• Chapitre 31

    Chapitre 31

     

    CHAPITRE 31

    Sacrifice

     

    Chapitre 31
    Sacrifice


    Résumé du chapitre précédent : Black a finalement succombé à la douleur et est tombé dans les filets de Wïane. Désespéré, envahi par la haine et la rancœur, il localise le QG avec l'aide d'Ellyre et fonce tête baissée dans le repaire des élémentaires avec comme seul but de débarrasser la Terre de la Primaire. Pendant ce temps, Mynocia et Tom se retrouvent, partagent les souvenirs d'un passé commun. Du côté de l'Empire Elfe, les peurs de Mihaje qui a passé secrètement un accord avec l'Insaisissable, se sont réalisées : durant l'enterrement de Yael, la Reine s'est effondrée de fatigue, emportée par sa maladie.
    Combustor, aidé de son fidèle valet, se prépare lui aussi à l'attaque. Il compte profiter de l'agitation provoquée par Black pour neutraliser Wïane et aider Ashes. Cependant, le jeune homme débarque bien plus vite qu'il ne l'avait prédit et le souverain est obligé de laisser Ashes livrée à elle-même...

     

    Chapitre 31

     

    De la vie. Partout derrière les arbres, grouillant, s'affolant sous le clair de lune. Black stoppa sa course infernale, à bout de souffle, se camouflant dans un buisson, les branches éraflant ses genoux. Enfin.
    Il sentit son cœur gagner quelques battements alors qu'un soupir de soulagement passait ses lèvres. Il avait bien cru ne jamais trouver le quartier général de l'armée de feu tant celui-ci était bien caché. Face à lui, le château sombre grouillait de gardes et de patrouilles et il ne pouvait décemment pas s'approcher à découvert. De là où il était, il distinguait trois groupes : deux gardes à la porte, deux sur le toit et deux de chaque côté. Il allait falloir ruser.
     
    Il soupira profondément, tentant de calmer les battements frénétiques de son cœur. Il ne gagnerait rien à paniquer.Il allait avoir besoin de sang-froid pour parvenir à pénétrer dans la forteresse. Il jeta un rapide coup d'œil à la boussole serrée dans son poing encore bandé. L'objet, combiné aux cartes de Tom, lui avait fait gagner une bonne heure de vol. S'empêchant intérieurement de se blâmer pour son geste, Black fourra l'objet dans sa poche. Il ne comptait de toute manière pas sortir vivant de ce repaire.

    Soudain, il y eut du mouvement face à lui. Il se redressa immédiatement, haïssant la tenue traditionnelle de deuil elfique qu'il n'avait pas pris le temps d'enlever et qui le laissait atrocement vulnérable et visible. La relève de la garde, réalisa-t-il lorsque les élémentaires se détachèrent un à un de leurs postes. Dans un grand grincement sinistre, l'énorme huis de fer s'ouvrit sur deux autres élémentaires, les happant de sa gigantesque bouche de métal, et Black sauta sur l'occasion. Aidé de l'air qu'il n'avait jamais aussi bien maîtrisé, il se projeta dans la gueule du monstre de fer au moment exact où les deux nouveaux gardes se tournaient vers l'extérieur, laissant les deux autres s'enfoncer plus profondément dans les abîmes du château.

    Les battants de fer se refermèrent sur la voix des deux élémentaires restés dehors.
    « Bon sang mais il y a des courants d'air dans ce château !
    — Je te laisse aller dire ça au Maître, c'est toi qui vas finir en courant d'air ! »

    Il était entré. Accroché comme une huître à son rocher au dos de la porte, Black se laissa glisser le long de celle-ci et se retrouva seul dans le hall plongé dans les ténèbres. A présent, il devait trouver Wïane.
    Le justicier s'engouffra dans un couloir, tout sens aux aguets, une main serrée sur la garde de son épée, prêt à dégainer à tout instant. Il se sentit ombre parmi les ombres, et la pensée le fit frissonner.
     
    « Eh, toi, arrête-toi ! »
    Il sursauta. L'élémentaire était derrière lui, deux mètres environ au son de sa voix, et d'après le cliquetis de ses pas, lourdement armé.
    « Montre-toi ! »
    Il avançait. Plus que quelques pas et il pourrait voir son visage. Black retint son souffle. Encore trois pas et il serait à portée d'épée. Deux ... Un ...
     
    Le justicier se retourna brusquement et enfonça sa lame jusqu'à la garde dans le cou de l'élémentaire. Son visage se figea dans une expression muette d'horreur et il s'écroula sur le sol, inerte.
    Black retint son souffle. Autour de lui, la lumière surgit, inondant la salle dans laquelle il avait atterri, révélant des dizaines de visages surpris. Oh-oh.
    Ça, il ne l'avait pas prévu.

     

    Chapitre 31

    AMBIANCE

    Chapitre 31

    Les élémentaires se ruèrent d'un même mouvement sur lui et Black dégaina son second sabre, prêt à tout pour atteindre Wïane.
    Les corps tombèrent, ses épées s'enfonçaient inlassablement dans les cœurs, les poitrines, déchirant la peau, les vêtements, les âmes souillées des guerriers. Il eut vaguement conscience d'être trempé de sang des pieds à la tête. Chaque meurtre, chaque souffle de vie qui disparaissait sous ses doigts semblaient rassasier sa soif inextinguible de vengeance.
    Pourtant, malgré la haine qui pulsait fort contre son cœur, il se retrouva vite en position de faiblesse. Des renforts arrivaient de tous les côtés, et il se retrouva piégé.
    Black serra les dents. Hors de question de se laisser avoir par des sous-fifres.

    Il s'immobilisa, baissant armes et menton. Les soldats de feu formèrent un cercle autour de lui, prêts à l'abattre au moindre mouvement.
    Soudain, l'air se mit à valser sous leurs pieds et une immense tornade remplaça la silhouette du justicier, projetant tous les élémentaires contre les murs. Au-dessus du cyclone, juste au-dessous du plafond, Black lança une boule d'énergie au cœur même du typhon. La lueur disparut, dégringolant dans l'immense tube d'air, puis toucha le sol. Aussitôt, un grondement semblant venu des entrailles de la Terre s'éleva et une gigantesque explosion suivit, pulvérisant le moindre recoin du grand salon, ne laissant derrière elle pas même une cendre.

    Black, déjà loin dans le couloir, ne se retourna pas.

    Il ignora le sifflement de ses oreilles ravagées par l'explosion et continua son chemin, plus déterminé que jamais. Au détour d'un couloir, un élémentaire surgit, en armure, prêt au combat. Black lui trancha la tête avant qu'il n'ait eut le temps de dire « ouf » et reprit sa route. Sans s'arrêter, sans se retourner. Il n'y avait derrière ses yeux plus que l'image de Wïane. Son corps bientôt inerte, en sang, sur les dalles.
    Un autre élémentaire. Il l'embrocha.
    Oui, il arracherait sa peau rouge de ses muscles, refuserait de la laisser mourir, tuant enfin ce rire de dément qui l'avait habité toutes les nuits.
    Inconsciemment, ses pas accélérèrent et il se mit à courir, incapable de raisonner et de s'arrêter. Il allait devoir faire vite.
    Pendant les cinq prochaines minutes, il pourrait encore bénéficier de l'effet de surprise et du chaos provoqué par l'explosion. Au-delà, les élémentaires commenceraient à s'organiser et il lui serait alors bien plus difficile d'accomplir sa mission.
    Et il était tout simplement hors de question que Wïane ne l'accompagne pas dans sa chute.

    Ce château était immense. Bien trop grand pour qu'il ait le temps de trouver Wïane en trois minutes. Black défonça une énième porte, se retrouvant face à une autre chambre vide. Soudain, une alarme déchira le silence et résonna dans tout le Q.G.
    Black jura dans sa barbe, accélérant encore sa course. Il allait devoir faire encore plus vite. Il reprit sa cavale, défonçant inlassablement toutes les portes qu'il croisait, laissant l'air précipiter ses pas.
    Soudain, une élémentaire apparut face à lui, dans une armure dorée chatoyante, sans aucune arme à la main. Il s'arrêta précipitamment, faisant face à l'étrange femme qui ne semblait pas vouloir engager le combat. Bien, dans ce cas-là, ils allaient discuter.
    « Où est Wïane ? Scanda-t-il, la menaçant de son épée. »
    Elle ne broncha pas, fixant son regard d'or sur lui.
    « Réponds ! Ordonna durement le justicier en projetant sur elle une vague d'air mêlée à une boule d'énergie. »
    En un grand mouvement de bras, l'élémentaire dévia son attaque, ses yeux dorés miroitant doucement alors que Black reculait d'un pas sous le choc. Un mage. Et suffisamment puissant pour contrer sa propre magie.

    Cependant, à l'instant où il sortit ses sabres, résolu à tuer le mage au corps à corps, deux autres élémentaires en armure et aux yeux dorés apparurent.
    Le justicier s'immobilisa. Un mage, il pouvait gérer, mais certainement pas trois.

     

    Chapitre 31


    Il prit la fuite, courant à en perdre haleine, terrifié par les foulées des élémentaires le talonnant. Son cœur tambourinait dans sa poitrine et il réalisa que les trois mages ne cherchaient pas à l'attraper mais à l'épuiser. Il courait directement dans un piège et il ne pouvait rien y faire.
    Durant de longues minutes, la chasse se poursuivit. Il allait se faire capturer, d'un instant à l'autre. Les élémentaires connaissaient le château dans ses moindres recoins et pas lui.
    Évidemment, il se retrouva face à un cul-de-sac. Il s'immobilisa, à bout de souffle, se retournant précipitamment pour faire face à ses trois adversaires. Il était coincé entre trois murs et une barrière d'élémentaires. Super.
    « Eh bien, tu nous auras fait courir, mon lapin ! »
    Black tentait vainement de reprendre son souffle, bêtement conscient qu'il devait avoir à cet instant le même air terrifié qu'une proie traquée.

    Il avait lâché un sabre dans sa course. Black tenta de faire état des armes toujours sur lui. Il lui restait une dague, un sabre, et le petit couteau que Mynocia le forçait à porter à sa cheville. Tant pis, il allait devoir tenter le tout pour le tout. Il sortit lentement son sabre de son fourreau, créant des éclats de rire chez les trois mages.
    « Tu crois vraiment que tu peux nous piquer avec ton aiguille, petit lapin ? »
    Les deux autres éclatèrent de rire à nouveau.
    La guerrière la plus à droite leva la main, murmura des mots qu'il n'attrapa pas, et soudain son sabre se mit à chauffer si fort qu'il tourna à l'orangé. Il fut contraint de le lâcher pour conserver ses doigts. Lorsqu'il leva les yeux, son épée avait atterri directement dans la main de l'élémentaire.
    « Tu vas voir ce que ça signifie de s'en prendre à l'Armée de Feu ! »
    L'instant d'après, il se roulait en boule sur le sol, hurlant de douleur. 
    Sa magie. Sa magie se retournait contre lui et le consumait de l'intérieur.

    Lorsqu'il rouvrit les yeux, des larmes de douleur roulant toujours sur ses joues, l'une des guerrières s'était agenouillée près de lui, une de ses mains caressant son bras.
    « Tu as la peau toute douce mon lapin, je suis jalouse ! Je me ferais bien un petit blouson aussi doux que toi, t'en penses quoi ? »
    Dans un geste désespéré, sa tête tournant encore, Black tenta d'utiliser l'air pour la repousser mais elle balaya son attaque d'un geste de la main. Son sort l'avait affaibli et son élément ne lui répondait plus fidèlement.
    Le justicier se débattit comme un beau diable lorsqu'elle saisit son bras gauche, caressant d'un doigt la peau de l'intérieur, partant du creux de son coude en serpentant jusqu'à son poignet.

    « Qu'est-ce que t'en dis ? Pas mal non ? »
    Sur ce, elle balança sa main au-dessus de lui et posa ses doigts sur la peau tendre de son coude. Lorsqu'elle les souleva, sa peau suivit et Black hurla, tentant de se dégager de la prise infernale de l'élémentaire. Il regarda sa peau quitter son bras pour s'enrouler autour des doigts de la femme comme on enroule un fil autour d'une bobine. La douleur était insoutenable et il manqua de s'évanouir plusieurs fois. Au loin, il entendait leurs rires alors que sa peau quittait lentement son avant-bras.
    Un animal écorché vif. Voilà ce qu'il était.
    Soudain, le monde cessa de tourner et il s'aperçut qu'elle avait lâché son bras. Il se redressa doucement, la vue brouillée par les larmes, retenant un haut-le-cœur en dévisageant son bras sanguinolent, sa chair mise à nu.

    Face à lui, l'élémentaire tendit le morceau de peau entre ses doigts, l'air profondément déçu.
    « Oh non ça ne va pas du tout ! C'est bien trop rugueux pour moi mon lapin ... Tu ne me sers plus à rien ! »
    Black recula contre le mur, serrant contre lui ce qu'il lui restait de bras gauche, incapable de protester. Dans les mains jointes de l'élémentaire grandissait une énorme boule de feu. A ses côtés, les deux autres souriaient, admirant le spectacle d'un air détaché.
    Un instant, Black pensa à Yael, à Mynocia, à Tom. A tous ceux qu'il avait tenté de protéger dans cette dernière mission suicide.
    Mais encore une fois, inlassablement semblait-il, il échouait lamentablement.
    Il ferma les yeux, refusant de faire face à la mort qu'il avait pourtant mille fois méritée.
    Dans un grand bruit, la boule de feu partit comme une fusée et il serra l'étoile contre son cœur si fort qu'elle traversa de nouveau sa chair.

    Soudainement, il sentit une terrible puissance face à lui, qui sembla lui comprimer le cœur et faire pulser son sang fort dans ses veines.
    Etait-il mort ? Déjà ? Sans aucune douleur supplémentaire ?
    L'instant s'épaissit et il rouvrit les yeux.

    Il n'était pas mort. Face à lui, les trois mages avaient disparu, remplacés par de la fumée et une silhouette noire dressée entre lui et la mort.  Du feu crépitait doucement au creux de ses mains et Black sentit son cœur chuter au creux de sa poitrine. Génial, un autre élémentaire. Ils se battaient à présent pour avoir sa peau ?
    La silhouette, celle d'un homme semblait-il, se retourna lentement vers lui et Black se terra un peu plus contre le mur. Le visage de l'homme était masqué sous de lourds foulards noirs et sa puissance écrasante semblait occuper toute la pièce. Cela n'annonçait rien de bon.

    « Bonsoir, Black. Ravi de pouvoir enfin te rencontrer ... En personne. »
    Il y avait un sourire dans la voix grave, un ton joueur, confiant.
    « Qu-qui êtes-vous ? demanda le justicier, incapable de saisir pourquoi cet élémentaire-là semblait enclin à un brin de causette avant de le tuer. 
    — Je m'appelle Kulilaahn, répondit celui-ci en tendant une main au justicier. »
    Le nom sembla résonner en Black. Il l'avait déjà entendu, il le savait, mais où ?
    Il dévisagea la main gantée de cuir sans comprendre.
    « Mais la plupart des gens ne me connaissent pas ce nom, reprit l'homme. Leurs peuples m'ont légué le même nom que mon grand-père. On m'appelle Combustor. »

    Alors qu'il allait saisir la main tendue, Black se ravisa brusquement. Combustor ? Le Combustor ? L'élémentaire le plus puissant du monde, le chef sanguinaire de l'Armée de Feu ?
    Bon, cela lui assurerait une mort certaine, au moins ...
    « Je ne suis pas là pour te tuer, Black. »
    Il ne voyait pas ses yeux sous le foulard, mais en devinait aisément le regard amusé. Black se trouva incapable de répondre et laissa l'homme le remettre debout. Cette présence écrasante, c'était Combustor ?
    « Ton heure n'est pas encore venue. Pas cette nuit, et pas de ma main. Suis-moi. »
    Sur ce, il disparut comme une ombre à l'angle du couloir. Hésitant, Black le rejoignit en quelques pas, titubant sous la douleur de son bras.

    Combustor le tira dans une toute petite pièce ressemblant fortement à une réserve et lui fit signe de l'attendre à l'entrée alors qu'il parcourait les étagères des yeux. Black dévisagea l'homme. Légèrement plus grand que lui, le visage habilement dissimulé sous ses foulards, le chef de l'Armée de Feu possédait un corps finement musclé serré sous une tenue de cuir noir lui permettant de se muer parmi les ombres avec une aisance fascinante.
    Enfin, il sembla dénicher l'objet de sa quête et saisit une petite fiole verdâtre, revenant vers lui.
    « Tu vas avoir besoin de ton bras. Je vais cautériser ta plaie pour stopper le saignement, d'accord ? »
    Black ne répondit pas, troublé par sa proximité avec le souverain. Il était comme hypnotisé par ce qui se dégageait de cet homme. Il le laissa attraper son bras, exposant sa chair nue aux yeux du Roi.
    « Serre les dents, ça va faire mal. »
    Black eut à peine le temps de formuler un « qu- ? » que les flammes jaillissaient de la paume de Combustor pour venir lécher son bras meurtri.

    Il hurla de nouveau, cherchant à se soustraire à ces flammes dévorant sa chair. Lorsque Kulilaahn relâcha son bras, celui-ci ne saignait plus mais la douleur remontait à présent jusque dans son épaule. Perdu dans les dernières ondes de souffrance infernale, il ne vit pas le souverain dévisser le bouchon de la fiole et en déverser le contenu sur sa blessure. Il poussa un petit cri, s'attendant à une douleur encore plus grande, mais rien ne vint. A la place, le liquide verdâtre se répandit sur sa blessure, étouffant la douleur, enveloppant son bras comme une seconde peau.
    « Qu'est-ce que c'est ? Demanda Black en réalisant qu'il pouvait de nouveau bouger ses doigts sans aucun mal. 
    — Provisoire, fut la seule réponse de Combustor. »
    Black releva les yeux, abasourdi, et croisa le regard du souverain pour la première fois. Il resta statufié. Kulilaahn lui sourit, de ce même sourire joueur et amusé, et disparut dans un grand nuage de fumée. Black fut incapable de chasser le nom que son cœur avait hurlé.


    « Familier. »

    Il fut tiré de sa torpeur par une immense explosion qui fit trembler tout le château. Cette mission était une erreur, réalisa-t-il. Il devait fuir tant qu'il le pouvait encore. Jetant un dernier regard à son bras qui ne lui faisait plus mal du tout, le justicier détala sans demander son reste. A l'angle d'un énième couloir, il percuta violemment un élémentaire, les laissant tous deux sonnés sur le sol.
    « BLACK ! »
    Il rouvrit les yeux. C'était Mihaje qu'il venait de percuter, pas un élémentaire !
    L'elfe siffla entre ses dents et quelques secondes plus tard, Ream, Nelween et une dizaine d'autres elfes apparurent. Que faisaient-ils là ? Étaient-ils venus se battre, eux aussi ?
    « Récupérez Mynocia, Tom, Nawi et Huliem, que l'on puisse partir d'ici, et en vitesse ! Ordonna Mihaje, ouvrant le chemin vers la sortie. »
    Black sentit un poids tomber dans sa poitrine. Ils étaient tous venus pour lui ? Pour l'empêcher de se tuer dans une dernière bataille contre Wïane ?
    Le soulagement qui avait déferlé en trombe dans ses muscles lorsqu'il avait reconnu l'elfe disparut. Et si tous ses amis venus pour lui laissaient la vie dans cette bataille ? Comment pourrait-il encore vivre avec lui-même sachant qu'il serait responsable de leur mort ?

    « BLACK ! BLACK bon sang tu es vivant ! »
    La voix de Tom le sortit de ses pensées et il dévora son ami des yeux. Couvert de sang, ses sabres serrés dans ses poings, Tom avait le souffle court mais le regard rassuré. Il n'avait pas réalisé, dans sa haine et sa colère, que mourir signifiait également être séparé de Mynocia et Tom.  Alors qu'il allait s'approcher de son ami pour le prendre dans ses bras, Mynocia surgit devant lui et lui saisit le col, son visage à quelques centimètres du sien, une fureur sans nom peinte sur ses traits. Elle sentait le sang, et son visage était marqué d'une grande entaille partant de son oreille droite et plongeant dans son cou.
    « Si on sort de là vivants, je t'assure que celle-là tu vas t'en souvenir, siffla-t-elle avant de le relâcher brusquement. »
    Il la regarda sans mot dire, incapable de simplement lui répondre.
    « Allez on dégage de là, et restez groupés ! Fit le chef de guerre, coupant net Mynocia avant qu'elle ne frappe Black en plein visage. »

     

    Chapitre 31

    Ashes se laissa tomber sur son lit, incapable d'empêcher un sourire de fleurir sur ses lèvres. Elle était rentrée au Q.G. la veille, escortée par Siànan, et sans que personne ne soit au courant de son retour.
    Dès l'instant où elle avait mis un pied dans ses appartements, elle s'était attendu à ce que Siànan disparaisse retrouver son Maître, mais à sa grande surprise, l'élémentaire était resté à ses côtés tout l'après-midi, babillant, tournant dans tous les sens avec frénésie. En quelques heures, il lui avait semblé redécouvrir l'homme. Elle connaissait son professionnalisme, sa dévotion envers Combustor, son charisme et sa confiance en lui. Derrière tout cela, elle avait réalisé, un peu timidement, presque gênée, l'amour qui liait maître et valet, les doutes cachés du conseiller, son bon vivant et ses jeux de mots pas forcément du meilleur effet.
    Elle en avait plus appris sur lui en quelques heures à l'écouter parler qu'en dix ans sous ses ordres. Lorsque l'homme avait commencé à se confier à elle, leur lien passé avait volé en éclats. Elle avait réalisé qu'elle ne serait plus jamais une générale pour lui. Il n'était plus son supérieur hiérarchique, plus Siànan Mustengen, le Prince déchu. Il n'était plus que Siànan.
    Juste Siànan.
    Son ami.

    Elle baissa les yeux sur le phénix de métal posé au creux de ses mains. Jamais personne ne lui avait offert de cadeau. Ses parents, du temps de leur vivant, passaient plus de temps à s'assurer de ses compétences à l'épée qu'à se soucier de son bien-être. A son adolescence, sous les ordres de l'Ombre, elle comptait les cadavres qu'elle semait dans son sillage. Son premier cadeau avait été sa liberté, rendue par Kulilaahn lorsque celui-ci avait succédé à Fuxan sur le trône de l'Armée de Feu.  Puis, le tout jeune souverain lui avait offert un nom. Une renaissance, une nouvelle chance, une occasion de vivre.
    Cela avait été son premier cadeau. A présent, Siànan lui offrait la protection et l'amitié.
    Son cœur, pour la première fois de son existence, semblait avoir trouvé un foyer. Une famille.
    Cette simple pensée noua son cœur de bonheur. Oui, c'était exactement cela. Siànan et Kulilaahn venaient de lui faire le plus beau présent au monde. Ils avaient fait d'elle, une orpheline, muette et meurtrière, leur famille.

    Ashes rangea soigneusement le petit phénix contre son cœur, le recouvrant de ses robes. Pour la première fois, elle voyait dans son futur un rayon de lumière.
    Soudain, des coups résonnèrent à sa porte et elle sursauta. Onze heures moins le quart. Siànan lui avait dit que le maître passerait sûrement la voir, mais elle ne s'attendait pas à une visite aussi rapide. 
    Elle se releva et alla ouvrir la porte, s'inclinant respectueusement pour le laisser entrer.
    Ce fut cependant une tornade rouge bien trop familière qui lui passa sous les yeux. Ce n'était pas Combustor qui venait de faire irruption dans ses appartements, mais Wïane.
    En un instant, Ashes était face à elle, une épée à la main.
    «Voyons Ashes, je suis venue en amie ! » 

    La jeune femme ne broncha pas, ses doigts serrés sur la garde de son épée. Si elle décidait de tenter quoi que ce soit contre elle, elle n'aurait pas la force suffisante pour lui tenir tête et la simple pensée la terrifiait.
    « Fuxan a des plans pour toi, il pourra t'offrir tout ce dont tu as toujours rêvé ! Tout ce qu'il te suffit de faire, Vanora, c'est de me suivre ! De venir avec moi ce soir, de lui ramener Mynocia et le cadavre de son ami, et nous serons couvertes d'or et de gloire ! Imagine, reprit-elle, toi et moi, ensemble, unies contre ce menteur de Kulilaahn ! Tu es une Erden, Vanora ! Tes parents seront fiers de toi et tu pourras les venger ! Ce jeune homme avec Mynocia, c'est le fils de l'élémentaire qui a tué tes parents et t'a rendue muette pour toujours ! Viens avec moi Vanora. Tout ira bien, je te le promets. »

    Wïane sembla satisfaite de sa tirade et tendit ses mains vers Ashes, l'invitant à la rejoindre. Pour toute réponse, l'élémentaire leva le bras, sentant les flammes pulser contre ses doigts. Elle avait appris à ne pas parler et ses échanges écrits se faisaient rares, notamment car Combustor avait développé avec elle un système qui lui convenait parfaitement. Il lui parlait par questions fermées, attendait toujours son hochement de tête et lui demandait de lever la main si elle avait une objection. Devant elle, Wïane aurait pu comprendre un hochement négatif. Mais pour la première fois de sa vie, Ashes eut envie d'utiliser des mots.
    Le feu jaillit entre les deux femmes, formant en lettres incandescentes les mots :
    « Va-t'en »
    C'étaient les premiers et derniers mots qu'elle adressait à Wïane, et ceux-ci la plongèrent dans une fureur sans nom. L'élémentaire avait tout misé sur la soumission d'Ashes, et son aide dans la capture de Black et Mynocia ! Si elle refusait de l'aider, c'était sa tête qui serait mise à prix !

    « Espèce de sale petite égoïste prétentieuse ! Tu crois pouvoir me tenir tête ?! »
    Ashes sourit. Oh que non, elle ne pourrait pas lui tenir tête, mais elle comptait bien être loyale jusqu'à son dernier souffle. Wïane n'avait plus de levier sur elle. Ses deux seuls amis étaient intouchables et elle ne tenait pas sa vie en très haute estime. Wïane n'avait rien. Pas de moyen de pression, et certainement pas d'ordre à lui donner. 
    La fureur prit le pas dans les yeux de Wïane et Ashes comprit qu'elle allait mourir ce soir-là, tuée de la main de celle qu'elle considérait auparavant comme une amie.
    Elle inspira profondément, resserrant sa prise sur son épée. Si elle devait mourir cette nuit, elle ne partirait pas sans combattre.

    Chapitre 31

    « L'AILE GAUCHE, PASSEZ PAR L'AILE GAUCHE ! hurla Tom en poussant ses guerriers à l'intérieur d'un couloir. »
    Black suivit précipitamment, regardant leur chef de guerre tenter de trouver une sortie à ces dédales infernaux. Cela faisait de trop longues minutes qu'ils couraient en tous sens, piégés comme des rats dans l'immense château. Ce n'était plus qu'une question de temps avant que les élémentaires ne les prennent en embuscade. Black frissonna. Il donnerait tout pour ne pas avoir à recroiser la route des trois mages.
    Soudainement, une explosion balaya le couloir, déchirant le groupe en deux, le projetant à terre.
    « SUR VOS GARDES, ILS ARRIVENT ! »
    Tom avait disparu derrière la fumée. Black serra convulsivement la dague qui lui restait. Il allait devoir voler une épée, et vite, s'il voulait pouvoir combattre sérieusement.
    En un instant, les élémentaires surgirent et le combat s'ouvrit.
    Il chercha Mynocia du regard, fouillant le champ de bataille des yeux. Ils avaient besoin du lien, de leur force. Il manqua de se faire décapiter par un élémentaire apparu derrière la fumée et se concentra sur le combat. Ils allaient tous mourir dans cet affreux labyrinthe à cette allure !

    « FACE CONTRE TERRE, TOUS, MAINTENANT ! »
    Black eut à peine le temps de se jeter au sol qu'un tremblement déchira la fumée, suivi de cris aigus et de bruits de corps s'effondrant sur les dalles. Black releva la tête, dévisageant Tom, à bout de souffle, les bras en croix, fixant les énormes lances de pierres enfoncées dans les cœurs des guerriers.
    « Est-ce que tout le monde va bien ? S'enquit Mihaje, jetant un œil rapide à l'équipe qui se remit en marche »
    Mynocia saisit Black par l'épaule et l'aida brusquement à se relever, le faisant tituber. Le justicier sentit son sang se glacer. Si par un quelconque miracle ils sortaient de là vivants, il fuirait la guerrière pendant au moins une bonne semaine.

    Le groupe reprit sa marche, tentant à tout prix d'éviter de croiser le chemin d'autres élémentaires. Durant de longues minutes, ils déambulèrent dans les couloirs, cherchant en désespoir de cause des escaliers ou une fenêtre. Sans succès.
    Black, à bout de souffle, peinait à suivre les foulées rapides du reste du groupe. La blessure sur son bras recommençait à le lancer sérieusement alors que les effets de l'onguent de Combustor disparaissaient graduellement.
    Pourquoi l'homme l'avait-il aidé, et soigné ? C'était à ne plus rien comprendre. N'étaient-ils pas supposés être ennemis, vouloir chacun la chute de l'autre ? Ou bien Combustor avait-il besoin de lui vivant pour mieux le torturer ?
    « Black, accélère ! S'énerva Mynocia en le voyant traîner de la patte à la fin du groupe. »
    Il lui renvoya son regard glacé. Sa vue n'était plus tout à fait claire et il faisait de son mieux, bon sang !
    Mynocia lui attrapa le bras et le tira à sa suite. Immédiatement, Black retira son membre blessé de sa poigne, incapable de retenir une grimace de douleur. 
    « Qu'est-ce que tu as fait ? Murmura la guerrière à demi-mot en dévisageant son avant-bras meurtri »
    Sa question resta en suspens, et Black ne répondit pas.

    Au détour d'un couloir, Mynocia s'arrêta soudainement, immobilisant le groupe.
    « Ça suffit à présent. Sors de là, ordonna-t-elle, tournant sur elle-même, fixant les murs. »
    Aussitôt, un homme apparut, appuyé nonchalamment contre les tapisseries flamboyantes, l'air tout à fait détendu. Sa silhouette avait jailli de nulle part, réalisa Black alors que le groupe tout entier avait un mouvement de recul.
    « Qu'est-ce que tu veux, Siànan ? »
    Black fronça les sourcils. Non seulement elle le connaissait, mais en plus l'homme, la peau rouge et les cheveux longs cachant à moitié son signe de feu, ne portait aucune arme.
    Qu'est-ce que c'était que ce délire encore ?
    « Bien le bonsoir ! Fit joyeusement l'élémentaire, saluant d'une gracieuse courbette tout le petit groupe »
    En réponse, tous les elfes brandirent leurs épées.
    « Baissez vos armes, souffla Mynocia en s'avançant vers l'homme. S'il cherchait à nous tuer il aurait pu le faire durant les dix dernières minutes qu'il a passées à nous suivre. Alors dis-nous, Siànan, qu'est-ce que tu veux ? »

    L'élémentaire ne perdit pas son sourire et vint à sa rencontre, ses yeux fixés dans les siens. L'espace d'un instant, Black crut voir ses lèvres bouger, mais aucun son n'en sortit et il fut persuadé d'avoir rêvé.
    « Faites demi-tour, dit-il enfin. Au bout de ce couloir, tournez à droite et cherchez un tableau des Jours de Cendre. C'est un passage. Suivez-le, traversez les appartements et vous vous retrouverez dans le grand hall. »

    Tout au long de sa tirade, il s'était rapproché de Mynocia, envahissant son espace personnel. Sa main monta délicatement emprisonner une mèche de cheveux de ses doigts et cette fois-ci, elle le repoussa brusquement.
     
    Tout s'enchaîna en une fraction de seconde. Siànan saisit au vol le poing qu'elle avait lancé à la rencontre de son nez, tira sur son bras et la plaqua dos contre le mur.
    « Pas un geste ! Menaça-t-il lorsque le groupe se rua sur lui d'un même mouvement, Black en tête. »
    Une énorme boule de feu crépitait dans sa main et le groupe recula, impuissant.
    « Lâche-la ! S'écria Black, rongé entre la peur, l'effroi et la jalousie mordante de voir cet homme si près de Mynocia. »
    A sa grande surprise, ce fut la guerrière qui lui répondit.
    « T'inquiète pas Blacky, il ne me fera rien. Besoin de te prouver quelque chose à toi-même, Siànan ? »

     Elle jouait, réalisa Black en comprenant qu'il n'y avait aucune peur dans les yeux turquoise.
    « Peut-être bien, sourit l'élémentaire face à elle, se collant encore plus à la guerrière, retraçant de ses doigts la courbe de ses hanches. »
    Le souffle de Black se coupa. Elle se laissait faire ? Non mais c'était quoi ce délire ? C'était qui cet homme ? Un amant caché ? Un traître dans les rangs de l'Armée de Feu ? Il aurait voulu crier, foncer sur cet homme, l'arracher hors des bras de sa Mynocia, mais il se retrouva comme paralysé, statufié devant la scène.
    Lorsque Siànan se rapprocha encore plus d'elle, son cœur rata un battement. Leurs visages se touchaient presque. Doucement, Siànan ferma les yeux, glissa sa main contre ses hanches, inclina la tête et ... Disparut.
    Soudainement, en un instant, il n'était plus là. Mynocia expira lourdement, suivant des yeux une ligne invisible au bout du couloir. Elle se redressa et rebroussa chemin, passant devant le groupe qui la dévisageait l'air ahuri, fourrant ses mains dans ses poches.

    Black, qui avait retrouvé l'usage de ses jambes, courut à sa suite, attrapant son épaule.
    « Eh, Myn, tu m'expliques là ?! 
    — Oui Mynocia, explique-nous. »
    Il n'avait jamais entendu ce ton traînant chez Tom. Le chef de guerre avait le visage fermé, les traits gelés, et les bras croisés. Le justicier fronça les sourcils. Il avait loupé un deuxième truc dans l'affaire ?
    Mynocia soupira.
    « Tu connais Siànan. Ce n'est pas comme si... »
    Elle fut coupée par l'alarme élémentaire qui résonna de nouveau.
    « Il faut que l'on sorte de là ! Paniqua Mihaje en suivant des yeux une fissure galopant sur le plafond 
    — Suivez la route que Siànan nous a indiquée ! Fit Mynocia en voyant que Mihaje partait en sens inverse.
    — Ce n'est pas fini, Mynocia. A notre retour, je te préviens, on va discuter toi et moi, menaça Tom, un doigt pointé sur elle, avant d'entraîner sa troupe sur la route indiquée par l'élémentaire. »
    Mynocia eut la décence de ne rien répondre.

     
    Siànan avait raison. Derrière l'étrange tableau représentant une scène de massacre s'étendait un long couloir éclairé de torches, descendant abruptement dans les ténèbres. Le groupe s'y engouffra, courant de longues minutes sous l'éclat des flammes.
    Black réalisa qu'ils étaient dans le couloir reliant les appartements privés des généraux de l'Armée de Feu et étant donné que ceux-ci devaient être occupés à leur courir après dans le château, ils parcouraient des couloirs complètement déserts. Les portes étaient scellées mais aucun son ne s'en échappait. Il ne résonnait dans le couloir que l'écho de leurs pas.

    Quelques instants, Black s'autorisa à reprendre son souffle. Finalement, tout n'était peut-être pas perdu. Ils pourraient sortir de cet enfer, avec un peu de chance, Mynocia pourrait lui coller la raclée du siècle et tout pourrait redevenir comme avant.
    Black sursauta brusquement lorsque Tom devant lui s'arrêta net et il manqua de le percuter de plein fouet. Il suivit le regard du chef de guerre, cherchant la raison d'un tel arrêt.

     
    Une porte était ouverte, et cela signifiait très sûrement que le propriétaire de cette chambre n'était pas loin. Silencieusement, Tom leur fit signe d'attendre pendant qu'il avançait avec Mynocia. Black resserra sa prise sur son épée, sentant son cœur s'affoler de nouveau. Pitié, pas les trois mages.
    Le chef de guerre et la guerrière avancèrent prudemment jusqu'à la porte puis se ruèrent à l'intérieur. Le silence s'épaissit et Black courut les rejoindre, incapable de rester sur place.
    Il ne laisserait pas ses deux amis face à un général élémentaire.
    Alors qu'il allait à son tour pénétrer dans les appartements, Mynocia sortit, manquant de le percuter au passage.
    « Rien à craindre, juste un cadavre. Ils ont dû se taper dessus avant que Black se pointe et laisser le corps là, je vois que ça, fit-elle d'un ton détaché, incitant le groupe à reprendre son chemin. »
    Black risqua un regard à l'intérieur de la chambre.
    Une jeune femme, le visage en sang, était étendue au sol, ses jambes formant un angle étrange, ses cheveux bruns recouvrant ses yeux clos. Black s'immobilisa.
    C'était l'élémentaire qui avait attaqué le château et manqué de tuer la reine quelques jours après le Bal !

    Black s'approcha du corps inerte, s'agenouillant à ses côtés.
    « Blacky, qu'est-ce que tu fiches ? Pesta Mynocia, on n'a pas le temps d'enterrer tous les morts que l'on croise ! »
    Le dénommé retint son souffle. Un pouls battait sous ses doigts. Faible, mais présent. Il se souvenait des flashs provoqués par le pouvoir de Leïnae, du passé sombre qu'il avait entrevu dans la jeune femme.
    « Elle est vivante, s'écria le justicier en saisissant son poignet entre ses doigts, il faut la soigner ! »
    Tom rentra à son tour, dévisageant Mynocia qui se pinça l'arête du nez.
    « Nous n'avons pas le temps !
    — Mais il faut l'emmener ! Répliqua le jeune homme en soulevant le corps inerte dans ses bras.
    — Dis-moi Blacky-bear, quelle partie du mot « ennemi » ne comprends-tu pas ?! »
    Elle allait surenchérir lorsque Tom la coupa, dévisageant les traits fins abîmés par les coups.
    « Attends Myn ... Je ne suis pas fan de l'idée, mais nous sommes en guerre ... Les otages sont monnaie courante ... Et nous aurions besoin d'informations. »  
    Black sauta sur l'occasion et camoufla le visage de l'élémentaire dans ses bras. Un elfe apparut à ses côtés et se chargea du corps inconscient, masquant habilement sa présence par un sortilège. Black, surpris, le laissa faire.
     
    « Merci, murmura-t-il lorsque le corps de la jeune femme disparut à sa vue.
    — Je vous en prie, mon Roi. »
    Le groupe reprit sa marche, Mynocia soupira, et Black fut persuadé d'avoir mal entendu.

     
    Enfin, après ce qu'il sembla être des heures, le petit groupe fit face à une porte de métal. Un autre tableau coulissa, et la lumière jaunâtre leur parvint en même temps qu'un rayon de lune. Black soupira de soulagement. Siànan ne leur avait pas menti, ils se retrouvaient dans le grand hall. Leur seul problème était à présent une grande foule d'élémentaires armés jusqu'aux dents leur tournant le dos. Au moindre bruit, ils seraient démasqués.
    Black inspecta leur trajet des yeux : il leur suffisait, en théorie, de descendre les grandes marches rouges, de courir sur environ cent mètres et de pousser les portes pour être enfin dehors.
    Il croisa les regards de Tom et Mynocia : cette sortie-là serait le prix de leur victoire.
    Ils pouvaient le faire, il en était persuadé.

     

    Chapitre 31

    AMBIANCE

    Chapitre 31

    Mynocia porta le premier coup. Son épée s'enfonça jusqu'à la garde dans le dos d'un élémentaire qui bascula de la balustrade, achevant sa course sur les dalles gelées en contrebas.
    Sa chute sonna le début de la bataille.
    Black se projeta sur un second élémentaire, visant directement le cœur.
    En quelques secondes, ce fut le chaos. Les boules de feu jaillissaient de partout, le sang giclait, aveuglait les yeux pour quelques secondes, les corps tombaient comme des boulets de canon. Black perdit complètement la notion du temps. Il enchaînait meurtre sur meurtre, cadavre sur cadavre, surveillant du coin de l'œil l'avancée du groupe.

    La porte, il leur fallait atteindre la porte.
    Derrière lui, un elfe s'écroula. Son cœur tambourina contre sa poitrine. Il fouilla la pièce des yeux, cherchant Mynocia et Tom. Le soulagement l'envahit. Vivants.
    Un élémentaire surgit au-dessus de lui, manquant de peu de lui couper l'oreille. Il replongea dans le combat, se servant de l'air pour démultiplier la force de ses coups.

    L'air semblait voguer autour de lui, avec lui, accompagner chacun de ses gestes, le protéger lorsqu'il détournait le regard deux secondes de trop. Sa maîtrise de l'élément n'était pas puissante, bien loin du niveau de Tom ou de Mynocia qui envoyaient rafale sur rafale de pierres et d'eau, faisant valser des dizaines d'élémentaires, mais elle était devenue instinctive. Il n'avait plus besoin de réfléchir ou de se concentrer pour que l'air jaillisse, s'enroule autour de l'ennemi. La force vibrait en lui comme un second cœur.
    Son épée volée tomba au sol et il se rua pour la rattraper, exposant dangereusement son dos. Il se releva juste à temps pour voir Mynocia embrocher un élémentaire qui allait le piquer comme une saucisse.
    Il allait la remercier lorsque des applaudissements résonnèrent dans le grand hall. Les élémentaires cessèrent tout combat et le silence tomba. Black et Mynocia suivirent leurs regards.
    Sur le haut de la balustrade, entourée des trois mages, se tenait Wïane.
     

    « Bien, bien, la fête est finie à présent ! S'écria-t-elle, un sourire dément déchirant son visage. Attrapez Mynocia, ordonna-t-elle durement, tuez tous les autres et laissez-moi Black, j'en fais mon affaire. »
    Le dénommé sentit la colère exploser de nouveau dans sa poitrine. Wïane, Wïane, Wïane.
    Il allait la tuer, lui faire regretter tous ses meurtres, venger ses amis et toutes les vies ôtées par ses mains démoniaques.
    L'air fut sous ses pieds instantanément, le propulsant jusqu'à sa hauteur. Il se posa directement face à elle, et attaqua.
    Elle para le coup sans difficulté. Qu'importe, il était déjà dans son dos, prêt à frapper de nouveau. Les lames s'entrechoquèrent, et le feu jaillit, mordant ses doigts. Il ne broncha pas, envoyant une puissante rafale dans une de ses boules de feu, enflammant tous les combattants autour d'eux.
    Elle était d'une puissance redoutable, mais il avait sa haine, son besoin de vengeance. Cette fureur extrême qui décuplait sa force, déchaînait le vent et contrôlait le combat à sa place.
    Il ne pouvait pas perdre. Pour Yael, pour Sean, pour Lysia.

    Il parvenait à lui tenir tête, réalisa-t-il avec fierté. Il était plus rapide, bien plus rapide qu'elle, guidée par sa force brute ; gênée par ses flammes qui mettaient du temps à lui laisser le champ de vision dégagé et clair.
    Mais il était encore loin d'être à son niveau et au moindre faux pas, à la moindre erreur, ce jeu de l'humain titillant le titan finirait très mal pour lui.
    Et puis soudain, Mynocia fut derrière lui, sa main serrée dans la sienne.
    « C'est terminé, Wïane. »
    La voix pure de la guerrière résonna dans son oreille et il sourit, sentant la fusion d'âmes attiser sa haine et décupler ses forces. La seconde suivante, ils avaient disparu sous les yeux ébahis de la Primaire.
    « REVENEZ, LÂCHES ! Hurla-t-elle, tournant sur elle-même, fouillant du regard les combats aux alentours. »
    Une explosion jaillit à sa droite et les liés réapparurent. Elle esquiva leur attaque de justesse. Unis, leur puissance était écrasante.
    Mains liées, Black et Mynocia attaquèrent de nouveau et cette fois-ci, Wïane se retrouva incapable de contre-attaquer et elle recula, esquivant et parant tant bien que mal les puissantes attaques.

    Black se laissa entraîner par le lien, la force légendaire de leur connexion qu'il sentait pulser dans ses veines. C'était comme si Mynocia et lui n'étaient plus qu'un seul être, un seul corps, une seule force, un seul élément né de la fusion de leurs pouvoirs. Il était incapable de déterminer où ses membres s'arrêtaient et où ceux de Mynocia commençaient. Face à eux, Wïane battait en retraite, ils le sentaient. Plus que quelques instants et elle serait entièrement à leur merci et ils pourraient enfin avoir leur vengeance ... Soudain, un cri déchirant résonna dans le hall et ils reconnurent la voix empreinte de douleur de Mihaje.

    Leurs regards dévièrent, Mynocia rompit le lien et Black se retrouva en équilibre sur la palissade. Quelques mètres plus bas, Mihaje se recroquevilla au sol, face à l'une des trois mages.

    Alors que Wïane allait attaquer, profitant de la soudaine inattention des liés, un hurlement déchira le hall et glaça le sang de tous les combattants, elfes et élémentaires. Un loup noir venait d'apparaître au centre de la pièce, le museau tourné vers le ciel, hurlant à la mort.
    Les élémentaires de feu paniquèrent, les elfes se tendirent.
    « FUYEZ, C'EST L'INSAISISSABLE ! »
    L'effroi gagna les guerriers, créant le chaos total.

    « CA SUFFIT, S'égosilla Wïane sans lâcher les liés des yeux, RESTEZ OU VOUS ÊTES ET BATTEZ-VOUS ! LES FUYARDS AURONT AFFAIRE A MOI ! »
    Le loup noir cessa de hurler, dardant un regard curieux sur l'élémentaire s'époumonant quelques mètres plus haut. Les combats reprirent. Au sol, Mihaje se remit à crier. Le loup disparut un instant, puis réapparut devant l'elfe blanche, crocs sortis, entre Mihaje et le mage. Tous deux écarquillèrent les yeux.
    « Dégage, sale bête ! Siffla l'élémentaire en envoyant une boule de feu sur l'animal »
     
    Il y eut un cri, et l'élémentaire s'écroula au sol. Morte.
    Le loup s'approcha de Mihaje, reniflant sa blessure. En quelques secondes, la plupart des élémentaires étaient sur l'animal.
    « Lunen est un fallendi, très chers. Vos petits tours de passe-passe ne feront que l'énerver. »
    La salle entière s'immobilisa. L'Insaisissable se tenait au centre du combat.
     
    Des élémentaires s'enfuirent.
    Tous retinrent leur souffle.

    « Voyez-vous, reprit l'homme, j'aimerais bien que vous ne m'abîmiez pas trop cette elfe-là, elle a quelque chose à me donner et je ne pourrai pas l'obtenir si vous la tuez. »
    Black suivit l'étrange homme du regard. Mais qui était-il ? Qui était cet inconnu aux cheveux violets coupés courts, à l'égo démesuré et aux traits si semblables à ceux de Mynocia ?
    Qu'est-ce que c'était encore que ce délire ?!

     

    Chapitre 31

    AMBIANCE

    Chapitre 31

     

     
    « SORTEZ D'ICI, SALE VIOLEUR ! Hurla Wïane, les traits déformés par la colère et la peur. »
    Black risqua un regard vers Mynocia, qui lui attrapa le bras.
    « On file, souffla-t-elle en l'entraînant à sa suite alors que l'Insaisissable tournait le regard vers la source du raffut. »
    Le justicier eut le temps d'apercevoir le regard violet de l'homme avant que ses pieds ne touchent le sol. Mynocia fit signe à Tom et Mihaje. Ils devaient fuir, maintenant !

    L'Insaisissable fit un mouvement de bras, et Wïane s'écroula en grognant de douleur. Ream et Nelween réunirent les elfes, tuant au passage des élémentaires passant sur leur chemin.
    Lunen disparut de nouveau dans un grand hurlement. Phonem aida Mihaje à se relever, déconseillant d'un regard aux élémentaires alentour de l'attaquer. Il la jeta dans les bras de Ream qui récupéra l'elfe sans vraiment comprendre ce qu'il se passait.
    Black reprit son souffle difficilement.

    Mynocia s'éloigna de lui, il y eut un cri, et tout se passa atrocement vite.

     
    Mynocia cria, emportée en arrière par un élémentaire, fixant Black d'un regard paniqué qu'il ne lui avait jamais vu.

    A l'autre bout de la pièce, Wïane se redressa, une main sur son bras en sang, une dague empoisonnée serrée dans l'autre. Elle la lança en désespoir de cause droit sur Black. La lame fila à toute allure sur lui et il resta figé. Il y eut un nouveau cri.

     

    Chapitre 31

     

    En un instant, Tom fut devant lui, la dague plantée jusqu'à la garde dans le cœur, le poussant d'un coup de bras sur le côté.
    Mynocia hurla de nouveau, mais ses mots lui échappèrent.
    Le chef de guerre bascula en arrière, le poison mortel parcourant ses veines à toute vitesse, veinant son visage de bleu. Black resta pétrifié.
    Lorsque Mynocia arriva à leur hauteur, Tom ferma les yeux, s'écroulant pour de bon dans les bras de la guerrière.
     

     

    Chapitre 31

    Chapitre 31

     
    Mort.
     
     

    Chapitre 31

    Fin du chapitre 31

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :