-en-ciel naquit dans les yeux émeraudes. Un sourire perça les lèvres bleuies, et sembla rejoindre l'océan de couleurs dans ses yeux. Le temps autour d'eux s'arrêta.
    Alors, l'arc-en-ciel s'éleva. Se déplia dans les airs, dansant, tournoyant. Prenant la forme de lettres, les liant pour former un mot, un aveu, un indice, à l'instant où les lèvres de Sean ne trouvaient plus la force d'articuler.


    « Ennemi » Flotta dans les airs un instant, brillant, illuminant d'une lueur orangée la pièce grisâtre.
    S'évanouissant enfin.
    Quand Black se détourna du mirage, son ami avait fermé les yeux. Les couleurs de la vie avaient quitté son âme.
    Une dernière fois, il murmura, le poing serré contre sa main sans vie.

     
     
     

    « Je te vengerai. »
     
     
     
     
     

    Chapitre 24

    FIN DU CHAPITRE 24

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :